Derniers sujets
» Présentation : Yogtoth
par Yogtoth Mar 2 Aoû - 14:31

» Le Manuscrit de l'Aveugle
par Yogtoth Dim 24 Juil - 14:56

» Présentation : Glaur
par Glaur Jeu 23 Juin - 18:32

» Le casse de la raffinerie
par Layeskerr Ven 20 Mai - 20:48

» Présentation : Tôhr
par Tohrann Ven 20 Mai - 14:11

Décembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Calendrier Calendrier

Galerie



Claw Marks, Soldat du S.I.S. Nouvellement appelé ARMOSMITH

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Claw Marks, Soldat du S.I.S. Nouvellement appelé ARMOSMITH

Message par Armosmith le Mar 7 Juil - 13:31

Enregistrement retrouvé lors d'une fouille de l'ancien domicile du chasseur :

" Toi là, si tu écoute, c'est que tu n'es certainement pas un de mes amis ! Enfin, j'ai pas d'amis, et j'en ai jamais eu. Bon, tu es un impérial. * Toux très forte et s'étalant sur de longues secondes * Ouai, alors, on t'a certainement pas parlé de moi, tu sais juste que je suis un traître ?! Je vais te raconter ma véritable histoire. Je suis né sur Kaas, mes parents travaillaient pour les Siths, j'en savais pas plus. J'avais un frère, Jonas, on était tout le temps ensemble, à traîner dans le spatioport ou alors dans le stand de tir, les trucs où nos parents voulaient pas qu'on aille, j'ai 3 ans de plus que mon frère et tu pourrais croire que c'est moi qui l'entraînais ? Ben non ! * Une nouvelle toux * J'étais renfermé comme garçon, timide comme tout ! Je préférais souvent les études à la baston mais c'était plus souvent Jonas qui m'entaînait !

Bref, à 15 ans, j'étais bien droit dans mes bottes, un bon p'tit citoyen impérial ! Et à 17 ans, j'ai décidé de m'engager dans les S.I.S ! Et j'ai bossé comme un abruti, j'ai perdu toute trace d'émotion, devenu une machine de guerre ! Je tuais sans poser de questions !

Ca a duré longtemps, et à 26 ans j'eu le déclic ! je me suis réveillé tout d'un coup en ayant reçu l'ordre d'attaquer une femme ! Alors, je vite retourné à la base mais mes pensées avaient été devinés par mon con de boss, il m'a fait tuer ! Il m'ont tiré dessus, j'ai eu une chance énorme et j'ai survécu mais il en avait prfité pour m'injecter un poison au cas où je serais pas mort !

Mais je m'en suis sorti, ça fait 10 ans que je suis devenu chasseur de primes, récemment, je suis mort aux yeux de l'empire, Claw Marks n'est plus, je suis Armosmith, un jour, je ferais un retour officiellement, mais je vais te dire un truc, je serais peut-être mort parce'que leur foutu poison est en train de me tuer !

Bon, t'en sais des choses sur moi maintenant, t'es content, tu iras à mon ex-boss que je l'emmerde ! Ah... mais non, pardon, mais j'ai du prendre des mesures de défense ! Du coup, tu vas mourir, allez SALUT !"


Il y eut un BIP puis l'appartement explosa.

Depuis, plus que des rumeurs, sa mère serait morte, il travaillerais de nouveau officiellement.
avatar
Armosmith
Dévoué

Messages : 41
Date d'inscription : 20/11/2014
Localisation : Vaisseau, Vaisseau et... Vaisseau.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Claw Marks, Soldat du S.I.S. Nouvellement appelé ARMOSMITH

Message par Armosmith le Lun 20 Juil - 14:47

Identité :

Nom : Armosmith
Âge : 38 ans
Taille : 184 cm
Poids : 80 Kl
Sexe/race : Humain/Masculin

Armes :

Armes corps à corps : Sabre laser, Sabre à double lames, Couteau, Vibrolame, techno-lame
Armes à distance : Pistolet Blaster 1 pts
Armes technologiques : Fléchette (Anesthésiant, neurotoxines et autre...) 1 pts

Armure/défense :

Type : Change régulièrement d'armure selon les besoins, mais généralement lourde/intermédiaire

Pouvoir de force :

Sensibilité à la force [0]
Point du côté obscur  [0]
Point du côté clair [1]

Compétence de combat :


Volonté : Augmente les dégâts de force (+1 dégât)
Vigueur : Augmente les dégâts de mêlée (+1 dégât) 1 pts
Visée : Augmente les dégâts à distance (+1 dégât)
Astuce : Augmente les dégâts d’armes technologiques (+1 dégât)
(base de 1 de dégât)

Compétences avancés :

Discrétion/Furtivité
Négociation
Pilotage/Astrogation
Mécanique/cybernétique  1 pts
Piratage/sécurité  1 pts
Médecine
Démolition/Déminage
Archéologie/Recherche
avatar
Armosmith
Dévoué

Messages : 41
Date d'inscription : 20/11/2014
Localisation : Vaisseau, Vaisseau et... Vaisseau.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Claw Marks, Soldat du S.I.S. Nouvellement appelé ARMOSMITH

Message par Armosmith le Mar 28 Juil - 22:10

Musique de fond, à écouter s'il vous please ::


Dans la demeure des parents de Claw Xaves, alias Armosmith, tout se passait pour le mieux, les parents coulaient des jours heureux et de temps en temps, Jonas Marks, le fils et frère d'Armo' donc passait les voir, il y mangeait et y dormait puis repartait. Une vie normale en somme n'est-ce pas !

Pensiez-que cela aurait duré plus longtemps ? La famille d'un déserteur du SIS vivre en paix ? C'est une blague à elle toute seule cette phrase !

Le père était le seul à voir Armosmith de temps en temps, ils passaient tout deux de bons moments, les seuls pendants lesquels le chasseur était totalement heureux ! Sa mère ne voulait plus le voir. Elle le pensait responsable du fait qu'ils ai du quitter la planète et par principe, elle ne voulait plus voir un ancien agent impérial devenu tueur, car elle considérait les chasseurs comme de simples assassins...


Mais elle ne tarderait pas à apprendre ce qu'était un vrai tueur.


Cela ne vint pas immédiatement mais pendant quelques semaines, la mère de nôtre chasseur se fit malade, fatigue, fièvre, douleurs atroces, pour la prmeière fois depuis 15 ans, Armo' vint rendre visite à sa chère mère, il était expert en poison et avait senti le coup foireux, c'était bien du poison, sa mère était petit à petit empoisonnée...

Cela dura encore un moment mais quand Armosmith se fit absent pour deux petites heures, sa mère mourru. Elle ne lui avait dit mot, se refusant à lui parler. Elle était tellement sûr d'elle et fière qu'elle pensait finalement lui pardonner une fois remise.

Claw reste quelques temps chez son père, pour l'aider à tenir, mais en fait, c'était plus l'inverse. Seul, Armo' aurait sûrement eu des idées tordues. Puis il repartit dans l'espace impérial, exercant son métier pour oublier. Bien entendu, le commanditaire du meurtre était Lock, son ancien supérieur du SIS ! Il avait décidé de détruire la vie d'Armo', chose qu'il avait déjà tenté par le passé mais sans succès...

Bref, le père Marks partit se cacher le temps que ses fils règlent l'affaire, mais appremment, Armosmith comptait bien prendre les choses en main...
avatar
Armosmith
Dévoué

Messages : 41
Date d'inscription : 20/11/2014
Localisation : Vaisseau, Vaisseau et... Vaisseau.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Claw Marks, Soldat du S.I.S. Nouvellement appelé ARMOSMITH

Message par Armosmith le Ven 16 Oct - 22:47

Aujourd'hui, dans un des nombreux hôpitaux clandestins, les blessés semblaient tous en danger de mort, les espèces de toubibs tentaient le tout pour le tout, mais cela se soldaient souvent par un échec. En fin de journée, un brancard rafistolé arriva en trombe dans une salle d'opération non-nettoyé et j'en passe !

Le pauvre gars avait un problème, et pas des moindres, sa jambe avait été mordue par une Rakgoule, si on ne faisait pas quelque chose, ça s’infecterait et on serait obligé de le buter ! Deux docs furent mobilisés pour lui. Après quelques minutes, il fut intubé et on commença à examiner la jambe... Une seule solution possible : Amputation.

Le type qui avait amené ce patient l'avait retrouvé inconscient sur Taris, il y avait des rakgoules mortes près de lui mais il était pâle, les veines apparentes, pas en bon état. Le gars l'avait amené ici au cas où le futur amputé serait recherché par l'Empire ou la République, en échange, il espérait une petite récompense.

Bref, c'est là qu'on apporta une scie plus ou moins désinfecté, et la jambe fut coupé. On apporta une prothèses cybernétique de basse qualité, des droïdes la posèrent non sans encombre, le patient convulsait légèrement.

Normalement, le blessé aurait du reprendre connaissance plusieurs jours plus tard, mais là, après quelques instants de silence, il ouvrit docuement les yeux, un médecin se précipita :

- Vous êtes avec moi ? Tout va bien ! Morphine, vite !

Le type ouvrit un peu plus les yeux, deux yeux verts :

- Vous... Ahhaaaaaa !

Il semblait souffrir le martyr, les hommes arrivèrent et lui administrèrent une bonne dose de morphine.

Plusieurs jours plus tard, l'amputé émergea, aussitôt, quelqu'un fut-là pour le questionner :

- Quel est vôtre nom ?

- Je... Claaaaaaaaaah, j'ai mal ! Putain, j'ai mal !

Cette fois-ci, le patient semblait pleinement réveillé, il se releva rapidement, à moitié nu, le corps accroché piqué par de nombreuses perfusions. C’est là qu'il la vit... Qu'il la sentit... Sa jambe...

- Qui m'a fait ça ! Hein ?! Qui ? Réponds, BORDEL !

Il tomba à genoux, le prothèses encore non programmée.

- C'était ça ou vous mourriez !

- Quoi ? Je mourrais ?

- Oui, les rak...

Avant qu'il ai pu terminer sa phrase le patient l'attrapa par le col et le jeta à terre, avant de retomber misérablement face contre sol.

- Ecoutez-moi !

Le toubib' lui raconta toute l'histoire et le patient se calma finalement :

- Donnez-moi vôtre nom, nous verrons si vous avez subi une perte de mémoire.

- Armosmith, c’est mon nom, maintenant je veux mes affaires, vite ! Et j'ai mal, pourquoi ?!

- Vos nerfs sont à vifs.

Il n'y avait rien d'autre à dire.

Deux minutes plus tard, Armosmith était dehors, marchant avec l'aide d'une béquille, il avait les poches rempli d'anti-douleur artisanaux, mélange douteux. Il comptait retrouve le mec qui l'avait amené ici, il méritait un petit quelque chose, quelques crédits, il lui devait la vie après tout.

Enfin, voilà comment s'est passé cette perte de jambe...
avatar
Armosmith
Dévoué

Messages : 41
Date d'inscription : 20/11/2014
Localisation : Vaisseau, Vaisseau et... Vaisseau.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Claw Marks, Soldat du S.I.S. Nouvellement appelé ARMOSMITH

Message par Armosmith le Ven 11 Déc - 20:32

Musique d'accompagnemet:

Armosmith retourne aujourd'hui se reposer au sein du Temple basé sur Yavin IV. Il caresse la flanc de son uxibête, qui pour lui compte autant que n'importe quel humain. La route est longue, mais calme, le ciel grisâtre ne se prêt epas au bronzage, tout comme la forêt remplie de bêtes hostiles. Mais depuis qu'Armosmith utilise cette "route", sa monture massive suffit à garder à distance tout ce qui pourrait l'attaquer.

Bref, au bout d'une bonne heure, le temple semble tout proche, mais Armosmith ressens une étrange sensation, quelque chose impossible à décrire. Il accélère la cadence, son destrier finit par courir à une vitesse impressionnante, le vent siffle, l'environnement devient flou. Le chasseur utilise l'ascenseur, tapant nerveusement du pied sur le sol, il rentre dans le temple, la main posée sur le blaster, prêt à toute éventualité. Ses pas résonnent dans toutes les pièces. Il arrive au niveau du grand pont. S'arrête pour observer. Personne. Le vide.

Les arbres plient sous le vent qui se lève, puissant, produisant un son effrayant, comme une complainte, la pluie tache les tentes, s'infiltre dans les machines. Armosmith reste là, quelques instants. Puis il se précipite dans les dortoirs. Ils sont vides, plus aucune affaires ne s'y trouvent. Il se dirige vers les générateurs, ils sont éteints. Peut-être que les arhcives contiendront quelques choses ? Non, rien, elles ont été entièrement vidées. Puis soudain, le chasseur sursaute, comme s'il se révaillait d'un mauvais rêve, son holocom' est en train de vibrer. Il décroche, n'a pas le temps de dire qu'une voix froide, impassible et sèche déclare :

" Révanites. L'Ordre est dissout. Dispersez-vous. ne cherchez pas à vous retrouver. C'est fini. Terminé. "

Armosmith tressaille, laisse tomber l'holocom'. Il retire son casque et le jette par terre, se sentant soudain étouffé, ses yeux d'habitudes si déterminés, d'habitudes remplis de défis étaient devenus vitreux, comme ces fenêtres mouillées par la pluie, derrières lesquelles se cachent ô combien de mystères...

La pluie tombait et tombait tandis qu'Armo' faisait marche arrière. Sans prendre la peine de ramasser son casque ou son holocom'. Peu à peu, l'eau pénétrait le bâtiment, elle ruisselait à travers les dalles tandis que le chasseur de primes sortait de ce lieu à présent tristement vide. Il reprit le chemin inverse, quitta la planète pour ne plus jamais y retourner. C'en était fini.

Au début, Armosmith pensait que l'Ordre ne serait qu'une opportunité de gagner plus de crédits. Mais vers la fin, il en était presque à se demander si petit à petit, il ne devenait pas un vrai révanite, quelqu'un qui militait pour la cause de Revan qui au fond, était une cause qu'Armo' respectait.

Après cela, Armosmith alla rendre visite à son père, s'offrant quelques jours de repos, de bonheurs passés au près de sa seule famille. Cela lui rappela quelque chose : Hander Locke était toujours en vie. En maintenant, Armosmith n'avait plus aucun moyen de se défendre.


Dernière édition par Yogtoth le Dim 13 Déc - 9:42, édité 1 fois (Raison : modif de nom)
avatar
Armosmith
Dévoué

Messages : 41
Date d'inscription : 20/11/2014
Localisation : Vaisseau, Vaisseau et... Vaisseau.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Retrouvailles indésirables

Message par Yogtoth le Ven 18 Déc - 17:06

Un peu plus d’un mois auparavant, Satunda 31 Yelona 15 Ap. TC

Tatooine, chaleur étouffante. De quoi incommoder même les Tuskens qui vivent pourtant depuis des générations dans cette fournaise. Le petit droïde astro-mécano qui avance péniblement dans la foule dense du spatioport de Mos-Ila s’inquiète un peu pour ses circuits. Les passants habitués aux nombreux droïdes traînant en ville ne jettent qu’un regard distrait sur R3-P4 qui évolue précautionneusement parmi toutes ces paires de jambes.

Le sable surchauffé et piétiné s’insinue dans son châssis à mesure qu’il avance vers la place du marché. Il oriente consciencieusement ses capteurs en tout sens pour étudier la foule tout en transmettant les données récoltées à son maître, Armosmith. L’ancien agent secret étudie la situation de l’intérieur de son vaisseau, alors en orbite autour de Tatooine tout en repensant aux circonstances qui l’avaient amené là.

Quelques semaines auparavant lui parvenait un étrange message. Incompréhensible, le texte crypté n’était signé que d’un simple “J”, sans doute son frère Jonas. Ayant appris à craquer la plupart des codes lors de son service au SSS, Armosmith n’eut aucun mal à lire le message. Dans un style télégraphique, l’auteur appelait Armosmith à l’aide, prétextant que Hander Locke l’avait piégé sur Tatooine.

Le doute s’insinua en lui. Qui avait pu retrouver Armosmith? Il était peu probable que Jonas fusse réellement en danger mais il lui fallait être sûr. Entre deux missions pour l’Ordre Révanite, Armosmith organisa une rencontre discrète avec son père et son frère, les deux seuls membres de sa famille encore en vie. Durant un bref repas, Jonas affirma n’avoir jamais écrit le message et ne se sentait aucunement en danger. Le mystère prenait une tournure qu’Armosmith redoutait.

Un vieil ennemi semblait de retour.

Armosmith avait longtemps préparé son voyage jusqu’à Tatooine. Handicapé depuis son opération sur Taris, il lui fut évident qu’y aller en personne relevait de l’inconscience. Il envoya donc R3-P4 sur le lieu de rendez-vous et surveillais la situation depuis le moniteur du vaisseau. Repenser à l’opération médicale bâclée lui tira une grimace de douleur pendant qu’il observait Mos Ila et ses habitants à travers les yeux du droïde. Impossible de repérer un éventuel poursuivant ou un agent déguisé dans cette masse de voyageurs plus ou moins louches. Mercenaires, voleurs, contrebandiers et esclavagistes étaient légions dans les rues bondées de la ville.

R3-P4 dépassa l’allée menant à la Taverne Ensablée et atteignit enfin le bord de la colline. La place du marché était à moitié visible malgré la foule et les soleils. La lumière qui rebondissait sur les murs blancs des bâtisses arrondies était aveuglante. Ajustant sa vision, le droïde perçut quelque chose qui s’afficha automatiquement sur l’écran d’Armosmith. Une silhouette au loin semblait très intéressée par l’arrivée de l’astro-mécano et n’avait pas conscience d’être repérée. Armosmith se félicita d’avoir envoyé R3-P4 car jamais il n’aurait pu voir cet homme à cause de la lumière. Peut-être même l’inconnu n’était-il pas seul, les toits plats offrant nombre de cachettes utiles pour un espion… ou un tireur embusqué.

Craignant qu’une immobilité prolongée ne mette R3-P4 en danger, il lui ordonna de descendre se mêler aux badauds qui se bousculaient autour des étals. Il cherchait le signe qui devait indiquer le lieu de rendez-vous, une “toile rouge marquée” d’après le message. Mais les toiles rouges, ce n’était pas ce qui manquait à Mos Ila, et encore moins sur la place du marché. A croire que tout devait être blanc ou rouge dans cette fichue ville. R3-P4 faillit presque ne pas remarquer une incision trop étrange pour être accidentelle dans une des toiles tendues au-dessus des portes autour de la place. La maison indiquée était située en plein centre de la place, un endroit aisé à surveiller.

Le petit droïde atteignit péniblement le porche provoqua l’ouverture automatique de la porte. Un piège? Non. La pièce faiblement éclairée était vide mis à part quelques caisses et étagères à outils poussiéreuses. Néanmoins, un individu discret aurait pu se cacher derrière l’embrasure de la porte, là où personne ne pouvait le repérer sans être obligé de passer le seuil. Armosmith hésita un instant. C’était trop calme. Une des premières leçons que les agents apprennent à leur dépend, c’est qu’on ne méfie jamais assez d’un lieu de rendez-vous trop tranquille. A sa surprise, R3-P4 interpella alors les passants.

- *S’il vous plaît / besoin d’aide / unité R3-P4 en panne*

L’attente ne fut pas longue. Un vieil homme à la peau tannée par le vent et le soleil s’approcha en claudiquant vers le droïde. Assez petit, il cachait sa maigreur sous les plis d’un ample manteau vert délavé assorti à un chapeau fatigué et déchiré. L’inconnu se pencha sur R3-P4 et hasarda un sourire édenté.

- Et alors, p’tit gars, on a b’soin d’aide?

- *Oui monsieur / moteur en panne / besoin livrer paquet à l’intérieur*

- Ah ben t’as d’la chance qu’ce soit l’vieux Benny qu’y t’trouve en premier. Chuis pas un de ces pillards et ‘core moins un Jawa.

Armosmith sourit devant son écran. Le vieillard avait un air assez comique en se redressant de fierté, se drapant de son vêtement miteux comme s’il était en pure soie de Laasha.

- Alors, c’est là-d’dans qu’tu veux aller? demanda-t-il en pointant un doigt semblable à une brindille sèche vers l’intérieur de la pièce ouverte.

- *Oui / doit livrer paquet / retard non accepté*

Sans un mot de plus, Benny poussa gentiment R3-P4 jusqu’au milieu de la pièce qui semblait résolument vide. Avec un salut qui se voulait aristocratique, le vieil homme partit en fermant la porte derrière lui. La pièce devint silencieuse et la faible lumière donnait aux objets environnants des airs menaçants. Armosmith préféra ne pas prendre de risque.

- R3-P4, lance une onde.

Le droïde émit un son affirmatif et déclencha une onde électromagnétique pour désactiver d’éventuels pièges. L’onde parcourut la pièce qui sombra un moment dans l’obscurité puis disparut aussi vite. L’ampoule peina à diffuser une clarté faiblarde et les capteurs de R3-P4 ne perçurent aucun changement notable. Soudain, un signa sonore résonna depuis un petit appareil posé sur une étagère. R3-P4 se rapprocha et Armosmith reconnu un communicateur muni d’une petite caméra déguisée en outil de mécanique. Il n’eut pas le temps de réfléchir qu’une voix se fut entendre.

- Ah! Bonjour, agent Marks.

Cette voix. Elle sonnait comme dans ses souvenirs malgré l’altération due au communicateur. Un timbre profond mais clair au ton faussement enjoué. Une pointe de mépris. Il pouvait presque sentir les yeux gris terne entourés de pattes d’oie se poser sur lui dans un regard impavide, calme mais intense. Hander Locke. L’ancien directeur d’Armosmith du temps où il était agent au SSS. La pourriture qui avait tué sa mère et avait tenté de le fusiller lui.

- Je suis heureux que vous ayez accepté ma petite invitation, reprit-il. Dommage que vous ayez préféré ne pas venir en personne. Mais nous savions tout les deux que l’hameçon était à peine déguisé.

- *Je ne voit pas de quoi vous parlez / je ne vous aime pas / Je préfère Benny.”

- Tais-toi, stupide machine!

Cette saute d’humeur, autre chose qui n’avait pas changé avec les années. Armosmith soupira et entra avec appréhension la commande de transmission. Paradoxalement, il ne voulait pas lui parler. Tout ce qu’il voulait, c’était l’avoir en face de lui, un blaster pointé vers son visage tordu dans une grimace de terreur. Armosmith savait qu’il allait essayer de le pousser à bout. L’homme était sadique et expert en manipulation.

- Locke, dit-il simplement, sachant que son interlocuteur n’appréciait pas qu’on oublie les formules d’usage.

- Ah! Vous voyez quand vous voulez! S’il avait relevé l’impertinence d’Armosmith, il n’en laissait rien voir. Quel plaisir d’entendre votre voix après toutes années.

Autant dire que le plaisir n’était pas partagé.

- Comment allez-vous? Je n’ai plus reçu de nouvelles de vous depuis que nous sommes quittés en mauvais termes.

Armosmith grinça des dents. Cet homme n’avait pas hésité une seule seconde à tenter de le tuer dès qu’il avait laissé paraître son envie de quitter le SSS. Il tendit une embuscade à Armosmith qui s’en sortit in extremis grâce à l’aide d’un de ses anciens collègues. Il ne se faisait aucun de doute quant au sort qu’avait dû lui réserver Locke. Hander Locke s’était d’ailleurs récemment attaqué à la mère d’Armosmith, utilisant un poison lent et atrocement douloureux qui mit des semaines à la tuer.

- Après votre départ, j’ai eut une très longue discussion avec votre ami, l’agent Kundal. Un homme fort et à l’esprit droit. Un vrai impérial! Quel dommage que le SSS ait perdu un tel agent.

Armosmith ne répondit rien. La décontraction de Locke le mettait en rage mais il refusait de lui offrir la satisfaction de laisser parler ses émotions. Kundal avait été un ami fidèle, il n’avait pas mérité son sort.

- Vous n’êtes pas très réactif, agent Marks. N’êtes-vous pas heureux de nos retrouvailles? J’avais cru comprendre que vous me cherchiez depuis un moment.

- Certes, répondit Armosmith avec calme. Il était à moitié surpris d’entendre que Locke savait pour ses recherches. Son ancien patron avait des ressources et il les utilisait bien. Comment allez-vous?

- Pas trop mal, je vous remercie, même si j’approche de la retraite, répondit Locke d’un ton badin. D’ailleurs, il faut que j’en finisse avec certaines vieilleries afin de profiter d’une douce retraite.

- Mais encore?

- Je vois que vous êtes pressé. Trêve de circonlocutions.

- Allez-y, je vous écoute.

- Je vous cherche.

Un court silence s’installa. Hander Locke avait abandonné tout semblant d’engouement ou d’aménité, une voix affreusement calme et sinistre. En trois mots de sa voix profonde, il avait confirmé les pires soupçons d’Armosmith.

- Je ne peux plus laisser un dissident tel que vous errer dans la nature. Maintenant que les affaires urgentes sont réglées, je peux concentrer mon attention sur vous.

- Trop aimable.

- Prenez cet avertissement comme vous l’entendez. Je vais vous traquer, vous pourchasser à travers l’univers entier et ne vous laisser aucun répit. Mais je vais commencer doucement. Cette entrevue n’est qu’une mise en garde. Surveillez étroitement vos proches car je pense que votre mère doit se sentir bien seule.

La mention de sa mère fit tiquer Armosmith qui se contint de réagir. Locke n’attendait que ça, appréciant particulièrement de torturer psychologiquement ses victimes. L’on disait que c’était autrefois un assassin de renom et sa cruauté était plus que connue.

- Essayez de les protéger et je m’assurerai qu’ils meurent dans vos bras. Essayez de vous cacher et je détruirai la planète qui vous abrite. La fuite ou le combat seront inutiles car je vous connais. Vous n’avez aucun secret pour moi.

Là-dessus, il n’avait pas tort pensa Armosmith. Hander Locke n’était pas devenu directeur du SSS sans raison, il avait sûrement préparé des dossiers et des contre-mesures adaptés à tout les agents entrés sous son commandement. Et Armosmith n’avait aucune information probante à utiliser contre cet homme retors. Rien qu’une rumeur disant que Hander était natif d’Aldérande et qu’il avait perdu des membres de sa famille dans un meurtre, mais sans plus.

- Quel que soit l’allié que vous trouverez, il mourra. Quel que soit le plan que vous imaginerez, je le percerai sans effort. Et lorsque vous aurez tout tenté, que tout ceux que vous connaissez seront morts par votre faute, vous me supplierez. Je vous obligerai à ramper devant moi pour abréger vos souffrances.

Armosmith ne dit rien, imaginant trop bien de quoi était capable Hander Locke. Nombreux étaient ceux qui avaient succombé horriblement face à son courroux; en particulier les traîtres et ceux qui avaient voulu doubler Locke. Il se rappelait les pleurs désespérés et les hurlements de douleurs d’un agent double que Locke avait traqué sans relâche des mois durant. Et une fois qu’il l’avait capturé, il l’avait obligé à s’arracher sa propre peau dont il avait exposé les lambeaux dans les cellules réservées aux traîtres jusqu’à ce qu’ils pourrissent, macabre rappel du sort qui attend ceux qui atterrissent dans ces mouroirs.

- Et quand enfin je me serai ennuyé de votre triste spectacle. Quand je daignerai poser les yeux sur vous une dernière fois. J’attendrai encore, vous maintenant sur cette ligne fragile qui sépare la vie du trépas. Je vous ferai miroiter la délivrance de la mort et vous la refuserai pour plonger mon regard dans vos yeux définitivement dépourvus de larmes. Et quand enfin je lirai ce que je souhaite dans vos yeux éteints, peut-être vous autoriserais-je à mourir.

- Quel programme, répondit Armosmith avec humour mais il sentait le regard perçant de Hander Locke dans son dos malgré la distance qui les séparait.

- Commençons les réjouissances maintenant, voulez-vous? Il y a une grande caisse à gauche de votre droïde qui devrait vous intéresser.

R3-P4 tourna ses capteurs vers ladite caisse et s’en approcha prudemment.

Là encore, Armosmith ne dit rien. L’analyse du droïde révéla une grande quantité de thermite connectée à plusieurs appareils électroniques qui fonctionnaient encore malgré la décharge magnétique lancée plus tôt. Sans doute la bombe avait-elle été protégée par la caisse elle-même. En tout cas, elle devait être assez puissante pour raser le bâtiment et une partie du marché.

- Mon droïde ne saura pas soulever le couvercle.

- Il y a un petit bouton d’ouverture en-dessous de la serrure qu’il devrait pouvoir presser, le rassura Locke. Et je trouve mesquin de vous proposer une bombe qui explose simplement à l’ouverture.

R3-P4 pressa le bouton et le conteneur s’ouvrit dans un cliquetis. A l’intérieur, cinq boîtiers reliés pas des fils devaient chacun contenir une charge de thermite et un système de détonation. Si au moins une des charges s’activait, s’en suivrait une réaction en chaîne et la création d’une cratère fumant englobant une large partie de la place de marché. Armosmith reconnut le matériel utilisé par les services secrets impériaux. Locke n’avait pas lésiné sur les protections et mesures anti-désamorçage.


- Alors? susurra Locke. J’aurais voulu vous voir à l’oeuvre en personne mais je suppose que votre petit droïde

S’il s’était trouvé face à ça, il doutait que ses seules mains pourtant expertes aient la maîtrise et la délicatesse nécessaire. La moindre erreur et c’en était fini. Alors pour ce qui était de R3-P4, il ne voyait pas comment le droïde triompherait d’un tel piège. Armosmith soupira. Il devait choisir entre tenter de désamorcer cette bombe via R3-P4 ou la laisser exploser. Et il était sûr que le résultat serait le même. Il devait réfléchir, une autre solution devait exister.

Il fallait la jouer plus finement. Prenant une grande inspiration, il commença à pianoter sur son clavier. A côté de la bombe, R3-P4 émit un bip sonore puis tomba inerte devant la caméra de Locke.

- La fuite, fit-il d’un air déçu, ses mots devenant moins audibles à mesure qu’Armosmith perdait la connection avec le droïde. Tel est votre choix. La traque commence.

Armosmith n’entendait déjà plus son ancien supérieur. Après s’être assuré que le transfert de l’intelligence de R3-P4 se soit bien effectué, il garda les yeux rivés sur les écrans montrant une vue de la place du marché, guettant la réaction de Locke. Les secondes passèrent lentement. Très lentement.

Une homme encapuchonné s’approcha précautionneusement de l’entrée avec un petit transporteur de marchandises et pénétra à l’intérieur. L’instant d’après, il ressortait en poussant la caisse piégée. Armosmith se détendit un coup et s’affala au fond de sa chaise en voyant cet agent impérial déguisé emporter la bombe ailleurs. Son coup de bluff était osé mais il avait eut raison. Locke était peut-être capable du pire, il n’oserait jamais s’attirer les foudres des Hutt avec ce qui serait passé pour un attentat terroriste orchestré par l’Empire. Il avait évité la mort d’innocents et avait au moins réussit à préserver l’intelligence artificielle de son droïde pour le transférer dans un autre corps.

Malgré tout, il était d’autant plus déterminé. Toutes ces menaces n’avaient fait qu’attiser sa haine envers son ancien supérieur. Il avait attendu tellement d’années et maintenant son ennemi refaisait surface pour le défier ouvertement. Locke était sorti de son mutisme et s’était mis à découvert par la même occasion. Il ne laisserait pas passer cette chance.

La traque commençait.

_________________
Ne vous mettez pas en avant mais ne restez pas derrière non plus car le silence a toujours ses regrets
avatar
Yogtoth
Légende

Messages : 113
Date d'inscription : 01/04/2015
Age : 24
Localisation : Caché dans les Archives

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Imprévu destructeur

Message par Yogtoth le Ven 18 Déc - 17:16

Satunda 10 Relona 15 Ap.TC

Un appel discret du secrétaire. L’agent Nolgon attendait de faire son rapport. Hander Locke donna l’autorisation à son agent de rentrer et soupira, il se sentait inhabituellement fatigué. Hen Nolgon passa la porte automatique et salua son supérieur avec toute la discipline et la rigueur d’un Impérial. Pas l’once d’une hésitation ou de désirs ambitieux. Locke savait que Nolgon comme bien d’autre ne rêvaient que d’avancement et son âge avancé ne devait qu’aiguiser les ambitions de ses plus proches collaborateurs, attendant sa retraite ou sa mort pour prendre sa place. Ce charognards peuvent encore attendre longtemps, se dit Locke.

Hen Nolgon entama son rapport qui était directement enregistré par l’ordinateur incorporé dans le bureau du Directeur. Il n’avait jamais apprécié la paperasse et laissait cette tâche à des droïdes qualifiés et aux systèmes informatiques spéciaux alloués au poste de directeur qu’il occupait depuis déjà tant d’années. Il prendrait tout son temps pour relire et analyser le rapport de mission une fois que son esprit serait moins encombré. Ces dernières semaines l’avaient tenus bien trop occupé à son goût.

Depuis la rencontre organisée sur Tattoine, Hander Locke trépignait d’impatience d’envoyer des dizaines d’agents aux trousses de ce dissident de Claw Marks. L’impudent s’était montré malin en envoyant son droïde à sa place. A cause de ça, Locke n’avait pas pu prendre le risque d’éliminer des civils avec la bombe à thermite préparée pour l’occasion. Si au moins Marks avait envoyé un ami ou toute autre forme de vie biologique, Locke n’aurait pas ressenti le moindre remord en le rayant de la carte dans une déflagration. Mais là, rien. Quelle frustration…

Nolgon continuait son rapport sous l’oreille peu attentive du Directeur qui réfléchissait à sa traque. Marks allait forcément bouger mais quel serait son prochain mouvement? Locke se targuait d’avoir un excellent instinct pour deviner les actions futures de ses adversaires mais il n’arrivait pas à réfléchir correctement avec cet agent qui récitait sa leçoncomme un automate. Sans doute devrait-il prévenir ses agents sur Aldérande, Marks étant sûrement au courant que Locke avait vécu là-bas. Et ne pas oublier le Masque. Cet agent l’avait bien servi par le passé, il le considérait presque comme son égal. Presque. Le Masque et son équipe d’élite devraient pouvoir retrouver et traquer discrètement Claw Marks pendant que Locke s’occuperait des tâches inhérentes à sa fonction de directeur. D’ailleurs, la cracasse de droïde récupérée sur Tatooine pourrait servir à...

Un bruit strident retentit soudain en même temps qu’une lumière rouge illumina le bureau du Directeur. Hander Locke ne bougea pas d’un pouce malgré sa surprise en reconnaissant ce signal. Quelque chose de terrible venait d’arriver. Quelque chose que le SSS n’avait pas prévu. Il retint un soupir en imaginant les généraux et le Conseil Noir le réprimander pour ne pas avoir pris les mesures nécessaires face à la catastrophe. Mais quelle catastrophe?

Une communication prioritaire s’afficha sur l’holocom de son bureau. Dark Marr en personne.

- Hander Locke! Mobilisez immédiatement tout vos hommes. Rappelez même ceux qui sont en mission. L’Empire aura besoin de toutes ses forces!

- Attendez, Excellence, répondit Locke en gardant son calme, recevoir un appel d’un membre du Conseil Noir n’était pas rare mais l’alerte maximale et les propos précipités de Dark Marr le laissaient perplexe. Quelle menace requiert la mobilisation totale de mon service?

- Un ennemi d”origine inconnue est sorti de l’Espace Sauvage. Leur technologie et leurs forces armées ont décimé nos forces et se rapprochent dangereusement de Korriban. Il semble que même la République ait maille à partir avec eux.

Une puissance militaire inconnue capable de tenir tête simultanément à l’Empire et à la République? Impensable! Pareil évènement ne s’était pas produit depuis les Révanites. Et encore, la menace présente semblait autrement plus importante pour que Dark Marr paraisse si préoccupé.

- Je lance le rappel dès maintenant, Excellence. Qui que soit cet adversaire, nous l’écraserons!

Le Seigneur Sith acquiesça et mit fin à la communication. Locke renvoya Hen Nolgon d’un geste brusque et lança des ordres pour contacter tout ses agents et affiliés. La grimace qui tordait son visage ne laissait aucune option à ceux qui tentaient de refuser. Quiconque connaissait Hander Locke savait qu’il ne fallait surtout pas le contredire quand il affichait ce visage contrarié. Mais il était plus que contrarié. Locke enrageait intérieurement. Rappeler tout ses agents signifiait abandonner sa vindicte contre Claw Marks. Qui osait interrompre sa traque? pensait-il en se retenant de hurler de frustration.

Peu importe la menace que représentait ces agresseurs inconnus, il aurait tout donné pour poursuivre sa vendetta contre Claw Marks. Il avait déjà prévu les divers tortures et sévices qu’il comptait appliquer et voilà qu’il devait y renoncer à cause de cette attaque! Par l’enfer, jura-t-il, il allait anéantir cet imprévu avec toute la rage dont il pouvait faire preuve. Hander Locke quitta son bureau et se dirigea vers la salle de réunion pour recevoir ses officiers qui s’étaient déjà rassemblés pour une cellule de crise.

Qui que soient ces envahisseurs, ils allaient goûter à la puissance de l’Empire et à la colère d’Hander Locke!

_________________
Ne vous mettez pas en avant mais ne restez pas derrière non plus car le silence a toujours ses regrets
avatar
Yogtoth
Légende

Messages : 113
Date d'inscription : 01/04/2015
Age : 24
Localisation : Caché dans les Archives

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Une soirée de détente

Message par Yogtoth le Jeu 7 Jan - 11:29

Datunda 21 Welona 20 Ap. TC.

La journée touche lentement à sa fin sur Nar Shaddaa. Commence alors un rituel quotidien au coeur de la Promenade au pied de la statue de Karagga l’Inflexible dont l’artiste avait réussi à sculpter fidèlement le regard impavide et dédaigneux dans ces yeux d’or inanimés. D’un côté les honnêtes gens et les travailleurs sur le point de commencer leur service de nuit se dirigent vers les quais pour partir. De l’autre ceux qui finissent leur journée de travail, les truands et autres gros bras plus ou moins contrebandiers se pressent vers les bars et clubs proposant mille et une façons de se détendre, toutes moins légales les unes que les autres. Sans surprise, c’est ce deuxième groupe qui s’avère être le plus fourni.

Au milieu de la foule, un homme longe la piste de danse installée au pied de la colossale statue d’or en direction de la Cantina de la Pente Glissante. Vêtements gris et simple, casque à visière opaque, un homme qui ne veut pas attirer l’attention. D’aucun dirait que sa stature frêle et son air aux abois dénoteraient d’une faiblesse évidente. Beaucoup de vétérans confirment qu’il ne faut pas se fier aux apparences. En l’occurrence, les armes dissimulées dans ces atours un peu trop simples auraient fait pâlir les mercenaires et bandits aguerris de la lune Hutt. De peur ou d’envie… ou les deux.

Il s’avança sous le portique d’entrée de la célèbre cantina au milieu d’une foule braillarde et désordonnée d’ingénieurs de toutes races du Secteur Industriel venus décompresser. Le barman le repéra aussitôt et lui fit signe de tête entendu vers un des canapés proches du bar, faisant face à la scène du fond de la salle. L’homme n’appréciait pas tellement les spectacles proposés par la maison mais ils avaient le mérite de lui vider l’esprit.

Tout en laissant traîner son regard derrière son casque, il sortit un bloc de données renfermant un catalogue d’armes en tout genres. Un code simple mais peu connu consistant à crypter les informations dans les données techniques des armes présentées. Avec un peu d’attention, se dit-il, rien de plus simple à décryp…

- Hé? Tu veux quelque chose?

Extirpé de ses pensées, l’homme regarda l’individu patibulaire qui venait de l’aborder. Humain, corpulence normale, démarche exagérément malhabile. Soit il voulait vendre de la drogue, soit il cherchait quelqu’un de précis. La soirée commençait si bien, se désola-t-il en soupirant, et voilà qu’un étranger m’empêche de me détendre.

- Je n’ai besoin de rien, merci, lança-t-il d’un ton sec.

- Aller! Chuis sûr que j’ai des trucs qui t’intéressent.

- Non, répliqua-t-il d’un ton sec en se levant. Je suis trop vieux pour avoir que ce soit à voir avec tes débilités, gamin.

Mais l’autre continua d’insister. L’homme soupira et perçut un mouvement du coin de l’oeil. Un individu masqué s’était levé et sortit de la cantina, suivi de près par deux hommes armés. Alors c’était effectivement une enquête sous couverture, remarqua l’homme, ils ont le suspecter à cause de son visage masqué. Bon, ce n’était pas comme si on le reconnaîtrait après tout ce temps, alors il n’avait rien à perdre en enlevant son casque.

- Regarde, petit, dit-il en ôtant son lourd casque. Je suis trop vieux pour ces conneries.

L’autre balbutia et s’excusa en retournant s’asseoir au comptoir, visiblement contrarié, puis il courut vers la sortie de la cantina rejoindre un acolyte qui l’attendait manifestement. Le vieil homme le regarda partir en commandant son dernier verre pour la soirée. Jetant un dernier regard vers l’importun qui l’avait dérangé à tort, il croisa le regard de celui qui faisait le guet à la porte. L’autre se figea derrière son casque pendant un court instant. Pour une raison inconnue, le vieillard sentit que cet homme avait une importance insoupçonnée dans ses plans même si son armure bon marché et sa vibrolame basse qualité ne payaient pas de mine.

Il l’observa, détaillant son équipement, sa posture, sa manière de bouger pour le reconnaître si jamais il devait le recroiser. Tout adversaire ou collaborateur potentiel devait être analysé et étudié pour déterminer les meilleurs moyens de composer avec lui ou de le contraindre. Hander Locke ne laisse jamais rien au hasard.

Posant son verre vide, il sortit en inspirant l'air nocturne puis marcha vers un coin peu fréquenté de la Promenade. Un clignement d’œil et nul n'aurait pu dire où cette silhouette frêle et grise disparut.

_________________
Ne vous mettez pas en avant mais ne restez pas derrière non plus car le silence a toujours ses regrets
avatar
Yogtoth
Légende

Messages : 113
Date d'inscription : 01/04/2015
Age : 24
Localisation : Caché dans les Archives

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Claw Marks, Soldat du S.I.S. Nouvellement appelé ARMOSMITH

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum