Derniers sujets
» Présentation : Yogtoth
par Yogtoth Mar 2 Aoû - 14:31

» Le Manuscrit de l'Aveugle
par Yogtoth Dim 24 Juil - 14:56

» Présentation : Glaur
par Glaur Jeu 23 Juin - 18:32

» Le casse de la raffinerie
par Layeskerr Ven 20 Mai - 20:48

» Présentation : Tôhr
par Tohrann Ven 20 Mai - 14:11

Décembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Calendrier Calendrier

Galerie



Présentation : Yogtoth

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Présentation : Yogtoth

Message par Yogtoth le Lun 6 Avr - 10:58

Nom: Yogtoth (vrai nom inconnu)
Age: la quarantaine
Espèce: zabrak
Taille, poids: 1m85 – 75 kg
Planète d'origine: Iridonia
Distinction physique: tatouage zabraki (motif inconnu)

Yogtoth naquit dans une petite ville iridonienne à quelques heures de speeder de la capitale. Les ancêtres de son clan figurent parmi les premiers zabraks à explorer la galaxie, poussés par  les environnements hostiles de leur planète. Le clan mettant un point d’honneur à transmettre le souvenir des aventures de ces héros, Yogtoth se prit à envier les exploits de ses ancêtres et développa un goût pour le savoir et l’exploration.

A la naissance de sa sœur, Yogtoth était assez âgé pour passer le Res Selenoren, le rite de passage à l’âge adulte. Deux siths étaient présents, parcourant la planète en quête de recrues. La victoire éclatante de Yogtoth les convainquit que l’iridonien était doué dans la Force. N’attendant pas l’apposition du tatouage comme le voulait la tradition du clan, ils l’emmenèrent sur Dathomir où une branche éloignée de sa famille le prit en charge. En quittant sa planète natale, il cacha son nom de naissance pour n'utiliser que Yogtoth, son nom d'adulte.

Yogtoth suivit un dur entraînement selon les rites violents de Dathomir associés à une première approche du côté obscur. Fier comme le sont ses frères de clan, il supporta les épreuves et garda son esprit sain de la corruption que ses maîtres tentaient d’instiller, notamment en menaçant sa famille. Ce fut tout le contraire : la luxuriance de Dathomir lui ouvrit les yeux sur la puissance de la Force comme unité régissant l’univers. Il comprit que le pouvoir ne peut être complet que s’il étudiait la Force dans sa globalité et non par le prisme tronqué des siths ou des jedis.

Ses maîtres étant satisfaits, son voyage vers Korriban se rapprochait à grands pas. Il parvint néanmoins à retourner sur Iridonia pour revoir ses proches et en particulier sa sœur. Il lui transmit un fichier reprenant toutes ses réflexions et lui fit promettre de n’en rien révéler, puis débuta son apprentissage sur Korriban. Certains disent qu’elle rejoignit les jedis mais aucune preuve ne l’atteste.

Là-bas, il s’attacha à apprendre tout ce qu’il pouvait du Côté Obscur et à perfectionner sa maîtrise du sabre. Son étrange compassion et son visage toujours masqué lui attirèrent des regards suspicieux, bien vite détournés quand l’on retrouva les cadavres d’autres apprentis qui avaient tenté de le tuer. Son séjour sur Korriban lui permit aussi d’assouvir son besoin de savoirs anciens grâce aux nombreuses ruines et artefacts siths. Yogtoth en profita pour se constituer une collection d’antiquités siths et de documents volés à l’Académie. Il fut alors remarqué par Dark Velgoï, historien en charge des fouilles archéologiques pour l’Empire.

Bien que divergents sur leur conception de la Force, Velgoï et Yogtoth parcoururent la galaxie pour assouvir leur soif de connaissances ou combattre pour l’Empire. Yogtoth garda un contact secret avec sa famille et s’acharna à les protéger pour que nul ne puisse les utiliser comme otages. Il traqua et tua tout ceux qui connaissaient son visage, son vrai nom ou tout autre information concernant son passé pendant que son Linare, sa famille proche, allait se réfugier dans un autre clan iridonien ayant juré de les protéger.
Devenu seigneur sith, il ne restait plus qu’une personne susceptible de le trahir : Velgoï. Malgré leur passion commune et toutes ces années ensembles, Velgoï commençait à voir d’un mauvais œil l’étrange philosophie de son apprenti et menaça Yogtoth pour le ramener vers le Côté Obscur. Ce dernier n’attendit pas. Il profita d’une expédition sur Tatooine pour assassiner Dark Velgoï, maquillant sa mort pour faire croire à une attaque des hommes des sables. Les autorités locales n’y virent que du feu mais il jugea préférable d’écourter son séjour pour retourner sur Dromund Kaas où une autre mission l’attendait.

Désormais Dark Yogtoth, il prit en charge les anciennes fonctions de Velgoï et reçu aussitôt la mission d’enquêter sur des rumeurs mentionnant une étrange communauté dans la jungle de Dromund Kaas. Il découvrit ainsi le campement révanite caché et décida de leur parler plutôt que de les massacrer. Leur vision de la Force était si proche de la sienne qu’il investigua plus avant. Il découvrit ainsi les reliques laissées par Revan et leur puissance le convainquit de rejoindre l’Ordre révanite.

Yogtoth joue depuis un double jeu : officiellement seigneur sith au service de l’Empire mais en réalité membre de l’Ordre révanite. Désormais, il joue de ses fonctions et de son sabre pour réunifier la Force et stopper les destructions inutiles de la guerre qui déséquilibrent la Force pour instaurer un nouvel ordre de l’univers suivant les principes de Revan.
avatar
Yogtoth
Légende

Messages : 113
Date d'inscription : 01/04/2015
Age : 24
Localisation : Caché dans les Archives

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation : Yogtoth

Message par Yogtoth le Ven 17 Juil - 9:39

Identité :
Nom : Yogtoth (nom de naissance caché)
Âge :  estimation à 42 ans
Taille : 1m85
Poids : 75 kg
Sexe/race : mâle zabrak

Armes :
Armes corps à corps : Sabre laser, techno-lame, Couteau, Vibrolame, techno-lame

Armure/défense :
Type : intermédiaire
Bonus de dé de défense +2
Bonus de dé d'attaque +2

Pouvoir de force :
Sensibilité à la force [5]
Point du côté obscur  [0]
Point du côté clair [2]

Compétence de combat :
Volonté : Augmente les dégâts de force (+0 dégât)
Vigueur : Augmente les dégâts de mêlée (+1 dégât)
Visée : Augmente les dégâts à distance (+0 dégât)
Astuce : Augmente les dégâts d’armes technologiques (+0 dégât)
(base de 1 de dégât)

Compétences avancés :
Négociation
Archéologie/Recherche
avatar
Yogtoth
Légende

Messages : 113
Date d'inscription : 01/04/2015
Age : 24
Localisation : Caché dans les Archives

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Blocs de données cryptés de l'Archiviste

Message par Yogtoth le Mer 2 Sep - 12:16

*Début de l’enregistrement*

Entrée 1 : Satunda, 21 Melona 15 Ap. TC

Ma vie a pris un tournant surprenant. Qui se serait douté que Dark Yogtoth, responsable de la Cellule d’Archéologie du Sanctuaire Sith et pur produit de l’Empire devienne un jour Révanite? J’estime même que c’est la Force qui m’a guidé. Je ne suis pas un Révanite depuis longtemps et pourtant j’ai déjà du mal à me souvenir de tout ce qui m’est arrivé au sein de l’Ordre. Les derniers évènements furent… instables et il est temps pour moi d’entreprendre la rédaction de ces mémoires. Dorénavant, je transcrirai dans ces blocs cryptés mon expérience au sein de l’Ordre sans omettre le moindre détail de mes pensées. Je ne tiens pas à faire une chronique de mon passage mais il est important que tout soit consigné pour surveiller mon évolution parmi eux. En tout cas, nul à part moi ne devra lire ces lignes.

Il me faut d’abord résumer les circonstances qui m’ont poussé à rejoindre l’Ordre. Pour ce faire, je dois remonter à mon retour de Tatooine. Mon maître, Dark Velgoï, a trouvé la mort sur cette planète. Je ne le regretterai pas. De retour sur Dromund Kaas, c’est tout logiquement que j’ai pris sa place à la tête de la Cellule d’Archéologie. Je poursuis ainsi son oeuvre, même si nos opinions divergeaient sur certains points.

Mon point de vue sur la Force se doit encore d’être dissimulé car vu comme une hérésie par les Sith. Quand comprendront-ils que la Force est Une? Lumière et Obscurité ne sont que deux approches différentes d’un même phénomène. Certes, il est impossible d’utiliser ces deux aspects simultanément mais n’importe qui peut maîtriser tout les aspects de la Force. Tout les moyens sont bons pour accroître sa puissance mais en veillant à respecter la vie.

Bref, je m’égare. Deux semaines après mon retour, le Sanctuaire m’envoya enquêter dans la jungle. Un groupe de dissidents s’y était formé, professant un enseignement différent des Sith et des Jedi. Voilà qui m’intriguait. Équipé d’une amulette révanite qu’on m’avait fournie pour m’infiltrer, j’optai pour une approche solo, préférant me présenter comme un adepte potentiel plutôt qu’en vindicateur venu faire régner la loi Sith. Il m’a fallu quatre jours de voyages à travers la jungle sur mon speeder avant de trouver les premiers signes de ces gens.

D’abord, je trouvai des traces d’activité. De la végétation taillée pour dégager un chemin, les animaux plus discrets, des bruits n’appartenant pas à la jungle. Je camouflai mon speeder et m’avançai avec discrétion vers les sons. Dans une clairière attenante à une vallée encaissée et dégagée s’étendait un grand campement. Les Révanites évoluaient calmement dans d’amples robes bleues et mauves dans toute la zone. Je m’approchai et fut accueilli chaleureusement pas deux d’entre eux. Je m’attendais à tout mais pas à des gens affables et souriants. Je présentai l’amulette que l’on m’avait transmise mais ils m’emmenèrent près de leur responsable sans y prêter attention. C’est ainsi que commença mon initiation.

Je ne peux pas écrire tout ce que j’ai vu là-bas, tant il y aurait à dire. J’en ferai un compte-rendu complet dans mes blocs sécurisés avec le reste ou dans une étude sur l’initiation révanite. Pour faire court, j’ai découvert Revan et son enseignement. Disons plutôt les principes appliqués par ses cultistes puisqu’il ne s’est jamais manifesté à eux. Leur vision des choses était si proche de la mienne que j’en oubliai ma mission. Je passai des mois auprès d’eux, apprenant tout ce que je pouvais et découvrant leurs reliques et artefacts. Rares étaient ceux réellement puissants dans la Force, mais je ne doutais pas qu’ils avaient tous un grand potentiel. Toutefois, il fallait que je les quitte dès mon instruction terminée. Je repartis avec l’assurance de garder le contact, l’amulette cachée dans mes vêtements pendant que je convainquis mes supérieurs Sith que ces dissidents n’étaient pas dangereux. J’étais résolu à changer l’Empire de l’intérieur car, encore un point commun avec eux, je pense que la guerre met la Force à mal en détruisant tellement de choses qu’il faut l’arrêter au plus vite.

Néanmoins, ma résolution fut mise à rude épreuve. Bien qu’étant un Révanite confirmé, j’étais seul. L’Ordre m’envoyait des messages sporadiques et le réseau que j’essayais de constituer mettait trop de temps à s’étendre. Je pris mon mal en patience. J’étais convaincu que la Force m’enverrai un signe, qu’elle me dirait de quitter ce mutisme imposé par l’Ordre depuis mon départ du camp de Dromund Kaas.

Il fallut attendre des années. Suffisamment pour que les Révanites qui communiquaient de moins de moins finissent par ne plus répondre à mes messages. J’étais sûr d’avoir été lâché, abandonné. Mais je l’ai senti. Un grand trouble dans la Force me prévint que le moment était venu. Je savais qu’Il était de retour. Il fallait que je déroge à l’ordre qui m’avait été donné, je ne voulais plus être un membre de réserve.

Je prospectai dans toute la galaxie à la recherche des Révanites pour les rejoindre définitivement, en vain. J’appris par la suite qu’un prisonnier avait disparu de la prison du Maelström et échappé au joug de l’Empereur qui envoya une équipe d’intervention pour l’éliminer. Grâce à cette équipe, nous avons retrouvé la Fonderie, cet immense complexe d’ancienne technologie dans lequel ce prisonnier s’était réfugié. Je ne connais pas les détails mais une chose était sûre : Revan était de retour.

Pourtant, je ne retrouvai pas les Révanites. Les années passaient et je stagnais toujours au même point, la vieille amulette en poche. Je continuais donc de jouer mon rôle en attendant une évolution. J’observais les troubles de l’Empire et de la galaxie, cherchant partout un indice de l’activité des Révanites.  Ce n’est que lorsque tout s’ébranla, me surprenant comme le reste de la galaxie, que je les retrouvai.

Les évènements de Rishi et de Yavin IV m’ont fait douter de Revan et de ses disciples. Vouloir anéantir l’Empereur était louable mais comment auraient-ils pu y parvenir? Et pourquoi fallait-il passer par tant de massacres et de déséquilibres? Une action conjointe avec la République et l’Empire aurait pu avoir une chance infime d’y arriver. Mais j’ai vu la folie qui s’était emparé de Revan. Je l’ai sentie lorsque je bataillais sur Yavin aux côtés des deux factions réunies. Je comprenais pourtant le combat de Revan, bien que n’ayant jamais vu Nathema. Je savais quel danger représentait l’Empereur et sa soif de pouvoir inextingible. Pourtant, je luttais contre celui que j’estimais le plus proche de moi par sa philosophie. Était-ce ma rancoeur d’avoir été laissé de côté qui effaça mes remords de les combattre? Même si je n’étais pas en première ligne, j’offrais mon soutien à l’Alliance ce qui revient au même.

Ce n’est qu’une fois le conflit fini que j’ai senti la Force changer. L’alliance entre la République et l’Empire était parvenue à ramener Revan à la raison même s’il faisait désormais partie de la Force. Cette réussite éclatante de l’alliance me convainquit. La galaxie ne peut survivre que par l’unité. C’est pourtant impossible car, pour qu’une telle utopie survienne, il faut qu’une faction prenne le dessus ou que tous s’unissent sous une même autorité. En l’état, les convictions de chacun nous en empêchent.

Mais si les Révanites reviennent? Cette troisième faction peut représenter une solution. Ils pourraient infiltrer patiemment les hautes sphères de l’Empire et de la République comme l’ancien Ordre le souhaitait ou bien reprendre les armes. De là, il n’y aurait que deux finalités: imposer leur loi par la force ou mourir en ayant unifié la galaxie contre eux. Cela ne restait qu’une pensée peu réfléchie car je ne suis ni stratège, ni chef de guerre, ni espion.

Je retournai sur Dromund Kaas après ce terrible conflit sur Yavin IV, plein de doutes. Je ne savais plus quoi faire. Je ruminais de sombres pensées durant le trajet jusqu’à ma demeure, perdant peu à peu de vue mes espérances en une galaxie unie. Une fois dans mes quartiers, je décidai de méditer pour apaiser mon esprit et me recentrer sur la Force. Quelques jours plus tard, un nouveau signe m’apparut sous la forme d’un simple billet marqué d’une adresse et d’un symbole identique à celui de ma vieille amulette. Quelqu’un m’attendait à Nar Shaddaa.

Voyageant aussi vite que possible, j’atteignis le point de rendez-vous, un vieux casino délabré dans un quartier à l’abandon de Nar Shaddaa. J’entrai dans le hall avec prudence et un soldat en faction m'interpella. Hésitant, je montrai discrètement mon amulette et il s’excusa aussitôt de m’avoir dérangé. Je franchis donc le hall jusqu’à une petite pièce sombre où m’attendait un homme que je sentis puissant dans la Force. Nous nous regardâmes longuement avec curiosité avant qu’il ne se décide à parler.

Il m’expliqua que l’Ordre affaibli s’était séparé en plusieurs cellules cachées et qu’il était responsable de la cellule impériale. Leur défaite sur Yavin avait cruellement réduit leurs effectifs et ils s’étaient décidés à rappeler les “membres dormants”, ceux qui avaient été initié mais tenus à l’écart pour telle ou telle raison. Apparemment, ils avaient jugé bon de m’écarter pour me laisser mûrir. J’avoue que cette excuse m’a semblé bien faible mais j’acceptai sans rechigner. S’ils avaient besoin de moi, j’étais prêt à leur excuser ma mise à l’écart.

Une fois les choses clarifiées, il m’emmena assister à une réunion dans une autre pièce du casino. Nous étions quatre: moi, le responsable et deux autres participants dont je sentais la méfiance. Nous discutâmes longtemps de mon adhésion et de moi-même avant de passer à un ordre du jour, rien de bien intéressant. A la fin, nos compagnons partirent en premier et je restai seul avec le responsable. Il devait avoir vraiment confiance pour ne pas voir un danger en moi. Il m’entretint des différents moyens de communication sécurisés avec l’Ordre puis me congédia en me conseillant de veiller à répondre aux appels de l’Ordre avec diligence.

Je retournai dans mon bureau, encore sous le choc de tout ce que je venais d’apprendre durant cette courte initiation. Je ne savais pas quoi penser. Sans doute la nuit m’apporterait conseil. J’étais attristé de ne pas retrouver les visages qui m’avaient souri sur Dromund Kaas. Avaient-ils tous disparu sur Yavin?

Je vois que l’heure tourne. Je vais terminer cette première entrée ici.

*Fin de l’enregistrement*


Dernière édition par Yogtoth le Mer 18 Mai - 15:45, édité 3 fois

_________________
Ne vous mettez pas en avant mais ne restez pas derrière non plus car le silence a toujours ses regrets
avatar
Yogtoth
Légende

Messages : 113
Date d'inscription : 01/04/2015
Age : 24
Localisation : Caché dans les Archives

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Blocs de données cryptés de l'Archiviste

Message par Yogtoth le Mer 9 Sep - 15:42

*Début de l'enregistrement*

Entré 2 : Natunda, 33 Melona 15 Ap. TC

J’étais toujours pensif à propos de cette réunion sur Nar Shaddaa. Ils ne l’avaient pas avoué, mais leur défaite sur Yavin a dû avoir bien plus de répercussions sur leurs effectifs que prévu. Est-ce le désespoir qui les a poussé à me rappeler? Non, c’est là un mot trop fort. Leurs nouveaux objectifs nécessitent toutes les ressources nécessaires.

Je n’étais toujours pas encore sur le terrain mais j’ai pu apporter soutien logistique et conseils grâce à ma position au Sanctuaire et à mes compétences diverses. En retour, l’Ordre me faisait parvenir des documents et des artefacts que je maquillais dans mon musée personnel afin de parfaire mes connaissances de la voie de Revan. Je constituai ainsi un petit dépôt d’archives révanites, bien caché dans le centre de recherche de ma forteresse personnelle.

A côté de ça, ils m’appelaient de temps à autres pour assister à une de leurs réunions dans ce casino délabré de Nar Shaddaa. Nos discussions revenaient toujours aux mêmes points : comment trouver de nouveaux membres, rassembler les reliquats de l’Ordre, infiltrer telle ou telle organisation, et bien d’autres objectifs souvent décourageants. Je voyais derrière les façades. L’Ordre était devenu trop faible. Il fallait que les Révanites retrouvent l’espoir en leur case, qu’ils reprennent confiance en l’avenir et je savais qu’aucun discours ne suffirait. Il fallait passer à l’action.

L’occasion se présenta exactement deux mois après cette première réunion. Le Maître de l’Ordre, dont j’appris plus tard qu’il s’appelait Krayy, présida une réunion où je siégeai avec Seyshan que je rencontrai ce soir-là, l’Officier et Armosmith, un mercenaire que je n’avais pas vu souvent mais dont j’appris le nom par la suite. Le sujet du jour fut très intéressant. Le Maître avait décidé que l’Ordre devait partir en mission.

Une bibliothèque sur Coruscent avait dans ses stocks des données militaires précieuses, notamment des emplacements d’avant-postes et des rapports d’enquête sur les Révanites. L’Ordre devait les subtiliser pour renforcer sa compréhension tactique et tenter de retrouver le matériel révanite perdu lors de la défaite de Yavin IV.

Pour ce faire, une petite équipe composée de tout les membres présents ce soir-là embarquerait dans un cargo de contrebandier pour atteindre une baie d'amarrage proche du bâtiment ciblé. Une étude préliminaire des lieux montra que deux gardes au maximum patrouillaient dans les couloirs de la bibliothèque dont le système de surveillance était clairement désuet et facilement maîtrisable. Le plan était simple : l’équipe devrait entrer par l’ascenseur de service, maîtriser les gardes et neutraliser les systèmes de surveillance, récupérer les données et tout ce que la bibliothèque peut receler d'intéressant, puis partir de nouveau par l’ascenseur avant de quitter rapidement la planète.

J’étais surpris et excité. Enfin j’allais prouver ma valeur ! J’étais si fébrile de pouvoir participer à une mission sur le terrain que j’en trépignai dans mon siège. Et la perspective d’une occasion de voler des documents et artefacts en temps normal hors de ma portée m’enchantait particulièrement. Et pour couronner le tout, Krayy me confia la tâche d’instruire Seyshan dans la Voie de Revan. Cette soirée me vit donc confier deux tâches importantes pour l’Ordre. Que Krayy me fasse suffisamment confiance pour m’emmener en mission et me donner le rang d’Instructeur me réjouit au plus haut point.

Quelques jours plus tard, nous atterrissions dans la capitale de la République. Notre vaisseau se posa à quelques blocs de la bibliothèque, dans un quartier de basse extraction où passâmes inaperçus. La soirée était déjà bien entamée et la vie nocturne entrait en pleine effervescence. Une petite ruelle moins fréquentée cachait l’ascenseur de service près duquel nous attendîmes le temps que Armosmtih pirate le système. Cela fait, nous prîmes place dans ce qui ressemblait plus à un monte-charge, sans doute prévu pour des caisses et non le personnel. Nous étions tendus en montant les étages.

Nous arrivâmes dans une petite pièce servant de réserve et heureusement non surveillée. Nous avons investi silencieusement la pièce puis avons sondé les alentours avant de poursuivre. Après un hall vide, une garde, seule, tomba nez à nez avec Armosmith. Visiblement inexpérimentée et effrayée, elle se laissa ligoter sans opposer de résistance et répondit à toutes nos questions. Rassurés de savoir qu’elle était seule en faction ce soir-là et que l’ordinateur à côté d’elle permettait d’accéder aux données tactiques que nous cherchions, le Maître m’emmena avec Seyshan vers l’étage. Je m’occupai de désactiver le générateur principal pour neutraliser les systèmes de sécurité et nous pénétrâmes dans la Salle d’Archives Principale. Des artefacts, des cristaux et quantités de documents nous attendaient!

Je rassemblai artefacts, reliques et cristaux dans mes sacs et Seyshan téléchargea toutes les données contenues dans les bases de données pendant que Krayy retournait en bas. Certaines pièces semblaient provenir des stocks des Jedi et possédaient une indéniable puissance dans la Force. J’ai reconnu des objets originaires des Maîtres d’Effroi et d’autres Sith de grande puissance. Assurément, cette mission s’avérait bien plus profitable que je ne l’avais imaginé. Le Maître nous laissa et partit rejoindre le vaisseau pour l’apprêter au décollage qui devait avoir lieu rapidement. Nous n’étions plus que trois à l’intérieur, Armosmith surveillant la garde tout en téléchargeant les données tactiques.

Après plusieurs dizaines de minutes, je me rendis alors compte que quelque chose n’allait pas, cela faisait trop longtemps que les autres ne se manifestaient pas. Et puis, il était impossible d’entendre quoique ce soit depuis l’étage mais je sentis que la situation nous échappait. Inquiet, je demandai à Seyshan de poursuivre la collecte de données et de documents avant de me marcher, tendu, vers l’escalier. Je tendis l’oreille et mes perceptions de Force mais seuls mes pas résonnaient contre les murs métalliques. Je n’entendis les voix qu’en passant le portique menant au hall. Masquant ma présence du mieux que je pouvais, j’écoutai attentivement.

Une voix inconnue résonnait dans la pièce où étaient Armosmith et la garde. Je compris qu’un autre garde, apparemment le supérieur de celle que nous avions ligotée, était arrivé à l’improviste et menaçait Armosmith. Je me faufilai discrètement jusqu’à l’entrée de la pièce et jetai un coup d’oeil furtif à l’intérieur. Armosmith me tournait le dos, cachant heureusement l’entrée de la pièce, et pointait son arme vers le garde qui se rapprochait lentement du panneau de contrôle pour activer l’alarme manuellement. La garde ligotée gisait toujours à côté du mur au fond à droite de la pièce et pleurait, de terreur ou de joie je ne sais.

J’hésitai sur la marche à suivre mais optai pour une entrée théâtrale. J’allumai mes deux sabres et avançai droit vers le garde avec une lenteur calculée. L’effet ne se fit pas attendre. Le garde crut d’abord voir arriver un Jedi mais mon allure et mon air menaçant le firent hésiter puis il commença à prendre peur. Il me suffit juste de lui ordonner de lâcher son arme pour qu’il obéisse sur le champ, je n’ai même pas eut besoin de recourir à la Force. Armosmith se précipita pour le ligoter et l’empêcha de justesse d’utiliser un holocommunicateur dissimulé dans son uniforme. J’éteignis mes sabres et me tournai vers la femme pour la rassurer. Nous étions des voleurs, pas des assassins.

L’homme en profita pour donner un coup de tête au mercenaire et courut vers le panneau de contrôle pour sonner l’alarme. Il n’aurait jamais dû. D’un même mouvement, je fis un Bond de Force en allumant mes sabres, me réceptionnai dans son dos et frappai sans hésiter. Le garde s’écroula avec un cri bref et mourut avant même de toucher le sol. Sa subordonnée gigotait, paniquée et hurlant à travers le bâillon en me voyant abattre ce garde. Il fallut que Armosmith lui administre un sédatif pour la calmer au moment où Krayy revenait nous chercher. Seyshan arriva avec nos trouvailles et nous partîmes aussi vite que nous le pouvions.

Dans l’ensemble, l’opération fut une réussite. Nous avions obtenu les données recherchées en plus d’une grande quantité de documents et d’objets passionnants. En revanche, j'ai bafoué mes valeurs en tuant un homme.

Mon désir de préserver la vie fut surpassé par l’envie de faire mes preuves alliée à des réflexes acquis par des années d’entraînement au combat. Si seulement ce soldat n’avait pas tenté d’appeler des secours, nous serions partis sans se tâcher les mains de sang. En enregistrant ces lignes, je me dis que deux volontés similaires se sont affrontées ce jour-là, deux allégeances, l’Ordre et la République. Et il a fallut que ma force surpasse celle de cet homme. Il savait qu’il n’atteindrait jamais cette console mais il n’a pas hésité une seconde. Pourquoi se sacrifier ainsi? Donner sa vie pour une cause en laquelle on croit n’a de sens qui si ce sacrifice permet à cette cause d’avancer… ou de perdurer.

Etait-ce son but? Peut-être pensait-il aider la République à subsister. A la réfléxion, je peux comprendre ça. Mais je me rappelle très bien mes sentiments lors du voyage de retour. Joie. Colère. Tristesse. Joie d’avoir accomplie cette mission et d’avoir prouvé ma valeur. Colère causée par un imbécile qui n’avait pas à mettre sa vie en danger. Tristesse d’avoir dû tuer cet imbécile, ceci allant à l’encontre de mes convictions. et après tout ce temps, je connais même pas son nom.

Ce n’était pas le premier homme à périr de ma main, mais le premier que j’ai dû tuer pour l’Ordre. Et ce ne sera pas le dernier.

*Fin de l’enregistrement*


Dernière édition par Yogtoth le Ven 4 Déc - 18:39, édité 2 fois

_________________
Ne vous mettez pas en avant mais ne restez pas derrière non plus car le silence a toujours ses regrets
avatar
Yogtoth
Légende

Messages : 113
Date d'inscription : 01/04/2015
Age : 24
Localisation : Caché dans les Archives

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation : Yogtoth

Message par Yogtoth le Mer 7 Oct - 14:52

*Début de l’enregistrement*

Entrée 3 : Katunda, 35 Melona 15 Ap. TC

La joie de mon nouveau rôle d’instructeur pour l’Ordre éclipsait à peine le désarroi du meurtre commis sur Coruscent. Seyshan s’avérait une élève très attentive… tant qu’elle était à jeun. Krayy me confia que son addiction venait combler un vide affectif ou une perte tragique ou les deux.  Cela troublait évidemment ses performances et son affinité avec la Force. J’avais là un problème assez ardu : comment lui apporter la paix spirituelle dont elle cherchait le secret au fond de son verre ?

Une occasion se profila lors d’une importante mission sur Tatooine. Des Impériaux avaient mis à jour une série de ruines qu’ils soupçonnaient issues des Jedi. Étant connu dans l’Empire pour mon désir de comprendre les Jedi pour mieux les vaincre, je fus d’emblée appelé à étudier ces ruines sur place. Je n’emmenai toutefois pas Seyshan avec moi. Je préférai tâter le terrain avant de l’amener sur une planète potentiellement dangereuse pour elle.

Tatooine a longtemps été un bastion des Jedi qui ont laissé nombre de restes maintenant ensevelis par le sable et le temps. Cette planète est puissante dans la Force. Cela peut paraître étonnant quand on sait que la vie engendre la Force et que la Force renforce la vie. Pourtant, ceux qui, comme moi, ont une forte affinité avec la Force ne peuvent que ressentir la subtile mais tenace trace de Force présente dans le moindre roc de cette planète désolée. De plus, rares y sont les lieux qui sont infusés de pouvoirs obscurs. Une observation rapide montre d’ailleurs que ces pouvoirs obscurs sont extrêmement récents en tenant compte de l’histoire de Tatooine.

Bref, un pèlerinage sur Tatooine risquerait d’être dangereux pour Seyshan. La Force y est puissante et pousse à l’introspection. Les anciens Jedi venaient probablement s’y ressourcer pour se purifier et trouver la paix. Seyshan n’était pas prête pour ça. Ce travail aurait été trop éprouvant pour elle. Il fallait que je commence par une rencontre plus amicale, plusieurs entretiens pour la mettre en confiance afin qu’elle se confie à moi. Tatooine aurait été une des dernières étapes de mon enseignement. Il est dommage qu’elle fut si indépendante. C’est pourquoi je lui ai laissé beaucoup de libertés et, malheureusement, nous ne la voyions plus que rarement. J’aurais vivement apprécié que cette première élève m’aide à parfaire mes méthodes d’enseignement avant de prendre d’autres initiés sous mon aile.

D’ailleurs, je n’en ai pas eut tellement par rapport à d’autres instructeurs. Bien des élèves sont venus chercher des enseignements près de moi, même des membres plus anciens que moi, mais rares sont les initiés passés exclusivement par mon enseignement. Je ne m’en plaindrai pas, c’est une manière comme une autre d’éviter d’ébruiter mes secrets.

A ce propos, tout cela va changer puisque les officiers et membres de niveau supérieur ont décidé de réformer le système d’initiation. Il faut que nous discutions encore de bien des détails mais nous allons vers un mieux.

Comme de juste, je serai à priori chargé de dispenser des enseignements théoriques sur l’Ordre et son histoire. J’aimerais toutefois éviter de consacrer trop de temps à l’enseignement au risque de rogner sur mes recherches et ma présence sur le terrain.

Quoique, dire que je n’étais pas très actif serait exagéré. Peu après l’affaire de Coruscent, un évènement me fit sortir des Archives du Testament, Archives dont j’étais officiellement à la tête depuis quelques temps. Une réunion fut organisée et Krayy nous exposa les faits relatés dans le rapport de mission du 28 Datunda Nelona :

Les révanites ont intercepté des communications provenant d'un vaisseau cargo de la république. Il a pu être identifié précisément. A son bord, un équipage, constitué de soldats de la république et d'une maître jedi, protège une précieuse cargaison. Le vaisseau transporte divers artefacts sith et jedi ainsi que des réserves militaires, munitions, kolto...
Également à son bord se trouve un bloc de données protégé inséré dans l'ordinateur du vaisseau, pouvant mener à une puissante relique. Les républicains, partis de la bordure extérieur, se dirigent vers une bibliothèque de Coruscant. L'Ordre s'est donné pour mission d'intercepter ce cargo lorsqu'il sera en orbite de Tatooine, d'entraîner son crash, et de récupérer sa cargaison.
L'objectif principal étant de récupérer le bloc de données menant aux coordonnées du précieux artefact perdu. Pour le reste du contenu, aucune instruction n'a été donnée et chaque membre pourra ainsi profiter et récupérer un butin personnel.
Au cas où il y ait des complications, une équipe d'intervention ainsi que des combattants sont mobilisés, afin de neutraliser les éventuels survivants, et de faire face aux possibles imprévus...

Le cargo de la république a été touché et s'est écrasé sur Tatooine dans la mer de dune. Ne connaissant pas les coordonnées exacts, les révanites devaient se poster vers l'avant-poste militaire républicain Thorazan afin d'intercepter les éventuels survivants, puis s'il n'y en avait pas, commencer un scan planétaire qui aurait prit plus de temps. Tous les soldats de l'escorte de la république ont été tués, seul une jedi avait réussi à survivre.
Celle-ci a été interceptée en chemin par les révanites. Refusant de coopérer, l'escouade de l'ordre a du dégainer ses armes et neutraliser la jedi pour la faire parler, après quoi celle-ci était libre car ignorant tout de ses agresseurs.
Une fois le site du crash trouvé, toute la cargaison ainsi que l'ordinateur de bord ont été récupérés et transportés sur le Testament.
A présent il ne reste plus qu'à faire un point sur tout ce qui a été trouvés.


Ce rapport est trop concis. Le combat contre ce maître Jedi fut des plus ardu. Elle tint tête à quatre Révanites, tous utilisateurs de la Force, et n’abandonna le combat qu’après avoir sévèrement blessé Rylar et Krayy. Sivàs et Moi-même commencions à désespérer mais l’arrivée providentielle quoiqu’un peu chaotique d’Armosmith fit pencher la balance en notre faveur. Et heureusement nous l’avons laissé partir en vie puisqu’elle ignorait totalement qui nous étions, nous prenant pour des Sith. Après quoi la fouille de l’épave ne prit pas beaucoup de temps.

L’ordinateur de bord cachait des coordonnées potentiellement intéressantes pour l’Ordre. On put ainsi repérer un poste d’écoute impériale sur Hutta dont la banque de données contenait l’emplacement exact d’un bunker secret protégeant une puissante relique. L’opération se fit sans moi car j’étais bloqué par une fouille sur Dromund Kaas. En tout cas, le succès fut prodigieux. Le fameux bunker était une antique forteresse cachée sur Yavin IV. Quelle ironie qu’il nous faille trouver une relique susceptible de faire avancer nos plans sur la planète même où Revan fut vaincu.

De plus, ces données nous indiquèrent un entrepôt de Rishi sensé protéger une partie de la cargaison. Aussitôt, j'accompagnai Krayy et Urrim pour aller récupérer ce que nous supposions être des artefacts. L'opération n'était pas difficile mais il fallait que nous arrivions sur place discrètement et que nous parvenions à retrouver les bonnes caisses parmi les stocks de l'entrepôt. Nous engageâmes une jeune pilote de contrebande qui nous fut voyager dans les chambres d'équipage d'un vieux vaisseau de transport modifié pour accueillir toutes sortes de cargaisons plus ou moins légales.

Une fois sur place, nous nous sommes rapidement dirigés vers le bâtiment, rassurés de voir le peu d'attention que nous portaient les pirates de la Crique. Urrim tomba presque aussitôt sur une des caisses que nous cherchions et je trouvai la deuxième peu après. En l'ouvrant, j'aperçus ce qui semblait être des étuis protecteurs dont un s'était ouvert et laissait apparaître la poignée d'un sabre laser. J'appelai Krayy pour confirmer mes suppositions et nous embarquâmes la cargaison après avoir vérifier que c'était le deux seules caisses à prendre. L'étape la plus délicate allait commencer : partir sans se faire voir.

Urrim sorti le premier, avançant tel un docker qui sait où il emporte sa marchandise. A mon tour, j'essayais de quitter l'entrepôt le plus naturellement possible mais je ressentis alors un danger venant dans mon dos. Lâchant la caisse, je me retournai vivement pour intercepter le coup d'un pillard qui pensait que je volais son butin. L'homme était expert en combat rapproché car son poing passa ma garde et heurta douloureusement mon estomac à travers le fin vêtement que j'avais choisi pour me fondre dans le décor. Heureusement, Urrim entendit le grabuge et assomma l'importun d'un coup de son sabre laser éteint.

Reprenant contenance, nous nous dépêchâmes de retourner au vaisseau. Je dois admettre que je m'attendais à ce que cette pilote file sans demander son reste mais je ne pus m'empêcher de jurer en voyant notre bon de sortie envolé. Nous restâmes quelques instants face à l'emplacement vide où devait normalement se trouver notre vaisseau, nous demandant comment nous allions pouvoir quitter Rishi. Mais une planète de pirates devaient sûrement proposer plus d'une manière de s'échapper. Portant toujours les caisses, nous interrogeâmes équipages au travail et capitaines flânant le long des quais pour négocier notre trajet. Un groupe de pillards en armure rouge semblait sur le point de partir à vide et nous tentâmes notre chance.

Je négociai avec leur chef qui s'avéra dur en affaire. Proposant des sommes d'argent chaque fois plus élevées et tentant même d'utiliser la Force pour le persuader, je ne parvins pas notre obtenir une place. Face à mon échec, Urrim opta pour une solution plus radicale. Se dissimulant dans la Force, il se faufila parmi eux pour les endormir l'un après l'autre jusqu'à ce que seul le pilote en train d'ajuster ses instruments soit éveillé. La surprise qui s'afficha sur son visage en voyant tout son équipage endormi et trois inconnus visiblement dangereux installer des caisses dans son vaisseau était si comique que je quittai Rishi le sourire aux lèvres.

Notre retour sur le Testament se fit sans heurt et nous pouvions enfin souffler en posant ces fichues caisses sur le sol de la passerelle principale. Krayy se fit un devoir d'ouvrir les caisses en nous félicitant de la réussite de cette mission de récupération. La première contenait du matériel militaire et quelques babioles mais la seconde fut particulièrement intéressante. Comme je l'avais vu auparavant, des sabres laser très anciens attendaient là. L'arme qui fut offerte à était indéniablement de confection Sith, un grand pouvoir obscur en émanait et sa lame noire teintée de violet était éloquente. Le deuxième sabre que Krayy me tendait appartenait sûrement à un Jedi car sa lame d'une blanc bleuté et son pouvoir ne laissaient aucun doute. Le dernier, un double-sabre à la lame noir orangée qui avait paraissait lui aussi Sith.

Il nous fut demandé à Urrim et moi d'étudier ces armes et je pense que les évènements nous en ont empêché. Tout ce que je peux dire maintenant c'est que le Jedi qui maniait le sabre que Krayy m'a donné maîtrisait les techniques du Soresu. Malgré son aspect mal fini et un peu bancal, l'arme est massive et solide tout en gardant un grand équilibre, caractréristiques parfaites pour un combattant du Soresu.

Mais l’Ordre dut affronter un ennemi inattendu, m'interrompant dans cette étude. J’ignore quand ça a commencé, n’ayant pas été tenu au courant, mais l’Ordre commençait à trembler. Un Seigneur Sith, Dark Solkhan, avait contacté l’Ordre. Nous ignorons toujours comment il a appris l’existence de survivants révanites et encore moins de quelle manière il a su comment nous contacter. Toujours est-il qu’il n’en avait pas après l’Ordre.

Dark Solkhan souhaitait que l'Ordre se charge de capturer un terroriste dénommé l'Hydre en échange d’un technologie volée par la cible, technologie capable de contrôler les droïdes. Un groupe de chasseurs de primes fut aussitôt monté afin de se charger de l'affaire. Ces derniers trouvèrent l’Hydre et le lâche déguerpit, nous laissant libres de prendre cette technologie. Ce que nous ignorions, c’est que Solkahn avait voulu nous doubler, s’alliant avec l’Hydre puis menaçant de révéler l’existence de l’Ordre si nous tentions d’éliminer le Sith ou d’attaquer l’Empire.

Et pire, j’appris de Rylar que Krayy avait tenté d’amener ce Sith à nous rejoindre lors des négociations. Il aurait dû voir que ce Sith, bien qu’étant motivé par une quête de puissance personnelle, avait toujours un instinct le poussant à défendre l’Empire. Après un bref combat où Krayy fut blessé, l’Ordre échangea un potentiel collaborateur contre un ennemi insidieux. Et depuis lors, Solkhan s’est réfugié quelque part et attend son heure.

Comment Krayy a-t-il pu faire une erreur aussi stupide? Faire cette proposition à une telle personne relève de l’inconscience. Il était évident que Solkhan, que nous connaissions à peine, n’aurait jamais accepté car l’Ordre représente un outil susceptible de servir ses plans. Un outil dangereux qu’il sera prêt à détruire si jamais il ne fonctionne pas correctement. C’était une chance qu’il n’ait pas mis ses menaces à exécution mais désormais l’Ordre devra vivre dans l’attente que ce Sith ressorte de l’ombre.

Je crois au final que c’est mon absence qui me hérissait le plus. L’impuissance de ne pas savoir comment se seraient déroulé les évènements si j’avais été là. Néanmoins, je me rassurai en voyant le regard de Krayy. Son erreur l’avait profondément touché, dans sa chair comme dans son esprit. Quand un guerrier reçoit une blessure, il doit se reposer pour guérir puis se relever en se demandant pourquoi il fut blessé. Il ne commetra jamais la même erreur deux fois s’il veut vivre jusqu’au prochain combat.

L’Ordre ne s’est pas affaibli. Nous concentrâmes nos actions contre a République, faisant profil bas pour endormir la vigilance de Solkhan. Mais un plan se faisait déjà jour: Solkhan n’avait pas mentionné l’Hydre dans ses exigences. Rien ne nous empêche de traquer ce malfrat puis de remonter jusqu’à Solkhan.

Un jour, nous capturerons l’Hydre et nous retrouverons Solkhan. Dès que nous saurons où les trouver, la traque commencera.

*Fin de l’enregistrement*


Dernière édition par Yogtoth le Ven 4 Déc - 18:39, édité 4 fois

_________________
Ne vous mettez pas en avant mais ne restez pas derrière non plus car le silence a toujours ses regrets
avatar
Yogtoth
Légende

Messages : 113
Date d'inscription : 01/04/2015
Age : 24
Localisation : Caché dans les Archives

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation : Yogtoth

Message par Yogtoth le Mar 13 Oct - 16:37

*Début de l'enregistrement*

Entrée 4 : Atunda, 4 Yelona 15 Ap. TC

Depuis ce combat sur Tatooine, j’essaye de m’entraîner et de participer un maximum aux missions car, à ma grande honte, aucune de mes attaques ne toucha la Jedi. Tant d’années consacrées à la recherche et aux fouilles avaient considérablement réduit mes capacités de combat. Ce fait blessait ma fierté plus que je ne me l’avouais.

Comme tout ceux de ma race, je tire une grande fierté de mes capacités au combat. Je me rappelle encore les entraînements qui incombent aux Iridoniens dès leur plus jeune âge. Je m’étais même illustré dans les arts martiaux traditionnels de tous les clans de ma région natale, de même que pour le Zhaboka et les autres armes traditionnelles. Je n’étais ni le plus grand, ni le plus fort, mais mes capacités physiques associées à mon esprit vif me permettaient de vaincre tout mes adversaires. Je prenais même un malin plaisir à les maîtriser et les projeter hors du terrain. Nos instructeurs se sentaient honorés d’avoir un élève qui maîtrisait si bien les techniques de mise au sol agiles et vives propres à mon clan.

Il m’apparut évident que je devais reprendre un entraînement intensif. En les associant avec les exercices appris en tant qu’acolyte puis apprenti Sith et les autres sciences martiales glanées durant mes voyages, je devrais ainsi parfaire mes techniques de combat. Mais il fallait aussi que je pense à mon équipement qui n’avait pas beaucoup évolué durant ces dernières années.

A force de collecter des reliques et des documents dans toute la galaxie, j’ai mis la main sur d’antiques artefacts de la Force. Ayant appris l’art subtil de tisser des armures infusées du pouvoir de la Force, j’ai tout de suite commencé à imaginer la conception d’une armure de grande puissance, peut-être en reforgeant certaines reliques. Mais il me faudra encore beaucoup de recherches et de collectes avant d’arriver à des plans convenables.

Mon art du sabre laser tournant autour de la forme Ataru, style acrobatique assez proche des arts martiaux de mon clan, il faut de la légèreté en plus de la résistance. Un ensemble qui offre une grande liberté de mouvements tout en bénéficiant des meilleurs apports de la technologie et de la Force. Une base pourrait se faire en reforgeant des reliques et des artefacts de puissants utilisateurs de la Force. J’hésite encore maintenant au design, sans doute opterais-je pour une armure de type révanite selon des plans retrouvés dans les Archives.

Ensuite, il faudra que j’améliore mes sabres lasers. Les Archives révanites regorgent de plans de confection et d’améliorations que personne ne s’est donné la peine de décrypter après la défaite de l’Ordre sur Yavin IV. Hélas, aucun de ceux que j’ai traduit n’est satisfaisant. Il va falloir que je me renseigne ailleurs en parallèle.

Cela me fait penser à cet étrange sabre laser qu’Urrim m’a demandé d’analyser. Il était entré en possession d’un demi sabre laser auprès d’un marchand douteux de Nar Shaddaa qui n’avait su lui renseigner la provenance de l’objet. Dans son premier compte-rendu, Urrim le décrivait comme suit:

...Un sabre laser aux matériaux basiques, à la forme originale et au mécanisme incompréhensible. Mécanisme qui se trouve visible car l'arme a été littéralement coupée en deux et je ne possède qu'une moitié, marchandée à un pilleur de cadavre de Nar Shadaa. Malheureusement il ne s'agit pas de l'extrémité d'où sort la lame, les informations sont donc moins nombreuses.

Cette fois-ci j'ai voulu comprendre comment le sabre avait été coupé en deux plutôt que de chercher comment l'appareil fonctionnait avant sa destruction.
J'ai réussi à me procurer les matériaux de construction de sabres laser (principalement du rebut) et j'ai tenté de coupé le métal avec différents outils. La coupure ne venant clairement pas d'un sabre laser j'ai testé une grande variété de lames ou d'armes (on ne sait jamais).

L'arme dont la coupure est la plus proche de celle qu'arbore le demi-sabre est une vibrolame mandalorienne. Et si le sabre était lui-même mandalorien ? Cela expliquerai sa forme étrange et son mécanisme.


Suite à ces tentatives, il vint me voir et me confia l’objet pour que j’apporte un regard neuf à ses expérimentations. Il me communiqua aussi ses dernières conclusions qui se résument à :

-Le demi-sabre ne réagit pas à la Force.
-Le demi-sabre n'est pas construit comme un sabre classique, son fonctionnement reste un mystère, les éléments à l'intérieur ne semblant pas pouvoir fonctionner, même si le sabre était intact. Cela reste une supposition tant que l'autre moitié n'est pas trouvée.
-La poignée est plutôt imposante et lourde, l'être qui manipulait le sabre devait être de grande taille, ce qui élimine quelques races sans écarter les humains.
-Elle est sensible au chaud et au froid mais elle est totalement imperméable à l'humidité, même les composants interne. Une très légère rouille est apparu sur les bords de la coupure.


Je me suis d’abord penché sur l'hypothèse mandalorienne sans trop y croire. La première étape passa par l'analyse des matériaux de fabrication à partir de la rouille présente sur le moignon. De là, s’il s’agissait d’un matériau comme le beskar, alors une origine mandalorienne se serait avérée plus qu'envisageable et une recherche plus approfondie aurait eut lieu. Toutefois, mes analyses ne portèrent pas leur fruit et il fallut changer de méthode.

J’ai donc tenté d’analyser les composantes internes de l'arme, du moins ce qui était visible à partir du traumatisme. En observant le cristal, la lentille, la cellule d'énergie et l'émetteur ainsi que toutes les autres pièces, j’espérais me faire une idée de leur provenance, de leur fabrication et de la personne qui les avait montées, les sabreurs ayant tendance à toujours monter leur arme d'une manière précise, conditionnée par l'enseignement suivi, le style de combat, la race dans certains cas, etc. Hélas, les pièces visibles étaient par trop génériques et peu remarquables. Impossible de les situer puisque en vente dans presque toute la galaxie. Et je ne pouvais pas analyser plus avant sans démonter l’objet, ce que je me refusais.

En revanche, les matériaux utilisés recoupés avec les éléments internes m’ont permis d’établir l’origine du sabre dans l’Espace Hutt. C’était vaste, mais je tenais déjà une piste.

Néanmoins, c'est l'inertie du sabre face à la Force qui m’intrigua le plus. En effet, les sabres laser étant construits via une transe méditative, ils sont toujours plus ou moins imprégnés de Force. Des sabres laser ne réagissant pas au pouvoir de la Force sont si rares que je n'en avait jamais vu auparavant. De là découla une recherche dans les archives de l'Ordre et du Sanctuaire Sith afin de trouver une trace de telles armes et des peuples qui les avait forgées. Mais là encore, rien de probant.

Je me décidai à jouer mon atout. Le Sanctuaire rassemble les plus experts parmi les Sith. Grâce à mes relations, j’entrai en contact avec un Seigneur Sith qui s’était spécialisé dans l’étude des armes conçues dans la Force et qui aurait été susceptible de répondre à mes interrogations. Lors d’un rendez-vous discret, je lui montrai le moignon de sabre et lui expliquai rapidement mes conclusions. Sa réponse fut aussi catégorique que décevante : il ne pouvait me dire ni d’où pouvait venir cette arme, ni de quand elle datait, et encore moins qui aurait pu la concevoir. En revanche, il m’assura que jamais elle ne pourrait fonctionner, même complète, tant la mécanique interne différait avec ses connaissances en la matière.

Les secrets de cet objet intriguant se révélaient plus difficiles à percer que ce que j'escomptais. Quand je fis part du résultat de mes recherches à Urrim, il hocha la tête comme s’il s’y attendait. Il décida alors de partir seul dans l’Espace Hutt dans l’espoir de trouver un quelconque indice. Malgré mon inquiétude et sa récente blessure reçue sur Balmorra, il s’entêta à partir seul.

A l’heure actuelle, cela fait quelques jours qu’il est de retour et je n’ai pas encore eut l’occasion de lui parler. J’espère qu’il ne s’est pas lancé dans cette expédition hasardeuse pour rien.

*Fin de l'enregistrement*


Dernière édition par Yogtoth le Ven 4 Déc - 18:39, édité 3 fois

_________________
Ne vous mettez pas en avant mais ne restez pas derrière non plus car le silence a toujours ses regrets
avatar
Yogtoth
Légende

Messages : 113
Date d'inscription : 01/04/2015
Age : 24
Localisation : Caché dans les Archives

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation : Yogtoth

Message par Yogtoth le Mar 27 Oct - 18:17

*Début de l'enregistrement*

Entrée 5 : Katunda, 5 Yelona 15 Ap. TC

Je reviens brièvement sur mes dernières notes. J’y fais mention de mon étude sur le demi sabre et du départ d’Urrim vers l’Espace Hutt. Nous étions alors installés dans la forteresse de Yavin IV depuis presque deux semaines. Ce que je ne dis pas, c’est que j’ai mené cette étude pendant la convalescence d’Urrim. En effet, il resta inconscient un mois entier après cette opération difficile sur Balmorra. Je vais essayer de m’en rappeler les détails mais sans doute compléterais-je ma mémoire en discutant avec Urrim et armosmith.

Deux semaines avant l’exploration de Yavin IV, Urrim m’entretint de ses études sur les datacrons marqués de ce symbole en forme de pont épineux. Il avait étudié ces trois objets et ses conclusions ne le satisfaisaient pas. Il manquait ce petit quelque chose qui, pariait-il, lui permettrai de comprendre le fonctionnement de ces artefacts. Ce petit quelque chose, il espérait le trouver lors d’une mission impériale menée sur Balmorra.

L’Empire avait en effet découvert un site probablement habité mais gravement endommagé dans une chaîne de montagne de Balmorra, visiblement touché par la guerre longtemps auparavant vu l’état avancé des corps gisant dans la vallée. Vu son éloignement des zones de conflit, l’investigation de l’endroit ne fut pas jugé pressant et Urrim parvint à se faire désigner comme enquêteur grâce à quelques relations. Les premiers repérages aériens avaient révélé la présence d’un symbole presque identique à ceux gravés sur les datacrons qu’Urrim étudiait alors. Nous avions donc une piste pour approfondir notre compréhension de ces datacrons mystérieux très probablement liés à Revan.

Heureusement pour nous, le peu d’attention que prêtait l’Empire à cette zone nous permit d’amener une équipe exclusivement révanite sans que les autorités locales ne s’interrogent sur le refus d’Urrim d’employer l’équipe de recherche impériale proposée. Nous avions toutes latitudes pour explorer tranquillement la vallée sachant qu’aucun danger apparent ne nous attendait. Toutefois, le destin intriguant des habitants de la vallée nous inquiétait. Qu’est-ce qu’il leur était arrivé en étant si loin des conflits opposants rebelles et impériaux?

Le Satunda 21 Helona, le vaisseau de transport nous déposa sur avancée au sud-ouest de la vallée d’où nous pouvions contempler les alentours pendant que le vaisseau reprenait de l’altitude. J’accompagnais Urrim et Rylar qui me précédaient, sur le qui vive. C’était si calme. Pas le moindre bruit sinon le murmure du vent qui apportait occasionnellement le son lointain d’une bataille. Avec ce tableau de mort et de désolation en contrebas, ce silence prenait des allures inquiétantes, presque dérangeantes même. Quelque chose dans l’air éveillait mes instincts guerriers sans que j’arrive à en trouver l’origine.

La vallée accusait le coup d’une attaque violente et destructrice. Au loin à l’est nous pouvions voir un pont effondré qui bloquait le passage vers le reste de la zone. Des habitations et tourelles défensives à moitié effondrées étaient installées sur les parois nord et sud délimitant la vallée. Au fond, un cratère éparpillait cadavres et débris, résultat d’une bombe très puissante. Même de là où nous nous tenions, il était aisé de voir l’étendue du massacre tant la quantité d’os blanchis ressortaient sur la sol torturé. Une grande porte blindée attira notre attention au pied de la paroi nord ainsi qu’une structure de bâtiments bien préservés au nord-est.

Nous descendîmes par le chemin principal bordé de quelques habitations. Impacts de blasters et vibrolames parsemaient les murs, attestant d’une lutte violente. Essayant de comprendre, nous fouillâmes la première habitation qui ne révéla rien d’intéressant. La seconde, en revanche, me laissa un goût amer en bouche. Deux squelettes gisaient sur une des lits, enlacés dans une dernière étreinte à moitié désarticulée. Quelle force impitoyable avait pu figer ainsi deux amants désespérés et désarmés?

Toujours plus intrigués et inquiétés par ce qui s’était déroulé là, nous atteignîmes le fond de la vallée. Rylar alla inspecter l’ouest pendant que je me dirigeai vers le cratère avec Urrim. L’impact avait été colossal. Le cratère était jonché de fragments métalliques que j’estimais issu de la bombe. Les corps démembrés gisaient bien au-delà du lieu, nul doute que ce qui se trouvait plus près de l’épicentre avait été littéralement désintégré.

Je m’étonnai que l’explosion n’ait pas été repéré par les factions proches. Une arme de cette ampleur devait être de confection militaire. Impériale, peut-être. Mais si cela s’avérait juste, soit l’Empire avait masqué quelque activité compromettante ici, soit quelqu’un d’autre possédait la force de frappe suffisante pour produire de tels dégâts. Le mystère s’épaississait.

Il nous sembla préférable d’inspecter les habitations de la paroi nord avant  le bunker et les structures du nord-est. Rylar nous rejoignit, bredouille, et nous avançâmes vers la passerelle menant à la seule structure intacte quand un bruit résonna dans toute la vallée. L’imposante tourelle défensive qui nous croyions hors d’état de marche venait de s’activer et pointa ses canons dans notre direction. D’un même réflexe, nous nous mîmes tous trois à couvert derrière les rochers bordant le bunker, entendant du même coup la tourelle se désactiver.

Pestant contre cette tourelle, il nous fallait réfléchir à comment la désactiver. Sans connaître ses capacités, nous hésitions sur le plan à adopter. Au final, il fut décidé que j’essaierai de me camoufler avec la Force pendant que Rylar sprinterait jusqu’à un autre rocher plus loin pour focaliser la tourelle sur lui. La distance qui me séparait de la passerelle était bien trop grande pour que je puisse maintenir mon camouflage de Force jusque là mais il fallait tenter le coup. Si seulement Jumph ou Krayy avaient été là, ils sont bien meilleurs que moi dans cette discipline. Il faudra à l’avenir que je m’entraîne à ce genre de pouvoirs car, préférant me tapir à l’affût de mon adversaire, je n’ai pas l’habitude de maintenir ce voile tout en étant en mouvement.

Une fois le plan décidé, j’attendis le signal d’Urrim pour m’élancer vers la passerelle. Je me concentrai, ne regardant que mon objectif. Si le système de visée automatique était trop rapide, Rylar risquait de ne pas échapper à un tir. Pire, si mon déguisement n’était pas parfait, c’est moi qui serait jugé plus menaçant et donc visé. Il fallait réussir du premier coup.

Urrim lança le signal et je courus aussi vite qu’il m’était possible, attendant une fraction de seconde avant de me camoufler. Mon pari fut judicieux : la tourelle me détecta mais en me camouflant après quelques pas je permis à Rylar de parcourir un quart du chemin avant que la tourelle ne porte son attention sur lui. L’engin tira un coup qui faillit toucher l'Officier mais nous avions tout deux atteint notre objectif. M’appuyant sur la rambarde, je repris mon souffle car la course et le camouflage de Force m’avaient vidé de mes forces. Il ne me restait plus qu’à monter vers l’entrée et trouver le panneau de contrôle.

Je grimpai les rampes soulagé par la réussite de notre plan et parvint au panneau de contrôle de la tourelle qui s’ouvrit sans difficulté. Urrim et Rylar me rejoignirent peu après la désactivation des défenses et nous entreprîmes de fouiller le bâtiment qui était en meilleur état que tout ce que nous avions trouvé jusqu’alors. Urrim examina le droïde protocolaire en assez bon état qui gisait dans un coin pendant que nous fouillions chaque caisse et chaque meuble. Enfin, Rylar dénicha un datapad sous un matelas et essaya de lire son contenu.

Seules quelques entrées étaient lisible, le reste étant habilement crypté. On pouvait y lire le quotidien d’un mécanicien qui avait dû vivre dans ce bâtiment. Les dernières données nous inquiétèrent : le mécanicien décrivait comment il se débarrassa de son droïde protocolaire qui l’avait soudainement attaqué. Sans comprendre ce qui se passait, il relatait avec horreur un soulèvement général de toutes les machines de la vallée qu’il expliquait par une sorte de virus ou un piratage d’expert.

Ainsi, nous savions ce qui était arrivé à tout ces gens, ce qui était loin d’être une bonne nouvelle. Je n’avais jamais entendu parlé d’un soulèvement total de droïdes contre leurs propriétaires. Du moins, rien qui n’ait provoqué un tel désastre en omettant Mentor sur Directive 7. Qui serait assez fou pour développer une technologie capable de retourner les droïdes contre leurs propriétaires sans que personne n’en sache rien?

Rétrospectivement, je repense à cette technologie militaire développée par l’Empire et que convoitait l’Hydre. Est-elle liée ou y a-t-il une autre cause à toutes ces morts sur Balmorra?

Rylar conduisit le groupe vers la porte blindée, convaincu que le bunker contiendrait les réponses que nous cherchions. En descendant la passerelle, je pouvais voir le portail se dessiner sous mes yeux. Massif et gigantesque, il ressemblait beaucoup aux modèles en vigueur utilisés dans la construction impériale et je me rendis compte que nous n’avions aucun outil capable de le percer s’il était verrouillé. En l’analysant plus avant, Rylar confirma mes craintes, ajoutant même qu’il avait scellé de l’intérieur. Y avait-il un espoir que des habitants aient survécu en se retranchant à l’abri des droïdes? Je pressentais qu’au contraire ces portes devinrent celles de leur tombeau.

Il fallait continuer et abandonner l’idée d’ouvrir ce bunker et ses secrets. Il ne nous restait plus que la structure du nord-est à explorer avant de repartir. Le terrain menant à la passerelle d’accès était moins torturé et les corps se faisaient moins nombreux. Non, il y en avait bien plus. Les ossements étaient entassés en piles macabres tout au long du chemin. Il était facile de deviner où furent détruites les dernières poches de résistance en voyant de plus grandes piles ça et là.

Nos pas faisaient craquer les os. Il y en avait tellement par endroit qu’on ne voyait plus le sol. Je ne ressentis ni peur ni horreur. La tristesse de voir toutes ces vies détruites pour une raison inconnue me serrait la gorge.

A mesure que nous montions, ces les reliquats disparurent et nous arrivâmes devant la dernière bâtisse encore debout. Une faible lueur rouge perçait l’obscurité, émanant d’un objet posé sur une petit piédestal sur la table au milieu de la pièce. Un objet puissant dans la voie Obscure de la Force.

Entrant avec précaution dans la pièce, Urrim constata que c’était un datacron en tout point similaire à ceux qu’il étudiait. Je souris à la joie enfantine qu’il afficha en examinant l’artefact mais trois droïdes désactivés me ramenèrent à la réalité. Je ne voulais prendre aucun risque et allumai un de mes sabres laser pour les détruire définitivement. Je m’apprêtais à détruire le dernier droïde quand Urrim toucha le datacron.

Affalé contre la table un instant auparavant, le droïde s’activa et me repoussa en une fraction de seconde. Alerté, Rylar dégaina son blaster et visa la machine. Rapide et agile, elle esquiva le tir qui frappa mon plastron alors que je me relevais. Heureusement que j’avais bien conçu mon armure mais la chaleur me tira une grimace de douleur. J’étais certain que ce droïde avait prévu d’obliger Rylar à me tirer dessus grâce à sa vitesse.

Urrim semblait sonné, je n’avais pas remarqué qu’une vague d’énergie l’avait repoussé contre le mur et qu’il s’en remettait peu à peu. Rylar reçut un tir qui le mit à terre mais il tira à nouveau et fit mouche, me permettant d’en finir avec ce droïde d’un coup de sabre laser.

Il nous fallut peu de temps pour ne remettre de nos émotions, l’attaque avait été si soudaine. Nous étions tous d’accord qu’il fallait partir au plus vite, surtout si d’autres droïdes s’étaient réactivés. Urrim enfourna le datacron dans un sac et appela le pilote pendant que j’aidais Rylar à se relever. Nous dépêchâmes de sortir dans une journée rendue obscure par les nuages.

A peine étions-nous sortis qu’un fusil de précision résonna dans la vallée. Perchés sur les contreforts, des droïdes tireurs d’élite nous mettaient déjà en joue. Courant à en perdre l’haleine, j’entendis au loin notre vaisseau s’approcher mais un son sinistre me fit baisser les yeux. Des dizaines de droïdes assassins sortaient du complexe souterrain jusque là scellé et  marchaient lentement, bloquant le chemin menant au lieu d’embarquement convenu. Ils étaient des centaines quand nous arrivâmes à la fin de la passerelle en zigzaguant entre les tirs des droïdes de précision. Nous n’avions pas d’autre choix que de nous retrancher sur la rampe pour endiguer le flot de métal qui s’approchait de nous.

Ces saletés étaient organisées. Des droïdes armés de blasters et d’armes d’assauts couvraient l’avancée des premières lignées armées de vibrolames pendant que les tireurs d’élite tiraient sur nous sans relâche. Pire, je réussis à distinguer leur châssis avant mes compagnons et jurai en reconnaissant des modèles HK. Non seulement ils étaient nombreux, mais en plus ils étaient puissants.

Étant le seul sabreur, je me campai au pied de la passerelle, devant Urrim, pendant que Rylar restait en position surélevée pour avoir un meilleur angle de tir. Urrim se concentra et j’accueillis les premiers droïdes de corps-à-corps, privilégiant une posture défensive pour économiser mes forces. La vague fut si forte qu’il fallut reculer derrière des tas d’ossements pour reprendre contenance. Urrim relâcha enfin son pouvoir et une tempête d'éclairs balaya des dizaines d’unités HK, nous offrant un instant de flottement pour reprendre notre souffle. Pourtant, je commençais à comprendre le désespoir qu’avaient dû ressentir les habitants de la vallée dont nous foulions les restes.

Je poussais sur mes jambes comme si j’essayais de faire rouler un rocher. Ils étaient si nombreux que je ne pouvais pas relâcher mon attention. Toujours frapper, pas se reposer. La pluie commençait à tomber que le vaisseau apparaissait seulement au-dessus de nous. Je ressentis une intense douleur et tombai sur mon genoux droit, la cuisse touchée par un tir venu d’en haut. Je me concentrai sur ma colère et canalisai mes émotions pour me relever et poursuivre le combat.

Urrim s’effondra soudainement, touché à la tête par un sniper. Son masque lui avait évité un impact mortel mais il sombra dans l’inconscience et ses éclairs cessèrent de ralentir les droïdes qui avançaient inexorablement en piétinant les os et leurs semblables tombés.

Le vaisseau arriva enfin à notre hauteur et le pilote se plaça habilement dans notre dos pour nous réceptionner. Rylar se précipita vers l’entrée et je m’empressai de passer un bras sous les épaules d’Urrim pendant que je continuai péniblement à me défendre avec mon sabre laser gauche. Ce fut avec un immense soulagement que je vis du coin de l’oeil Rylar pointer un multi-fuseur vers la horde d’unités HK.

Il poussa un cri de victoire en réduisant nos assaillants à l’état de copeaux métalliques. Je pénétrai enfin dans la sécurité du vaisseau et m’effondrai d’épuisement sur le sol avec un râle de soulagement en sentant notre vaisseau s’éloigner de cet enfer. Le pilote et Rylar se dépêchèrent d’apporter les premiers soins à Urrim et le mirent dans une cuve de bacta de laquelle il sortit il y a quelques temps. Pour ma part, ma jambe n’était pas sévèrement blessée mais néanmoins douloureuse. Pas de combat durant deux semaines tant je boitais.

Je transmis à l’Empire un rapport qu’Urrim avait préparé avant notre arrivée sur Balmorra, le complétant avec soin pour éviter d’attirer l’attention des Impériaux sur cette vallée. J’espère que cela suffira.

J’espère aussi que personne n’entrera dans cette vallée avant que nous y retournions avec les forces nécessaires pour affronter la menace.

En attendant, Urrim devra étudier ces datacrons. Qui sait quels secrets ils renferment?

*Fin de l’enregistrement*


Dernière édition par Yogtoth le Ven 4 Déc - 18:40, édité 2 fois

_________________
Ne vous mettez pas en avant mais ne restez pas derrière non plus car le silence a toujours ses regrets
avatar
Yogtoth
Légende

Messages : 113
Date d'inscription : 01/04/2015
Age : 24
Localisation : Caché dans les Archives

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation : Yogtoth

Message par Yogtoth le Ven 30 Oct - 22:07

*Début de l’enregistrement*

Entrée 6 : Natunda, 8 Yelona 15 Ap. TC

Il faut que je fasse le point sur ma future armure.

J’ai depuis quelques temps à ma disposition les schémas de fabrications d’armures révanites portées sur Yavin IV. Leur conception est très intéressante car bien pensée pour les sabreurs mais je vais soigneusement choisir chaque pièce pour ensuite les adapter à mon style de combat. Pour ce faire, la majorité des pièces des Surveillants Révanites est envisageable. En revanche, le casque des fantassins d’élite me semble plus intéressant que celui des Surveillants, trop lourd et peu adapté à mon style.

Le problème est de choisir les matériaux de fabrication. Comment garder un équipement très résistant sans l’alourdir exagérément? Les métaux et alliages à utiliser sont nombreux mais je vais d’abord évaluer la possibilité de tisser du cortosis dans l’armure de fibre révanite portée sous les plaques. Dans le cas contraire, je retournerai sur Iridonia pour demander conseil aux armuriers des clans du nord. Leur savoir faire devrait m’être précieux, surtout en ce qui concerne la résistance aux variations thermiques.

Par ailleurs, j’ai listé les matériaux de fabrication qui pourraient être intéressants.

Le duracier est un alliage très répandu et qui offre beaucoup de possibilités. Toutefois, même renforcé par un haut taux de Meleenium, sa résistance face aux sabres laser n’est pas assez satisfaisante. De plus, cet un alliage relativement dense et lourd qui pourrait entraver mes mouvements. Ce serait mon dernier choix pour les pièces importantes mais il peut s’avérer utile pour les articulations et renforcer les points faibles.

Le minerai de cortosis sera un élément essentiel de mon armure. Des éléments de cortosis pur son capables de surcharger un sabre laser et de le désactiver durant plusieurs minutes, quelques secondes s’il s’agit d’un alliage de ce minerai puisque le raffinage pour obtenir une pureté suffisante est très onéreux. Il faut aussi compter sur la relative fragilité du cortosis si on le compare à d’autres matériaux. Résistant aux lasers et énergies mais faible face aux chocs et explosions. En plus d’être lourd, ce minerai est rare et donc difficile à se procurer. En outre, j’ai remarqué qu’un contact prolongé ou une grande quantité portée sur soi affaiblit notre connection avec la Force. Les éléments à incorporer devront être judicieusement placés pour éviter les problèmes de masse et d’affaiblissement des pouvoirs de Force. Au minimum, d’épaisses plaques sur les gantelets et avant-bras me permettraient de parer les attaques au sabre laser. Sans doute des bottes et cuissardes seront envisagées. En tout cas, les épaules et pièces du torse ne seront pas en cortosis pur, au mieux renforcé de fibres de ce minerai pour alléger autant que possible l’ensemble. La possibilité d’un poignard en cortosis pur est tentante si réalisable, même une petite lame facilement dissimulable. Ce serait un avantage certain si je perds mes sabres.

Le chanlon était une possibilité mais bien trop lourd et de peu d’efficacité face à un sabre laser. De là, une armure de fibres comme celle portée par Dark Bandon était un modèle envisageable. L’armure de fibres de Dark Bandon était dotée d’une forte capacité de résistance au feu, sans compter qu’elle pouvait être améliorée dans le but d’accroître sa résistance et mieux protéger son propriétaire Sith lors de violents combats.  Malheureusement pour Dark Bandon, cette cuirasse ne lui fut pas d’un grand secours lorsqu’il affronta Revan en duel dans la Station Hrakert sur Manaan vers la fin de la Guerre Civile des Jedi. Une armure de fibre est légère et résistante mais peu utile face à un sabreur mais peut servir, je ne perds rien à en confectionner une une fois ma nouvelle armure terminée.

Le matériau qui m’intéresse tout particulièrement est le Phrik. Métal très léger et un des rares à résister efficacement à une frappe de sabre laser, il est malheureusement illégal d’en extraire sans autorisation de l’Empire. Je demanderai à Eenia si ses contacts de Gromas 16 peuvent m’en procurer, au prix fort s’il le faut. En tout cas, j’ai déjà prévu un stock de Tydirium pour la préparation de l’alliage quand j’aurai le minerai de phrikite à disposition. S’il ne peut désactiver une lame de sabre laser comme le cortosis, le phrik a une résistance face au sabre presque inégalée. Avec le cortosis, ce sont les deux matériaux dont j’ai le plus besoin. Le duracier sera mon choix suivant si je n’arrive pas en obtenir les quantités suffisantes.

A côté de ça, je suis en train de faire des tests autour des étoffes protectrices prévues dans les plans de conception. Seuls, ces tissus ne sont pas suffisamment résistants à mon goût. L’adjonction de fils ou de flocons d’alliages donne des résultats mais je n’ai pour le moment rien trouvé de mieux que les flocons de zersium. Ajoutés dans le tissage, la capacité de dissipation des rayons d’énergie cohérente et la résistance à la chaleur de l’étoffe s’en sont vue grandement renforcées. Il va falloir procéder à plus de tests pour confirmer ce fait.

Une fois les pièces forgées, il faudra les renforcer avec les pouvoirs de la Force. L’alchimie Sith est à proscrire car les rituels sont certes capables d’augmenter les propriétés de résistance des métaux contre les sabres laser, je refuse de pratiquer ces sanglants sacrifices. Même si je vais rassemble tout ce que je peux à ce sujet, je n’y recourrais qu’en dernier recours. Je préfère l’infusion de Force selon les méthodes Jedi mais je n’en ai qu’une connaissance partielle. Je sais que n’importe quel objet insufflé de Force devient alors puissant et résistant au sabre laser. Les premiers Jedi se battaient alors avec des lames et bâtons infusés de Force et encore récemment des Jedi reconnus préfèrent ces armes au sabre laser traditionnel. Eenia devrait pouvoir m’éclairer sur ce sujet, je le lui demanderai lors de notre prochaine rencontre.

*Fin de l’enregistrement*


Dernière édition par Yogtoth le Ven 4 Déc - 18:41, édité 1 fois

_________________
Ne vous mettez pas en avant mais ne restez pas derrière non plus car le silence a toujours ses regrets
avatar
Yogtoth
Légende

Messages : 113
Date d'inscription : 01/04/2015
Age : 24
Localisation : Caché dans les Archives

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation : Yogtoth

Message par Yogtoth le Lun 9 Nov - 14:11

*Début de l’enregistrement*

Entrée 7 : Satunda, 11 Yelona 15 Ap. TC

Aujourd’hui, il faut que je parle de deux évènements majeurs. L’un pour l’Ordre, l’autre pour la galaxie.

Katunda 35 Helona, j’arrivai sur Yavin IV après la mission d’exploration menée pour trouver le bunker mentionné par les données volées sur Hutta. C’est ainsi que je découvris pour la première fois la forteresse. Je me rappelle que nous avions choisi ce moment-là car la République et l’Empire avaient leur attention tournée vers Ziost où se déroulait la lutte contre le retour de l’Empereur.

Bâtie par les esclaves de Naga Sadow il y a de cela 1500 ans, cet imposant temple-forteresse ressemblait en tout point à ceux dont j’ai vu la destruction lors de la guerre contre les Révanites. Sa magnificence me fit oublier les milliers d’esclaves morts durant sa construction. Et pourtant, il y avait autre chose. Les lieux étaient apaisants. Comment un temple de l’Obscur bâti dans le sang pouvait-il inspirer une telle paix? Même après deux mille ans, bien des artefacts de l’Obscur gardent leur puissance. Faut-il croire que c’est le site? La planète?

Toujours est-il que cette forteresse se révéla pleine de surprises. Étonnamment préservée après tout ce temps, il ne fut pas difficile d’installer générateurs, matériels et autres instruments modernes. Le bâtiment principal dut dédié à l’infirmerie en sous-sol, à la salle du générateur et quelques zones de réunion.

Une fois passé le pont garni d’une majestueuse statue de Naga Sadow, l’on atteint deux temples. L’un, empreint de Force et rempli d’artefacts puissants, devint notre Sanctuaire. L’autre, pourvu d’une impressionnante collection de reliques et d’une panoplie de trophées de chasse de moins bon goût, fut tout désigné pour devenir l’emplacement pérenne des Archives. Nous nous interrogeons encore de la signification de tout ces trophées mais l’explication la plus plausible serait que quelqu’un devait particulièrement apprécier une décoration morbide représentant ses victimes. Naga Sadow? Un jour nous devrons nous pencher là-dessus.

Une volée d’escaliers et nous atteignîmes une armurerie  à ciel ouvert où nous attendait la plus incroyable des découvertes: là, restée intacte depuis la récente guerre, nous attendait une roquette du Récolte-Tempête. Quelle fabuleuse découverte! Avec un peu d’ingéniosité, l’Ordre serait en mesure de produire des copies de cette arme formidable pour réarmer les Révanites. Associé à une campagne de recrutement pour rétablir et dépasser les effectifs pré-Yavin, les Révanites pourront de nouveau s’imposer dans la galaxie.

Excité par ces perspectives, je découvris plus loin, en contrebas du plateau, l'arène de combat que l’équipe d’exploration avait défrichée. Un grand cercle de pierre surélevée garni de pylônes solides construit au centre d’une petite dépression. Voilà qui éveillait en moi le souvenirs d’entraînements et d’épreuves qui n’avaient plus effleuré mon esprit depuis des lustres. Je me revis jeune et enthousiaste, combattant dans une arène semblable sous les yeux experts des instructeurs de mon clan. Cette pensée n’est pas saine. Elle me rappelle ce que l’on ma volé. Passons.

Une zone de la jungle à l’ouest de l’arène n’avait pas encore été explorée. Je suivis Krayy, Silona et Armosmith en longeant le bord du plateau d’où j’avais une vue magnifique sur la jungle et les temples lointains. Je ressentis quelque chose. De l’autre côté de la rivière, une infime présence titillait mes perceptions. Tournant mon regard vers ce que Krayy et Silona admiraient déjà, je fus si ébahi que j’en retins mon souffle.

Une structure de métal bleu gravé était niché contre le roche de la colline. Une forge de sabres laser. Un modèle tel que j’en avais déjà vu dans d’antiques temples Jedi à l’abandon. Et il en émanait un pouvoir diffus, presque envoûtant. Je m’en approchai avec respect et palpai le plan de travail. Pourquoi pareille beauté se trouvait-elle isolée là, offerte aux éléments? A côté, un présentoir supportait le poids de cinq épées Sith en parfait état, sans aucun doute forgées du temps de Sadow. Je trouvai même quelques instruments nécessaires à la confection d’un sabre laser, entendant à peine Silona remarquer à voix haute les inscriptions gravées sur les lames Sith.

Krayy nous arracha alors à notre contemplation, désignant quelque chose en bas du plateau. Nous penchant prudemment, nous pûmes apercevoir ce qui laissait penser à un poste de communication impérial. Intrigués par cette manifestation de l’Empire qui n’avait jamais mis les pieds dans ce temple caché, il nous fallait trouver le moyen de descendre sans se rompre le coup. Il était toutefois évident que nous aurions besoin de matériel d’escalade, donc Krayy nous emmena contempler une dernière chose.

Remontant vers l’armurerie, nous allâmes derrière les ruines entourant la cour. Un vaste bassin alimenté par les nombreuses cascades descendant la colline dispensait vie et paix autour de lui. Peu profond, il était entouré par deux gigantesques têtes de pierre aux corps disparus. Cet endroit était parfait pour méditer et se reposer. Je m’agenouillai pour plonger mes mains dans l’eau limpide pendant que Silona escaladait la tête de gauche avec curiosité. Elle découvrit ainsi l’entrée d’une grotte et nous nous dépêchâmes de la rejoindre, avides de découvrir les secrets cachés au creux de la colline.

La caverne était humide et sombre mais nous y voyions suffisamment pour avancer avec assurance. Au premier virage, nous tombâmes nez à nez avec une imposante statue, complète quoique enfoncée dans le sol jusqu’aux coudes. Pesant visiblement plusieurs tonnes, son énorme tête encapuchonnée touchait le plafond et nous toisait dans son attitude méditative. Un sage? Un utilisateur de la Force? Et comment une oeuvre d’art aussi grande s’était retrouvée coincée dans une grotte trop étroite et trop basse?

Gardant cette question pour plus tard, l’équipe avança en suivant la grotte qui commençait à descendre doucement, le bruit d’une cascade résonnant de plus en plus fort sur les parois. L’on pouvait deviner au loin un peu de lumière naturelle mais pas assez pour être la sortie. Le grotte débouchait dans une vaste caverne dont la voûte était percée d’un grand orifice dégoulinant de végétation, laissant voir le ciel bleu de Yavin. Au fond, une cascade glougloutait dans un petit lac bordé de cristaux colorés qui s’allongeait vers une autre grotte sur notre droite.

Mais nous ne vîmes que Lui. Revan. Une immense sculpture de plusieurs mètres de haut nous contemplait derrière un masque que tous reconnaissaient. Ce symbole, cette preuve de la dévotion des Révanites nous laissa sans voix un long moment, le silence n’étant troublé que par le bruit de l’eau.

Il fallait continuer, finir de découvrir les secrets de cette forteresse. Nous allâmes vers les cristaux qui étincelaient avec la lumière dansante reflétée dans l’eau. Contrairement à ce que l’on aurait pu croire de loin, ces grandes formations cristallines n’étaient pas issues de ce sol mais bien apportées là en attendant d’être transformées. Sans doute avions-nous trouvé une réserve de cristaux servant à la confection d’armes, expliquant ainsi la présence d’une forge de sabres à l’extérieur. Rubat de Phemis, phond de Belsavis, empeth de Lazerian et kyber d’Ilum, ils avaient été chercher des spécimens rares.

Au fond de l’alcôve naturelle trônait une gigantesque formation d’adegan violet d’Ilum de plusieurs tonnes. Quelle beauté! Quelle puissance! Et la qualité du cristal n’était en rien altérée par sa quantité comme cela arrive trop souvent. Les Révanites ont dû inspecter Ilum pendant des années avant de dénicher cette merveille et je n’ose imaginer les moyens mis en oeuvre pour la transporter en toute discrétion à travers la galaxie jusque dans cette forteresse cachée.

Il fallut enfin finir d’investir la grotte par un large passage sur notre gauche. Il était long et tortueux, partiellement inondé dans certains coudes. Nous atteignîmes alors l’engin que nous avions aperçu plus tôt et il fut évident qu’il était de conception impériale. Armosmith s’est occupé depuis de le mettre définitivement hors service, il eut été trop dangereux d’essayer de pirater ses émissions au risque de se faire repérer. On ne saura jamais ce que cet appareil faisait là.

Bref, j’étais fatigué par cette longue journée et je décidai d’investir les nouvelles Archives et passai quelques appels sécurisés pour préparer l’acheminement des fonds de l’Ordre.

Après tant de belles découvertes, comment aurais-je pu imaginer ce qui allait suivre?

Deux jours passèrent pendant lesquelles j’aménageais mon nouvel espace de travail. Il fallait transférer un maximum de documents et matériel pour éviter qu’ils disparaissent avec le Testament en cas de destruction ou perte du vaisseau. Tous les Révanites présents travaillaient avec enthousiasme à la réfection des lieux. La joie d’avoir trouvé pareille merveille nous donnait des ailes. Elles furent coupées en un instant.

Un cri. Un hurlement emplit la galaxie, semblant vouloir déchirer l’espace et le temps par la force de la souffrance. Quiconque était sensible à la Force ressentit cette déchirure. Je ressentis une faiblesse qu’aucun mot ne peut décrire. Et tout aussi soudainement, le vide. Ce bref instant suffit à transporter le hurlement d’agonie de millions d’individus qui résonna durant l’éternité d’une seconde.

Ziost avait disparu.

Je l’appris un peu plus tard dans mon vaisseau grâce au canal d’urgence du Sanctuaire. L’Empereur avait réitéré son horrible exploit. Toute vie avait disparu sur Ziost. Seuls survécurent ceux qui réussirent à s’éloigner suffisamment dans l’espace. Tout le reste, le plus petite once de vie avait disparu. Absorbée par les pouvoirs monstrueux de Vitiate.

Ce traumatisme ne me laissa qu’une pensée qui tournait en boucle dans mon esprit : “Trop tard”. L’Ordre avait mis trop de temps à se relever et nous n’avons pas su prévenir ou même retarder le plan de Vitiate. Nous n’avons pas pu sauver Ziost.

Je quittai séance tenante Yavin IV pour constater l’ampleur du sinistre par moi-même. Je méditai durant tout le voyage pour apaiser mon esprit et me purger des mauvaises pensées mais je n’arrivais pas à me départir de ce sentiment de défaite. Je venais de vivre un évènement bien pire que tout ce que je voulais éviter et j’étais profondément abattu. Mes idées noires furent chassées par une autre sensation quand j’entrai dans le secteur de Ziost.

A mesure que je m’approchais de la planète, je sentais quelque chose à la frontière de mes perceptions. Une fois la planète en vue, grise et morte, cette gène devint un tiraillement désagréable. Cela s’accrut quand je débarquai dans la station orbitale, puis quand j’empruntai le vaisseau de transport de troupes qui descendait sur la planète. J’étais presque nauséeux quand le transport se posa. Et c’est en posant le pied sur Ziost la morte que je compris.

Le Néant.

Le rituel dégoûtant de Vitiate avait tout pris. Il n’y avait plus ni vie, ni Force. Un néant total et absolu qui cherchait à se nourrir de mon pouvoir car le vide ne peut exister dans la nature. Comment pareille ignominie pouvait-elle être possible? Même les simples soldats qui descendaient avec moi étaient frappés d’apathie. Quelque chose de gigantesque et vide aspirait notre énergie pour rétablir l’équilibre. Je pris peur.

Je ne sortis pas de l’avant-poste, observant les alentours au macroscope. Cendres et poussières grises étaient tout ce qu’il restait d’une planète florissante et industrieuse. Je voyais avec horreur les corps des citoyens impériaux tordus par la souffrance s’effriter au vent comme autant de tas de cendres. Et à chaque seconde qui passait se renforçait l’emprise du néant. Je fus à bout très vite, réduit à l’état d’instincts primaires et ne pensant qu’à ma survie. Je courus comme un animal pris en chasse vers le vaisseau de transport et hurlai presque au pilote de repartir tout de suite à la station orbitale.

Assurément que la folie ou la mort m’attendaient si je restais plus longtemps sur cette planète anéantie. Je ne fus réellement soulagé qu’une fois revenu dans la salle de méditation de mon vaisseau où je pus enfin reprendre mon souffle. J’arrachai mon masque et le jetai au loin pour laisser les larmes couler librement. Soulagé, horrifié, abattu, en colère. Je ne crois pas avoir pleuré autant depuis ma dernière visite sur Iridonia.

Même aujourd’hui je ne peux m’empêcher de frissonner, sentant encore ces doigts glacées fouiller en moi pour me prendre jusqu’à la plus petite goutte d’énergie. Je ne pense pas que je retournerai là-bas avant des années. Pas avant qu’un équilibre suffisant soit revenu.

L’Empereur Vitiate ne s’est pas manifesté depuis. J’ignore ce qu’il compte faire, mais sa faim est insatiable. Planète après planète, il alimentera son pouvoir dans un désir compulsif et éternel. C’est lui ou nous.

L’Ordre doit se relever. La galaxie doit s’unifier. Il n’y a que la mort pour seule issue et je suis bien décidé à ce que soit celle de cette monstruosité qui se fait appeler Empereur. Car si nous continuons ces conflits stériles, si nous ne nous unissons pas face à cette menace grandissante, je ne suis pas sûr de pouvoir fuir assez loin. Mais la fuite n’est pas une option. J’affronterai la menace, l’Ordre trouvera un moyen.

Il le faut.

Ou nous mourrons tous.

*Fin de l’enregistrement*

_________________
Ne vous mettez pas en avant mais ne restez pas derrière non plus car le silence a toujours ses regrets
avatar
Yogtoth
Légende

Messages : 113
Date d'inscription : 01/04/2015
Age : 24
Localisation : Caché dans les Archives

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation : Yogtoth

Message par Yogtoth le Sam 5 Déc - 18:44

*Début de l’enregistrement*

Entrée 8 : Atunda, 14 Yelona 15 Ap. TC

J’ai rassemblé une partie des matériaux nécessaires il y a quelques jours et je peux déjà procéder à la fabrication des premiers éléments de ma nouvelle armure. J’ai donc amené hier tout le matériel à la forge que j’ai installée dans mon refuge secret. Mes aides sont en train de décharger et de préparer le travail pendant que j’écris ces lignes.

Je ne regrette pas les crédits que j’ai dû débourser pour les matières premières et le matériel supplémentaire, tout m’a été livré en temps et en heure et dans les quantités demandées donc je ne m’en plains pas. Néanmoins, même si j’ai réussi à me procurer les schémas techniques sur la manipulation et le forgeage de ces métaux, je vais devoir les appliquer sur plusieurs essais pour habituer mes mains à ces matériaux inhabituels, d’autant plus qu’il me manque encore le phrik qu’Eenia m’a promis de trouver. Je ne devrai pas me tromper trop souvent si je veux atteindre une expertise suffisante pour me lancer dans la fabrication proprement dite.

En attendant, je commencerai demain par le tissage des vêtements protecteurs. Je vais aussi en profiter pour coudre une robe révanite légère pour changer de la lourde tenue d’historien qui ne m’a pas quitté depuis un moment. Un masque de tissu fera l’affaire aussi. Je vais d’ailleurs opter pour un vert sombre bordé de blanc et de gris. C’étaient les couleurs que portaient mon premier instructeur révanite, lui aussi en charge des archives à cette époque. J’ignore ce qu’il est advenu de lui, mais je me souviendrai toujours de son amabilité et de sa patience. La Force a bien de l’humour de me faire endosser le même rôle que cet homme que j’appréciais. Instructeur et maître des archives, m’habiller comme lui sera une manière de faire perdurer sa mémoire.

Tant ont disparu ou m’ont abandonné. Je ne veux pas finir seul. Pas encore.

*Fin de l’enregistrement*

_________________
Ne vous mettez pas en avant mais ne restez pas derrière non plus car le silence a toujours ses regrets
avatar
Yogtoth
Légende

Messages : 113
Date d'inscription : 01/04/2015
Age : 24
Localisation : Caché dans les Archives

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation : Yogtoth

Message par Yogtoth le Sam 5 Déc - 18:46

*Début de l’enregistrement*

Entrée 9 : Natunda, 18 Yelona 15 Ap. TC

La fatigue se fait ressentir mais je sens que nous progressons. Les premiers essais de fonte des minerais furent assez concluants et je pense que nous arriverons à une maîtrise acceptable prochainement. Les premières plaques produites étaient solides mais n’avaient pas encore la résilience et la ductilité voulue. Sans doute dois-je encore rééquilibrer les alliages pour optimaliser la résistance au sabre laser.

Je profite en ce moment que mes aides s’affairent autour de la cuve principale pour souffler un peu et méditer. Au fil du temps, je me rends compte que coucher mes pensée par écrit m’apaise autant que les exercices de méditation.

Mais il faut que j’en vienne à notre dernière mission. Avant que je ne vienne dans mon refuge, Urrim enfin de retour de son périple dans l’Espace Hutt nous a vivement interpellés. Il avait appris qu’un droïde de modèle HK très semblable à ceux qui nous tendirent un piège sur Balmorra s’était manifesté près une base impériale de Corellia. Une réunion d’urgence fut aussitôt organisée sur le Testament. Avec moi, étaient présents Krayy, l’Officier, Kante, Armosmith et Jumph. Urrim nous expliqua le problème, visiblement très tendu. Je me demande encore pourquoi il était en proie à de telles émotions, l’ayant toujours connu calme et posé.

Le droïde était arrivé désarmé à la base et s’était laissé maîtriser sans dire un mot. Les autorités impériales sur place ont aussitôt agit pour étouffer l’affaire mais Urrim réussit à apprendre la nouvelle. Si nous voulions empêcher le SSS de récupérer le droïde et d’analyser sa mémoire susceptible de compromettre notre précédente mission sur Balmorra, il fallait que l’Ordre agisse.

Très vite, nous nous mîmes d’accord sur la marche à suivre. Notre plan était simple : se présenter à la base impériale comme des Sith et leurs gardes, trouver le droïde et aviser sur le moment de son sort. Chacun partit aussitôt se préparer et je trouvai Melm’Ad’Mausoul qui accepta volontiers de nous accompagner. Son enthousiasme à participer à cette mission me plut, d’autant plus que c’était l’occasion idéale de l’évaluer une première fois sur le terrain avant d’entamer les premières leçons.

Atunda 14 Yelona sur Corellia, les premières étapes du plan ne posèrent pas problème. Face à un groupe de Sith et de soldats aussi intimidants, les gardes en faction n’osèrent même pas poser les yeux sur nous de peur de nous offenser. Presque instinctivement, je me présentai comme Dark Yogtoth et comme chef de ce groupe. La simple mention de ce titre et notre aura de puissance nous ouvrit les portes presque trop facilement.

Un Seigneur Sith du nom de Dvarim nous accueillit avec une circonspection que mes paroles eurent tôt fait d’écarter. Je jouais mon rôle jusqu’au bout, donnant l’image d’un puissant Seigneur Sith un peu excentrique. Mon verbe et mon autorité firent flancher Dvarim qui m’emmena discuter seul à seul dans un coin de la salle principale du complexe. Un coup d’oeil discret m’offrit la confirmation que le reste du groupe ne restait pas inactif. Jumph avait déjà disparu et je sentais sa présence déambuler dans la salle à la recherche du droïde. Tout en discutant avec Dvarim, j’entendis les autres se montrer moins discret en tentant d’inspecter des caisses éparpillées dans la salle.

Un jeune Sith, sans doute son apprenti, vint nous interrompre pour lui murmurer je ne sais quoi. J’attendis de pouvoir parler, cachant ma tension sous une irritation feinte, en espérant que cela n’avait aucun rapport avec notre mission secrète. L’apprenti repartit aussi discrètement qu’il était venu et je pus continuer à monopoliser l’attention de Dvarim pendant que les autres cherchaient discrètement. Les longues minutes qui suivirent éprouvèrent mes capacités de négociations, voyant osciller Dvarim entre la méfiance et la crédulité. Je parvins enfin à l’amener à me montrer le droïde de son propre chef et nous descendîmes vers une des portes blindées pendant que les Révanites reformaient un groupe intimidant. Je suivis Dvarim, accompagné de l’Officier et de Melm’Ad’Mausoul qui parlait avec l’apprenti du Sith. Krayy, Armosmith et Jumph repartirent au vaisseau pour se préparer en cas de départ précipité.

Derrière la porte blindée, une légère pente menait à une petite réserve ou bien un poste de garde. Le droïde était là, debout et immobile. Deux agents du SSS discutaient tranquillement et s’inclinèrent à notre entrée. Me désintéressant de ces agents, je détaillai l’unité HK avec attention. Assurément, son modèle semblait identique à ceux que nous avions affrontés sur Balmorra. Assez vite, je parvins à rassurer notre hôte qui nous laissa seuls avec les agents, prétextant devoir discuter de quelque chose avec son apprenti.

Je sentis que l’Officier était tendu et je m’approchai de mes deux compagnons. L’Officier avait vu que le droïde n’était pas désactivé! La machine feignait l’inactivité mais était on ne peut plus attentive à son environnement. Les agents me proposèrent leurs services, voyant que j’étais très intéressé par le droïde. Sans se concerter, nous savions comment faire pour prendre la situation en main. L’Officier accapara les agents et les lança dans une longue discussion traitant du droïde puis des divertissements entre soldats. Je me plaçai entre le droïde et les agents pour permettre à Melm’Ad’Mausoul de le manipuler sans se faire voir pendant que je récitai un semblant de cours à mon apprentie.

A ma grande surprise, le droïde réagit en tournant silencieusement la tête vers moi à la mention de HK-47. Certains que les agents n’avaient rien remarqué, nous entreprîmes de communiquer avec l’unité HK. Il semblait que ses systèmes étaient endommagés bien que fonctionnels. Ne parlant que par monosyllabes et sans phrases construites, il nous fut difficile de nous faire comprendre. Rapidement, il fut évident que ce droïde était fidèle à Revan et enclin à nous suivre.

Néanmoins, le peu qu’il nous avait dit me laissa perplexe. Il semble qu’il soit venu à ce poste impérial dans un but bien précis: prévoyant son transfert vers Dromund Kaas et le QG du SSS, il m’apparut qu’il cherchait à infiltrer le SSS. Ensuite les mots “tuer” et “agents” s’enchaînant sans cesse, il ne fut pas difficile d’imaginer ce qu’il comptait faire là-bas.

Soudain, un blaster silencieux jaillit de son bras et, n’écoutant pas nos suppliques, il abattit les deux agents en deux coups d’une précision mortelle avant de menacer l’Officier qui se mit en position défensive. Les ordres impérieux de Melm’Ad’Mausoul parvinrent toutefois à le raisonner et il rangea son arme, passant d’emblée en mode furtif et disparaissant sous nos yeux. Angoissés à l’idée de le perdre, nous nous précipitâmes vers la sortie de la pièce. La grande expérience de l’Officier et la Force nous permirent de suivre l’unité HK qui était bien décidé à sortir du complexe impérial.

L’apprenti de Dvarim nous retint un bref instant le temps que nous fassions nos adieux en gardant contenance pendant que le droïde s’éloignait vers la sortie. Je redoutais qu’un autre accès meurtrier ne le pousse à éliminer les soldats sur son chemin et ma main se crispait de plus en plus sur ma ceinture, près de mon sabre laser. Ignorant les saluts militaires et les regards apeurés, nous avancions avec hâte derrière le droïde qui restait heureusement en mode furtif.

Une fois dans la rue, nous conduisîmes l’unité HK vers le vaisseau, tous bien plus détendus dès lors que la menace semblait s’effacer. Mais vint alors un groupe d’Impériaux qui arrivait dans l’autre sens. C’était deux agents et trois soldats chargés d’escorter l’unité HK. Pestant intérieurement contre cette malchance, Melm’Ad’Mausoul prit l’initiative en les invectivant. Elle leur cria de courir mater un soi-disant conflit armé dû à des rebelles corelliens à quelques rues de là. Les soldats s’empressèrent d’obéir, appelant leur croiseur pour demander des renforts mais les agents furent plus réticents. Leur formation et leur expérience avaient aiguisé leur esprit et je sentais le doute grandir en eux. Soudain, je perçus un danger imminent peser sur eux. Sans réfléchir, je bondis en avant et plaquai les agents par terre. Ils ne virent pas les deux vibrolames qui sifflèrent là où se trouvaient leur cou un instant auparavant, l’unité HK s’étant glissé derrière eux. Melm’Ad’Mausoul cria pour signaler un tireur d’élite fictif et je les pressai de se mettre à couvert puis de partir rejoindre les forces armées.

Une fois le calme revenu, nous nous sommes dépêchés de partir en poussant le droïde devant nous. Si notre prestation dans la base fut quasi parfaite, notre comportement dans la rue avait toutes les chances d’éveiller les soupçons, d’autant plus que les renforts n’allaient pas tarder à arriver.

J’entends les aides m’appeler, la fournée est presque prête. J’espère que ce sera la bonne.

*Fin de l’enregistrement*

_________________
Ne vous mettez pas en avant mais ne restez pas derrière non plus car le silence a toujours ses regrets
avatar
Yogtoth
Légende

Messages : 113
Date d'inscription : 01/04/2015
Age : 24
Localisation : Caché dans les Archives

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation : Yogtoth

Message par Yogtoth le Mar 8 Déc - 19:41

*Début de l’enregistrement*

Entrée 10 : Katunda, 20 Yelona 15 Ap. TC

Quelle perfection! Je ne m’attendais pas à finir de fondre et raffiner les matériaux aussi vite mais la Force m’a guidé. Nous avons enfin fini de préparer les premières pièces qu’il ne me restera qu’à assembler dans les prochains jours. Mes aides sont satisfaits du résultat obtenus et se sont lancés dans les finitions avec ardeur, il faudra que je les récompense généreusement pour leur implication. Néanmoins, le silence d’Eenia quant au phrik commence à m’inquiéter, il va falloir que je m’en occupe en personne.

En attendant, j’ai pris la décision de préparer des plaques de duracier dans le cas où je n’obtiens pas le phrik à temps. Avec le taux de meleenium adéquat, je pourrai alléger la structure et y adjoindre un tissage de cortosis en plus des plaques pures pour optimaliser la résistance au sabre laser.

Cela fait longtemps que j’ai fini de confectionner les habits de protection et ma nouvelle robe révanite mais mes doigts s’affairent encore machinalement à coudre un vêtement imaginaire. Il faut que je m’octroie plus de temps pour méditer et écrire.

Je me rends compte en me relisant que je n’ai pas relaté certains évènements. Des missions, des rencontres ou de simples discussions. Cela en vaut-il la peine de toute manière? La plupart n’avaient aucune forme d’importance si ce n’est ce qui concerne l’Hydre et Solkhan. Ces deux menaces planent au-dessus de l’Ordre sans que nous sachions quoi faire pour les éliminer. J’ai le pressentiment que ces adversaires représentent un grand danger pour nous.

Et le pire, c’est que je ne sais pas quoi faire pour les vaincre.

*Fin de l’enregistrement*


Dernière édition par Yogtoth le Mar 8 Déc - 19:46, édité 1 fois

_________________
Ne vous mettez pas en avant mais ne restez pas derrière non plus car le silence a toujours ses regrets
avatar
Yogtoth
Légende

Messages : 113
Date d'inscription : 01/04/2015
Age : 24
Localisation : Caché dans les Archives

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation : Yogtoth

Message par Yogtoth le Mar 8 Déc - 19:44

*Début de l’enregistrement*

Entrée 11 : Satunda, 27 Yelona 15 Ap. TC

La mission d’hier fut éprouvante.

Je reçus un appel d’urgence de l’Ordre qui me demandait de rejoindre le Testament au plus vite. Je laissai mes aides poursuivre le travail et sautai dans mon vaisseau pour rejoindre sur le vaisseau amiral. Une fois sur place, Krayy me résuma les récents évènements survenus lors de mon absence.

Le Satunda 11 Melona, l’Ordre avait capturé un vaisseau-cargo avec sa pilote et son contenu. Nous devions décider quoi en faire et la décision fut prise le lendemain, rapidité assez rare car poussée par l’urgence. Néanmoins, les tensions entre Silona et l’Officier s’accrurent et la Cathar décida de partir pour Balmorra durant quelques jours pour apaiser les choses.

Ce que les autres ne savent pas, c’est la relation que Krayy et Silona entretiennent. Je les ai surpris au temple de Yavin lorsque Silona s’était une nouvelle fois écartée du groupe, Krayy partant à sa suite pour la calmer. La réunion commença à s’éterniser et je m’inquiétai de ne pas les voir revenir. Je les trouvai dans la jungle, au bord du plateau, admirant les alentours ensemble. Je ne voulais pas troubler ce moment intime, donc j’attendis derrière un arbre et m’efforçai de ne pas les écouter.

Soudain, je réalisai quelque chose : Krayy avait enlevé son masque. Je risquai un oeil curieux et entrevis le profil typique d’un Sith au sang pur derrière des cheveux noir de jais. Voilà qui m’intriguait comme je me cachai à nouveau derrière l’arbre. Même si je n’avais pas vu son visage en détail, j’avais par hasard obtenu une information importante concernant Krayy. J’espère que nul ne saura que je possède ce secret parmi tant d’autres, je ne voudrais pas trahir celui qui m’a accordé sa pleine confiance.

J’attendis que Krayy remette son masque pour me manifester. Un peu surpris, ils reprirent contenance mais je souris derrière mon masque en reconnaissant la gêne caractéristique d’amants pris sur le fait. Quoique. Peut-être est-ce trop présumer? En tout cas, s’ils ne sont pas amants ils restent très proches.

Krayy comprit que j’en avais vu plus que je ne laissais paraître et me mit dans la confidence. Il s’inquiétait beaucoup pour Silona et lui avait suggéré de partir sur Balmorra étudier la faune le temps d’apaiser les esprits. Toutefois, il était évident que Silona était plus que frustrée par l’Officier et les récentes décisions. J’étais presque honteux de l’avoir déçue en soutenant la vente de la drogue  mais il fallait le faire. Je craignais donc que cet éloignement ne soit pas temporaire mais devienne définitif. Mais j’avais donné ma parole à Krayy et je me devais garder le secret, autant à propos de Silona que de leur liaison.

Arrivèrent alors le reste du groupe qui avait terminée la réunion sans nous et qui nous cherchaient depuis. Krayy les rassura et annonça le départ provisoire de Silona, ce qui parut convenir aux autres. J’espère que l’Officier calmera sa verve d’ici là. Il est pragmatique et efficace mais assez obtus sur certains points.

Dès lors, il fallait passer à la suite.

Dans l’espoir de piéger l’Hydre, une brève réunion définit un plan il y a de cela plusieurs semaines. Le mafieux était affaibli et nous désirions profiter de notre avantage pour le pousser dans ses retranchements et en finir au plus vite.

Pour ce faire, Kante se chargea de diffuser une annonce sur l’Holonet, envoyant à des cibles soigneusement sélectionnées un appel d’offre pour une technologie volée. L’idée était de se faire passer pour des bandits ayant mis la main sur une grosse prise, une technologie potentiellement militaire liée aux droïdes. De plus, Armosmith avait réussi à traquer l’Hydre jusque sur Rishi, ce qui réduisait considérablement les champs de recherche.

Parmi les acheteurs potentiels, trois retinrent notre attention. Du peu que nous savions d’eux, nous avions suffisamment de soupçons pour organiser une rencontre. Nous avons choisi un bar miteux dans un entrepôt de la Crique des Pillards, discret et isolé. Jealy et moi-même étions en première ligne pendant que Krayy et Jumph devaient graviter discrètement autour de nous pour surveiller les entretiens et intervenir en cas de coup dur. Pour l’occasion, chacun s’était vêtu pour faire couleur locale, moi-même arborant les atours d’un pirate que j’avais connu autrefois.

A notre arrivée sur place, un individu au regard torve semblait attendre à l’entrée de l’entrepôt. Je l’abordai et il fut rapidement clair qu’au-delà de son agressivité, il n’avais rien à voir avec notre mission. Rétrospectivement, nous aurions dû  peut-être le surveiller plus avant car un sentiment de doute m’étreint. Et si cet homme avait un lien avec l’Hydre? Il est trop tard pour se lamenter, je vais d’abord finir de relater les évènements.

Avec Jealy, je m’installai au coin du comptoir pendant que nos compagnons prenaient place à l’extrémité gauche. L’attente ne fut pas longue. J’eus à peine le temps de demander conseil à Jealy qui avait côtoyé l’Hydre de bien plus près que nous que déjà s’avançait un de nos clients. R7-TI, un droïde de protocole, voilà qui posait problème. Ses systèmes avaient dû être programmés pour éluder toute question compromettante, ne laissant qu’un droïde aimable et poli. Néanmoins, je me rappelai que l’Hydre, doué en cybernétique, avait déjà usé de droïdes contre l’Ordre et qu’une petite armée de ces saletés le protégeait. N’obtenant aucune information probante de la machine, je gardai ce souvenir en tête en attendant le client suivant.

Nous concertâmes rapidement et Krayy partir à la suite du droïde car lui aussi avait repensé à la propension de l’Hydre à s’entourer de ces machines. Jumph continuait à donner le change sur son tabouret, préférant attendre les clients suivants.

Un mercenaire humain à l’aspect dur et décidé vint poser son casque à coté de moi. Après quelques mots et un verre offert, il se présenta sous le nom de Kell Straden et entama les négociations avec méthode et circonspection. Je lui sorti mon baratin, prétextant m’appeler Arüum Parg, d’un air professionnel et direct, comme quelqu’un qui a déjà vendu trop de produits douteux à son goût. De temps en temps, je lançai une question, une tournure de phrase discrète ou un silence appuyé dans l’espoir de le confondre. Il n’y eut qu’à la mention de son éventuel employeur qu’il manifesta une fermeture suspecte, visiblement réticent d’en parler. Finissant sur les banalités d’usage, il partit et je ne me sentais pas plus avancé que ça.

Un jeune Duros s’approcha doucement, visiblement très mal à l’aise. Prénommé Bringe Winrell, il nous affirma être le représentant d’une grande entreprise contrôlée par un conglomérat. Son anxiété de nous parler était telle que même Jealy devait le ressentir. Je me fis donc pirate bonimenteur, affable et accueillant, mais Bring restait sur ses gardes. Grâce à la nature rassurante de Jealy, nous ne fûmes pas surpris quand il nous avoua qu’il n’effectuais ses ventes que dans de confortables bureaux et qu’il n’avait aucune expérience dans ce genre de transactions. Après tout, sa firme ne voulait cette technologie que pour dérégler les chaînes de production de ses concurrents.

Nous laissâmes Bringe partir en paix, convaincus de son innocence. Jumph nous rejoignit et s’ensuivit une rapide discussion pour savoir qui suivre. Nos soupçons se portèrent sur le droïde et le mercenaire et nous décidâmes finalement de nous séparer. Jumph alla filer le mercenaire qui partait vers la Cantina de la Crique pendant Jealy et moi-même rejoignions Krayy pour suivre le droïde.

Avançant discrètement dans la foule sans quitter le droïde des yeux, je commençais à douter que cette machine ait un quelconque rapport avec l’Hydre quand mon holocom tinta sous l’appel de Jumph. Il nous cria que Kell avait pris la fuite et était en train de le semer. Sans hésiter, j’ordonnai à Jealy de me suivre et nous nous précipitâmes pour retrouver Jumph, Krayy continuant à suivre R7-TI. Poussant les badauds en criant pour nous frayer un chemin, je pus apercevoir le cimier de Jumph tourner dans une ruelle à sa droite. Nous approchions au pas de course de ladite allée quand Jumph en sortit en trombe pour partir dans l’autre sens, nous faisant signe de le suivre.

Lui emboîtant, je portai instinctivement mes mains à mes sabres, pressentant que Kell Straden ne se laisserait pas capturer facilement. Après quelques ruelles, nous le trouvâmes en train d’éteindre son holocom. Avec des réflexes aiguisés pas des années d’expérience, il dégaina dès qu’il nous vit et tira vers Jumph qui accusa le coup. Dommage pour lui, il ne s’attendait pas à devoir affronter des utilisateurs de la Force. Avant même qu’il ne me mette en joue, j’avais franchi la distance qui nous séparait d’un bond et je frappai dans le même mouvement. Hurlant de douleur, Kell s’effondra en tenant le moignon de son bras droit et le combat se termina aussi vite qu’il avait commencé.

Jumph me rejoignit pour l’interroger alors que Jealy restait en arrière, interdite face à cette violence. Kell, malgré la douleur, répondit à toutes nos questions en espérant survivre. Un homme masqué l’avait employé pour trouver et identifier ceux qui le filaient. Sa tâche se limitant à cela, il ne prévoyait pas de nous tuer. Puis, avant que la douleur ne le rende muet, il nous affirma que son employeur était basé sur Aldérande. La piste était encore chaude.

Je m’empressai de le fouiller, ne prenant que son holocom dont on pourrait pister les derniers appels. Et c’est là que se posa un problème de conscience: fallait-il tuer Kell? Jumph tenait son sabre, près à frapper, arguant qu’il fallait penser à la sécurité de l’Ordre tandis que Jealy se révoltait face à ce qu’elle jugeait être un assassinat sur un homme sans défense.

Ils se disputaient et je n’arrivais pas à réfléchir correctement. L’un et l’autre avaient raison, et intimement je voulais sauver Kell. Mais même si nous avions tenté de l’emprisonner, cette amputation aurait eut raison de lui avant les premiers soins. J’enrageai intérieurement de ne pas pouvoir préserver une vie, au moins une vie dans toute cette violence gratuite. Si seulement j’avais retenu mon coup, nous aurions pu l’emmener et l’interroger aisément au vu de sa bonne volonté à nous aider.

Il fallait que je me calme. Respirant lentement, je me fis une raison. Avant d’être un Révanite, je suis un guerrier. Et ceux qui vivent par les armes vivent chaque jour dans l’attente de la mort. Nous la côtoyons, la renions, tentons de la fuir mais elle nous rattrapera un jour. Ce jour était venu pour Kell. Je pouvais lire dans son regard brisé par la souffrance un sentiment puissant. Ni haine, ni désespoir. Une résignation propre aux guerriers qui savent qu’il est temps de partir.

Lui demandant s’il était prêt, je récitai l’antique adage.

Il n’y a pas de mort. Il n’y a que la Force.

Jealy eut beau railler mes croyances et supplier qu’on laisse Kell en vie, Jumph et le mercenaire étaient prêts. D’une frappe vive et précise, Jumph mit fin aux souffrances de Kell. Jealy s’appuya contre des caisses pour supporter le choc. Moi, je me jurai de venger cette mort inutile.

Silencieux, nous retournâmes au vaisseau. Je pouvais sentir le regard lourd d’un reproche muet que nous jetait Jealy dans notre dos. Je ne eux lui en tenir rigueur, mais je pense que nous avons perdu le peu de foi qu’elle avait en nous.

En écrivant ces lignes, une colère diffuse se tapit au fond de mon esprit. La mort de Kell m’indigne plus que celle de cet officier de Coruscent. Lui, au moins, était mort en croyant à ses idéaux, persuadé de faire le bon choix. Pas Kell. Le mercenaire est mort résigné, acceptant l’injuste sort des guerriers que les puissants envoient à l’abattoir. L’Hydre paiera pour tout ses crimes. Et il paiera aussi pour le décès de Kell.

*Fin de l’enregistrement*

_________________
Ne vous mettez pas en avant mais ne restez pas derrière non plus car le silence a toujours ses regrets
avatar
Yogtoth
Légende

Messages : 113
Date d'inscription : 01/04/2015
Age : 24
Localisation : Caché dans les Archives

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation : Yogtoth

Message par Yogtoth le Jeu 10 Déc - 11:33

*Début de l’enregistrement*

Entrée 12 : Datunda, 1 Relona 15 Ap. TC

Nous y étions presque!

J’enrage que notre mission sur Aldérande se soit finie ainsi. Il faut que je me calme et que je relate ce qui s’est passé pour ne pas refaire les mêmes erreurs.

Avant-hier, une équipe d’investigation composée de Jumph, Urrim, Krayy et moi-même a débarqué au spatioport de Rhu Caenus. Jumph s’était déguisé en noble Thul, Krayy en garde du corps et Urrim en érudit impérial. N’ayant sur le moment aucune tenue adéquate, j’optai pour une mise de Seigneur Sith en espérant que cela nous ouvrirait des portes.

Nous ne perdîmes pas de temps et pénétrâmes dans le palais des Thul pour leur demander de l’aide. Les coordonnées que nous avions obtenues en analysant l’holocom de Kell Straden dépeignaient une zone bien trop large pour être investie correctement mais nous espérions que les Thul nous apporteraient une aide quelconque puisque leur territoire s’étendait là. En ce sens, Jumph devait se faire passer pour l’un d’eux et recueillir les informations. Au pire, je devais intervenir pour garder la situation en main pendant que Krayy et Urrim observaient et inspectaient l’entourage.

J’apprécie beaucoup l’architecture élégante et raffinée caractéristique d’Aldérande. Fine, la richesse des ornements est loin du tape-à-l’oeil outrancier qu’affectionnent les Hutt. La beauté des lieux tient tant par sa richesse que par son esthétisme recherché. Je profitai donc de cette mission pour admirer discrètement le palais Thul, un plaisir pour l’oeil qu’il m’est assez rare de contempler. Dommage que le chapeau violet de Jumph jure autant avec le décor qu’avec sa tenue, si pas plus. Au moins avait-il le mérite de masquer une partie de son visage.

Arrivant de la grand hall, il s’approcha avec assurance de trois nobles Thul en pleine discussion à propos d’intrigues politiques et de conflits frontaliers. Tentant d’engager la conversation, Jumph dut affronter les regards plein de morgue et de suspicion des nobles qui voyaient là un inconnu vêtu d’une tenue Thul dépareillée. Il se présenta comme Zésus Thul, de retour après dix années de voyages à travers la galaxie et peina à desceller les lèvres crispées de ses interlocuteurs. Je sentis que la situation lui échappait et je m’avançai pour détourner leur attention.

Je leur affirmai être Kalarh Sey, Seigneur Sith en mission officielle guidé par Zésus Thul. Ma simple intervention leur tira des courbettes à peine respectueuses mais ils firent des efforts car il eut été malavisé de déplaire à un puissant représentant de l’Empire et risquer de perdre ce soutien. Pendant que j’exposais notre problème, Krayy écoutait avec attention, debout derrière Jumph, et Urrim sondait les lieux en feignant s’intéresser aux oeuvres d’art raffinées.

Assez pressé de se débarrasser de nous, l’un d’entre eux dépêcha son esclave de nous conduire auprès du Seigneur Thratan Cortess qu’il affirma en mesure de nous aider. L’homme nous conduisit à travers quelques couloirs que d’autres esclaves nettoyaient avec application. Les nobles d’Aldérande devaient prendre soin de leurs propriétés pour que ces esclaves n’aient pas l’air abattu et effrayé qu’ont ceux de Dromund Kaas.

Le bureau de Thratan Cortess était vaste et richement meublé. Derrière la table de travail vivement éclairée, des meubles d’archives couvraient tout le mur sinon un grand espace dévolu à une bannière Thul brodée. Thratan était en pleine discussion avec deux nobles Thul à propos de conflits frontaliers, apparemment la guerre civile était à nouveau entrée dans une phase violente. L’esclave qui nous avait conduit annonça d’une voix claire notre arrivée et se trompa dans la prononciation de mon nom. Dommage pour lui, je le tançai vertement, plus que je ne l’aurai fait d’habitude mais il fallait que j’impose une personnalité forte au seigneur Thratan.

Ce dernier se montra affable quoiqu’un peu fatigué et nous invita à une table sur notre droite pour discuter plus confortablement. Il nous révéla que notre cible se trouvait dans une zone contestée quoique relativement calme depuis quelques mois. De tout les lieux possibles, un avant-poste dans les montagnes de Juran semblait tout indiqué et Thratan nous autorisa à prendre quelques équipements à l’armurerie. Trop peu, malheureusement. Quelques grenades à concussion, des leurres, du matériel d’escalade et trois charges explosives ne suffiraient pas à venir à bout des défenses que l’Hydre aurait pu mettre en place.

Le temps de prévenir Armosmith et de voyager jusque là, nous nous sommes concertés pour établir une stratégie sur la base des plans fournis par Thratan Cortess. A cinq, nous étions trop peu nombreux pour un passage en force, une approche discrète était évidente. Par chance, une forte chute de neige réduisait la visibilité des défenseurs et nous empruntâmes un chemin détourné en contrebas de l’avant-poste.

La parois de roche noires se dressaient de part et d’autres, trop raides pour être escaladées. Arrivant sous le pont menant au bunker principal, l’idée nous vint de piéger ses pylônes. Avec deux charges explosives, nous pouvions abattre le pont pour  nous échapper ou coincer l’Hydre. Un peu plus loin, une portion de la falaise s'avéra suffisamment praticable malgré les intempéries. Après quelques essais, nos grappins mordirent la roche et l’ascension ne prit que quelques minutes.

Le terrain était dégagé et plusieurs groupes de gardes patrouillaient aux abords. Des rochers qui nous cachaient, nous pouvions apercevoir le bunker au bout du pont enjambant le précipice. armosmith repéra d’emblée un tireur embusqué sur le toit, parfaite position pour garder un oeil sur le pont et les environs immédiats. C’était le moment rêvé pour utiliser nos leurres.

Jumph se chargea de lancer le leurre pendant qu’Urrim guettait l’occasion d’utiliser la Force pour précipiter le sniper dans le vide. Le premier leurre tomba trop court mais attira l’attention du garde et un deuxième finit de l’approcher suffisamment de la rambarde. Aussitôt, Urrim parvint à plonger le garde dans le ravin. Mais nous n’avions pas vu le deuxième homme qui s’empressa d’activer l’alarme en voyant la chute de son compagnon.

Nous n’avions plus le temps. Courant en sortant nos armes, nous pouvions déjà percevoir l’arrivée de la garnison derrière nous alors que nous étions à la moitié du pont. Quelques gardes tentèrent en vain de nous stopper mais ils ne purent rien faire face à nos sabres.
L’explosion et l’effondrement du pont me prit par surprise, Krayy ayant activé les charges une fois que tout le monde avait dépassé le pont. Je ne pris pas le temps de réfléchir et me précipitai à la suite de Jumph pour dégager le terrain et pénétrer dans le bunker. L’ancien gladiateur fut trop empressé et détruisit le générateur extérieur pour couper l’alarme. A l’intérieur, la garnison était tellement paniquée  que nous n’eûmes aucun mal à prendre le contrôle des deux niveaux de la structure.

Je me rappelles du silence qui suivit. C’était plus que suspect mais nous ne nous inquiétions pas, trop excités par la réussite de l’opération. Mais notre enthousiasme retomba vite en comprenant que l’Hydre n’était pas là. A la place, un bloc de données nous attendait dans ce qui devait être son bureau. Ce malfrat s’était joué de nous! D’une manière ou d’une autre, il avait appris nos intentions et s’était échappé bien avant notre arrivée. Il nous invitait “cordialement” à une rencontre sur un lieu de son choix, et seulement trois d’entre nous.

Nous n’eûmes pas le temps de réfléchir que le message se terminait sur la révélation que tout le bunker était piégé! Heureusement que le bâtiment était de petite taille car notre fuite éperdue aurait pu se terminer bien mal dans le cas contraire. A peine avons-nous eu le temps de sauter dans les congères en bas de la falaise que tout l’avant-poste disparut dans un geyser de flamme.

Le retour au vaisseau amiral fut prompt et silencieux. Nous nous remettions des blessures autant physiques que morales que cette mission avait laissé. L’Ordre… non, nous avons failli à notre tâche. Nous aurions dû prévoir que l’Hydre nous attendrait et par conséquent aurait préparé un comité d’accueil. Nous sommes trop dissipés par toutes les tâches qui requièrent notre attention et nous ne pouvons pas nous concentrer sur une seule chose à la fois. Les autres n’ont pas l’air de le réaliser, mais notre faible nombre et le manque de sérieux de certains handicapent grandement l’Ordre. Pourvu que nous parvenions à rétablir un équilibre stable car je ressens de sombres dangers planer au-dessus de nous. Solkhan? L’Hydre? Peu importe. Nous ne sommes pas prêts.

*Fin de l’enregistrement*

_________________
Ne vous mettez pas en avant mais ne restez pas derrière non plus car le silence a toujours ses regrets
avatar
Yogtoth
Légende

Messages : 113
Date d'inscription : 01/04/2015
Age : 24
Localisation : Caché dans les Archives

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation : Yogtoth

Message par Yogtoth le Lun 14 Déc - 18:40

*Début de l’enregistrement*

Entrée 13 : Katunda, 4 Relona 15 Ap. TC

J’ai terminé ma nouvelle armure révanite hier soir.

Au final, j’ai opté pour une structure de duracier allégé et renforcé grâce à un tissage de cortosis. Des plaques de cortosis pur composent en grande partie les gantelets, les bottes et les jambières. Le tout s’est avéré plus souple et léger que je ne le pensais, s’adaptant assez bien à mon style de combat. Pour parachever le tout, j’ai préféré une teinture rouge sombre et noir profond. Simple, assez proche de ce que les officiers révanites affectionnent en général. J’essayerai de trouver la teinte brune révanite pour mon prochain ensemble.

Cette réussite gonfle mon imagination et j’ai déjà commencé à dessiner une nouvelle armure, cette fois entièrement personnalisée. Pas d’influences révanites ou impériales. Je veux un ensemble qui me corresponde. Et cette fois-ci, je ne laisserai rien au hasard. Je partirai prochainement pour rejoindre Eenia et ensemble nous nous procurerons le phrik qu’elle m’avait promis. Nous en prendrons une telle quantité que je pourrais fabriquer des dizaines d’armures!

Et puis, ce sera l’occasion de la revoir. Tellement d’années ont passé depuis notre dernière rencontre face à face. Nous ne nous contactions que par holocom et rarement avec les images. Je me demande à quoi elle ressemble maintenant.

*Fin de l’enregistrement*

_________________
Ne vous mettez pas en avant mais ne restez pas derrière non plus car le silence a toujours ses regrets
avatar
Yogtoth
Légende

Messages : 113
Date d'inscription : 01/04/2015
Age : 24
Localisation : Caché dans les Archives

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation : Yogtoth

Message par Yogtoth le Lun 14 Déc - 19:19

*Début de l’enregistrement*

Entrée 14 : Satunda, 25 Relona 15 Ap. TC

Je ne peux pas le croire!

L’Empire Eternel est arrivé si soudainement. Je n’ai rien su jusqu’à ce que Gar’m m’en informe plusieurs semaines après le début des hostilités. C’est un évènement terrible qui va plonger la galaxie dans le chaos.

Pire, Gar’m a lancé l’idée d’une dissolution de l’Ordre! C’est bien ce qui me trouble le plus depuis hier soir. Disperser nos troupes, cacher nos ressources et nos infrastructures durant tout le conflit en attendant le moment propice est dangereux. Nous avions déjà toutes les peines du monde à reconstruire et maintenir l’Ordre et nous allons prendre le risque de le détruire définitivement dans les temps à venir!

Et Rylar qui ne montrait aucun intérêt pour cette situation de crise. Je comprends qu’il soit usé après tant d’années à préserver l’Ordre mais son départ et son manque d’implication me font craindre pour notre avenir.

Je comprends que rester groupés et continuer nos activités, aussi discrètes soient-elles, risque d’attirer l’attention de l’Empire Eternel qui traque déjà tout les dissidents et les rebelles pour les anéantir. Je comprends la tactique d’entrer dans une phase dormante pour renaître au moment où nul ne s’y attendra. Mais Qui sait ce qui peut arriver d’ici là? Dispersés, nous serons infiniment plus discrets mais moins aptes à contrer les dangers qui nous menacent.

Je ne veux pas me retrouver seul.

Gar’m nous assure que le contact sera préservé entre tout les membres, cela me rassure à moitié. Mon esprit est plein d’appréhension et de doute, il faut que je me calme.

En tout cas, je ne resterai pas oisif. J’ignore si je me retrancherai dans mon refuge secret, au temple de Yavin ou ailleurs, mais je vais devoir transférer toutes mes possessions dans un lieu sûr. La priorité à mes effets sur Dromund Kaas, trop susceptibles de subir les destructions de la guerre. Ensuite, il faudra s’assurer que les Archives de l’Ordre soient en sécurité avec le reste du matériel essentiel.

Une fois ma planque aménagée et mes possessions sécurisées, je devrai poursuivre un entraînement quotidien et chercher à améliorer mes équipements. Mes sabres laser commencent à se faire vieux et leurs cristaux s’affaiblissent. Selon les avantages qu’elle propose, sans doute tenterais-je de voler la technologie de l’Empire Éternel.

Mes journées devront être rythmées entre l’entraînement le plus complet possible et l’étude de la Force. Si mon équipe reste à mes côtés, ils pourront m‘aider à améliorer mes équipements ou en crée de nouveaux. A côté de ça, ce sera l’occasion de poursuivre plus assidûment les études théoriques et les analyses d’artefacts.

J’entends que mon vaisseau est prêt à partir pour Dromund Kaas, il est temps de déménager. Eenia et le phrik attendront que j’ai sécurisé ma position.

*Fin de l’enregistrement*

_________________
Ne vous mettez pas en avant mais ne restez pas derrière non plus car le silence a toujours ses regrets
avatar
Yogtoth
Légende

Messages : 113
Date d'inscription : 01/04/2015
Age : 24
Localisation : Caché dans les Archives

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation : Yogtoth

Message par Yogtoth le Mer 23 Déc - 13:31

*Début de l’enregistrement*

Entrée 15 : Natunda, 27 Relona 15 Ap. TC

Voilà, tout mon réseau est prévenu et mes locaux de Dromund Kaas ont pu être totalement vidés. J’ai fait transférer toutes mes ressources jusqu’au refuge où je resterai caché le temps que le conflit s’apaise. Je suis heureux d’avoir pu préserver tout ce que je souhaitais aussi vite, et tant pis pour la discrétion. De toutes manières, je n’avais plus vraiment de raison de maintenir une couverture au sein du Sanctuaire. J’ai cru comprendre que bien des Sith s’étaient enfuis pareillement, je ne devrais donc pas éveiller beaucoup de soupçons. L’Empire et la République devraient être trop occupés par cette guerre soudaine pour s’inquiéter des Sith en cavale. Le seul risque tient dans le nombre: si nous sommes trop à partir, ils essayeront de nous retrouver pour préserver leurs forces dans le conflit. Peut-être devrais-je penser à une mise en scène de ma mort?

J’ignore combien de temps je devrai rester cacher. Je ne veux pas intégrer une communauté sous un déguisement quelconque et prendre le risque qu’on me repère d’une manière ou d’une autre. Je préfère profiter de mon refuge, isolé et suffisamment isolé pour survivre sans besoin de ravitaillement. L’équipe m’a transmis des messages sur l’avancement de l’installation confirmant que l’ensemble des structures était opérationnel. J’espère qu’ils revérifieront le système de recyclage des eaux usées, cette fois.

Ce qui m’inquiète le plus est le silence d’Eenia. Pas un seul mot depuis le début des hostilités. Elle a sûrement eut la présence d’esprit de se tenir éloignée de cette guerre mais elle aurait au moins pu m’envoyer un indice sur l’endroit où la retrouver. Elle aurait pu aussi me rejoindre dans mon refuge. Eenia a toujours été très indépendante, c’est ce que j’aime chez elle.

Il faut que profite du reste du voyage pour méditer, qui sait combien de temps je devrai attendre? Autant bien préparer mon esprit aux évènements à venir autant que mon corps. C’est l’occasion idéale de parfaire mon affinité avec la Force. Revenir aux bases, un entraînement quotidien et une étude approfondie de la Force. Que ce soient des mois ou des années, je ne sombrerai pas dans l’oisiveté. Quand sonnera l’heure, je serai prêt à hisser à nouveau les couleurs de Revan.

La Force doit me guider.

*Fin de l’enregistrement*

_________________
Ne vous mettez pas en avant mais ne restez pas derrière non plus car le silence a toujours ses regrets
avatar
Yogtoth
Légende

Messages : 113
Date d'inscription : 01/04/2015
Age : 24
Localisation : Caché dans les Archives

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation : Yogtoth

Message par Yogtoth le Mer 23 Déc - 13:34

*Début de l’enregistrement*

Entrée 16 : Datunda, 1 Welona 20 Ap. TC

Cela fait bien longtemps que je n’ai pas écrit. L’avènement de l’Empire de Zakel a bouleversé la Galaxie au-delà de tout ce que j’aurai pu imaginer. Entre ma réclusion au refuge, la réorganisation de l’Ordre, le maintien de mes différents rôles et mes inquiétudes pour Eenia et les autres, je n’ai pas pris le temps de continuer ces écrits.

J’ai reçu l’appel tant attendu il y a quelques semaines. Après cinq années d’attente. Gar’m battait enfin le rappel! Il nous donna rendez-vous au Testament, toujours caché sur Rishi, et nous priais de nous y rendre au plus vite. Après une préparation hâtive, j’arrivai en premier sur la côte choisie pour dissimuler le Testament. Le vaisseau amiral était là, sous les eaux, attendant qu’une main révanite vienne le réactiver. Et c’est avec une joie non feinte que je pris pied sur la passerelle principale. L’air puait le renfermé car les systèmes avaient pour la plupart mis en veille ou au minimum de leur puissance, contrairement aux défenses pour empêcher quiconque de s’emparer du Testament en notre absence.

Je marchai lentement, constatant avec nostalgie que rien n’avait changé. Voilà quelque chose que Valkorion n’avait pas touché de ses doigts avides. Les familières parois de métal gris, la résonance de mes pas dans les couloirs, toutes ces sensations qui ne s’étaient qu’à peine estompées. La semi-obscurité créait une ambiance de mystère qui me rappela les antiques temples que j’avais explorés jadis, impression renforcée par la fine couche de poussière qui voletait à chacun de mes pas.

J’aperçus enfin l’ascenseur menant au pont principal. Il n’accusa aucun retard, signe que la machinerie avait bien résisté à cinq années sans entretien. Quand la porte s’ouvrit, je retins mon souffle en apercevant le socle de pierre derrière la sculpture rakata. J’en connaissais chaque angle, chaque imperfection après tant d’heures passées à l’admirer. Encore quelques pas et je pus admirer la sculpture qu’il supportait: Revan dans les derniers instants de sa vie, marchant vers son ultime but. Nous l’avions récupérée des années auparavant, dans les ruines d’un camp révanite abandonné après la bataille de Yavin. Droit, décidé, Revan renaissant semblait vouloir marcher de l’avant, nous mener vers notre destinée. Bien que je préfère le voir sans ces haillons qu’il portait sur Yavin, sa vue me réchauffa le coeur. Il semblait m’inviter à avancer avec lui, à réactiver le Testament pour que l’Ordre renaisse à nouveau.

Le bruit de l’ascenseur en action me coupa dans mes pensées et je me tournai vers la porte, curieux de voir qui me suivait de près. Je reconnus la silhouette large et attentive d’Urrim et m’empressai d’aller le saluer chaleureusement. J’étais heureux d’enfin revoir un révanite, qui plus est un de ceux que je considère dans mon cercle d’amis, et Urrim me rendit la pareille en ma saluant joyeusement. Nous avions tant de choses à nous dire mais Gar’m et Jirdaan arrivèrent à leur tour. L’euphorie était palpable. Ces cinq années n’avaient pas entamé nos relations et encore moins notre volonté. Nous prîmes place à la table poussiéreuse qui n’avait pas quitté sa place à côté des ordinateurs de bord. Et la gêne des autres révanites confirmèrent que cinq années ne furent pas suffisantes pour adoucir l’inconfort de ces fichus fauteuils.

La réunion se déroula sans encombre. Le principal sujet de discussion fut le rassemblement de l’Ordre et sa remise en fonction. Tout les membres cachés avaient reçu l’appel de Gar’m mais seuls nous quatre avions pu arriver à la date prévue. Les retardataires nous rejoindront aux divers points de ralliement plus tard, ce ne sera qu’un léger retard dans la logistique. Gar’m porta notre attention sur un autre problème: la faiblesse de l’Ordre. Après cinq années d’immobilisme, nous n’avons pas progressé d’un pouce vers nos objectifs et Zakel n’arrange pas la situation. Nous pouvons profiter de la débâcle de l’Empire et de la République pour essayer de recruter ceux de leurs partisans qui seraient les plus aptes à nous rejoindre. Je n’ai pas bien suivi la géopolitique actuelle, mais notre faction devrait avoir des attraits pour les mécontents rêvant d’affronter Zakel, ceux qui trouvent la résistance trop faiblarde, les Sith et Jedi en perdition, et j’en passe. Un recrutement discret à si grande échelle sera à envisager une fois l’Ordre stabilisé.

Le point principal de la réunion fut le projet Nébuleuse Pourpre. C’est un tout récent groupe de mercenaires que Gar’m évalue aptes à nous servir. Basés sur Nar Shaddaa, ils ne sont pas encore très puissants ni reconnus mais leur potentiel semble intéressant en ces temps où les mercenaires sont confrontés aux lois de l’Empire Éternel. La Nébuleuse Pourpre servirait de force armée et de couverture légale aux actions de l’Ordre. Nous les enverrions accomplir des missions en gardant secrets nos objectifs. Récupération de matériel et technologies, recrutement, puissance militaire, les avantages ne manquent pas. Évidemment, la question de leur loyauté s’est posée. A priori, seuls les officiers et hommes de confiance seraient au courant de l’implication de l’Ordre, le menu fretin nous percevant comme une sorte de comité directionnel finançant et décidant de leurs actions mais ce point est encore à éclaircir.

L’idée est de réitérer une collaboration similaire à celle entretenue avec les Lames Nova de Rishi mais en insistant sur le caractère légal des missions pour ne pas éveiller les soupçons de Zakel, ainsi qu’une surveillance étroite pour éviter les fuites parmi ces mercenaires. Mes seules appréhensions tournent autour de notre chance. Nous devons voir dans les prochains mois comment évolue la situation pour estimer si le projet mérite de perdurer. Au pire, nous aurons bénéficié d’une aide temporaire mais j’espère que nous aboutirons à quelque chose de probant.

Ce faisant, j’ai cru comprendre qu’Armosmith ne s’était pas encore manifesté. Nul ne sait où le trouver et son silence en inquiète plus d’un. Un révanite aussi ancien ne doit pas tomber aux mains de l’ennemi et je ne peux pas imaginer rester les bras croisés s’il est en danger. Je vais devoir enquêter, il se sera sûrement caché habilement. D’autant plus que Hander Locke est encore en vie, du moins aux dernières nouvelles.

Locke. Solkhan aussi, assurément. Nul doute que ce manipulateur s’est débrouillé pour survivre à l’avènement de Zakel et attend la première occasion pour nous retrouver. Tant que nous n’aurons pas retrouvé un semblant d’organisation et de force, je doute que nous puissions composer avec les plans tordus de ce Sith dissident. Penser à lui me donne la nausée, il faut que j’aille méditer pour m’apaiser avant de partir à la recherche d’Armosmith.

*Fin de l’enregistrement*

_________________
Ne vous mettez pas en avant mais ne restez pas derrière non plus car le silence a toujours ses regrets
avatar
Yogtoth
Légende

Messages : 113
Date d'inscription : 01/04/2015
Age : 24
Localisation : Caché dans les Archives

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation : Yogtoth

Message par Yogtoth le Lun 28 Déc - 12:55

*Début de l’enregistrement*

Entrée 17 :  Satunda, 10 Welona 20 Ap. TC

Je viens de quitter Tatooine il y a deux heures, à la fois satisfait et soucieux.

Il m’a fallu plusieurs jours pour comprendre où commencer mes recherches. Heureusement que je dispose d’une bonne mémoire, sans quoi jamais je ne me serai rappelé qu’Armosmith parlait souvent de Tatooine lors de nos discussions. C’était mince mais mieux que rien.

J’ai posé mon vaisseau avant-hier, le coeur incertain de ce que j’allais trouver. Sachant que l’ancien agent ne prendrait pas le risque d’habiter près de Mos Ila, je me suis dit qu’il s’était installé dans un lieu isolé et discret. Ou au moins difficile d’accès. Demander aux commerçants et habitants de la ville s’ils se souvenaient d’un homme installé là depuis quatre ou cinq ans équivalait à leur demander combien de grains de sable compte la Mer des Dunes. Ils pourraient faire des efforts, mais impossible de se rappeler d’un homme parmi la marée de visiteurs et contrebandiers qui pullulent en ville.

J’ai passé une demi journée à enquêter vainement à Mos Ila. Je m’y attendais mais il fallait que je visite les avant-poste isolés pour espérer trouver une trace quelconque. C’est à l’avant-poste Zarosh, hier matin, que j’ai miraculeusement déniché un soldat avec une information pertinente. D’après lui, un fermier s’était installé dans la Mer des Dunes et qui passait régulièrement par l’avant-poste Zarosh pour acheter des fournitures. De plus, il affirmait que l’homme boitait et ne se déplaçait qu’avec sa canne qui ne le quittait jamais. Je me réjouis d’avoir enfin un indice solide et remerciait le garde qui me conseilla d’aller interroger les Jawas, sans nul doute les seuls à savoir précisément où se trouve la ferme que je cherchais.

Il ne me fallut pas longtemps pour repérer les gigantesques chars des sables des Jawas, démontant alors le campement temporaire qui leur servait de point de vente. Assez déçu que je n’achète pas de droïde, leur représentant mis un certain temps à comprendre ce que je voulais. Finalement, il m’obligea à acheter un petit appareil émettant un signal sonore régulier. M’arrachant la puce de crédit que je lui tendit, il m’expliqua que le signal s’accélèrerait à mesure que je m’approcherait de la ferme. Et contre toute attente, l’objet fit son office à merveille. Une heure de route suffit à m’emmener près d’une ferme installée au creux des dunes.

La modeste structure blanche ne révélait aucun signe d’activité. Je laissais mon speeder à dix pas de l’entrée, espérant ne pas arriver trop tard car ce silence m’inquiétait de plus en plus. Mais l’absence de traces de combats m’inquiéta encore plus. Et si je m’étais trompé? Et si le fermier qui vivait là était un inconnu qui par hasard boitait et utilisait une canne?

Un appel venant du faîte de la colline résonna jusqu’à moi. Vif, je me retournai prêt à en découdre mais je reconnut mon interlocuteur qui pointait un blaster sur moi. Armosmith, enfin! Lui ne pouvait pas me discerner car mes yeux sont bien plus évolués que ceux des humains. Malgré les années, les rides naissantes et la barbe à peu près entretenue et remplie de sable, je ne pouvais pas ne pas reconnaître le visage d’Armosmith.

Je levai les mains pour l’inciter à baisser son arme et m’expliquai. Il eut du mal à croire ses yeux quand enfin il comprit qui lui faisait face et sa surprise fut clairement mêlée à la fois de joie et de suspicion. Il savait pourquoi j’étais là et je savais pourquoi il était réticent. Déjà avant la séparation son comportement dénotait d’une perte de foi progressive envers l’Ordre, d’autant plus quand Hander Locke lui a tendu ce piège sur Tatooine. Il fallait que je me montre persuasif, Armosmith avait toujours un esprit d’indépendance marqué et son attachement à l’Ordre n’a jamais été très fort.

Néanmoins, sa femme et son complexe lié à sa jambe invalide contrecarraient tout les arguments que je lançais. Que ce soit pour raviver sa loyauté envers l’Ordre, pour l’aider dans son combat contre Hander ou même pour le protéger, il refusait obstinément d’entendre ce que je disais. Je pense qu’il est difficile de trouver plus têtu que lui. Mais son hésitation lorsque j’essayais de faire appel à son désir d’aventure et de combats m’inspira une idée. Si la flamme de l’aventure vacillait encore, je me suis dit que l’attiser ne devrait pas poser problème.

Je me déclarai vaincu et fis mine de vouloir le laisser en paix, lui proposant de prendre un verre en souvenir de nos aventures passées. Intrigué par mon acceptation de ses choix, et sûrement alléché par la perspective d’un verre d’alcool, il m’accompagna jusqu’à la Taverne Ensablée de Mos Ila où nous prîmes une table dans un coin relativement calme. Armosmith semblait plus détendu, signe qu’il avait passé beaucoup de temps dans ces tavernes crasseuses. La pièce que nous avions choisie n’était pas bondée mais un groupe hétéroclite et déjà bien éméché faisait la fête dans le couloir et la salle attenante. L’occasion parfaite.

Laissant Armosmith s’installer, j’allai commander nos boissons auprès du droïde serveur qui avançait parmi les fêtards. Discrètement, j’employai la Force pour toucher quelques personnes pour éveiller une pointe d’agressivité dans leurs esprits, chose facile grâce à l’alcool qu’ils avaient ingurgité. De là, une simple bourrade suffit à m’attirer la colère d’un homme assez jeune. Quelques mots et une bagarre générale éclata dans la pièce.

Pendant que je maîtrisais ceux qui essayaient piteusement de m’attaquer, Armosmith sortit son blaster et se jeta dans la mêlée avec un sourire qui s’élargissait à chaque victime. Très vite, les contrebandiers et mercenaires présents voulurent en profiter pour se défouler sur les clients paniqués qui tentaient de fuir. Peu après, un rugissement bestial annonça l’arrivée **d’un adversaire plus coriace et un Wookie passa le cadre de la porte en agitant ce qui restait d’un droïde astromécano dans ma direction. Armosmith éclata de rire en reconnaissant le nouveau venu prénommé Jobo qui s’empressa d’aller à ses côtés pour assommer quiconque tentait d’approcher.

Une sirène retentit puis une voix somma les belligérants de rétablir le calme, les gardes étaient arrivés plus tôt que prévu. Armosmith lança quelques harangues pour motiver les bagarreurs qui se liguèrent contre les gardes désemparés pendant que Jobo nous frayait un chemin vers la sortie. Une fois au calme, je pouvais voir briller l’excitation du combat dans les yeux et le léger sourire en coin qu’affichait Armosmith. Cet à ce moment que je sus qu’il reviendrait vers l’Ordre.

Il me rejoignit le lendemain alors que je listais les dernières fournitures à charger dans mon vaisseau. Voyageant léger sur son imposant uxibète, il voulut échanger quelques mots avant de partir. Oui, il réintégrait l’Ordre. Mais ses problèmes personnels étaient bien plus profonds que je l’imaginais. Sa jambe invalide et son addiction aux médicaments ont gravement nuit à sa confiance en lui et ajoutons à cela ses objectifs personnels qui le préoccupent. Il était nécessaire qu’il rejoigne l’Ordre, mais je crains qu’il ne trouve jamais son bonheur parmi nous. Tant que Hander Locke court et qu’Armosmith ne surpasse pas ses faiblesses, mes pressentiments ne partiront pas.

Le pilote m’appelle, sans doute sommes-nous arrivés au temple. Je ne vois pas le temps passer quand j’écris, je devrais décidément reprendre cette habitude reposante.

*Fin de l’enregistrement*

_________________
Ne vous mettez pas en avant mais ne restez pas derrière non plus car le silence a toujours ses regrets
avatar
Yogtoth
Légende

Messages : 113
Date d'inscription : 01/04/2015
Age : 24
Localisation : Caché dans les Archives

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation : Yogtoth

Message par Yogtoth le Ven 1 Jan - 19:38

*Début de l’enregistrement*

Entrée 18 : Satunda, 10 Welona 20 Ap. TC

Enfin un moment de paix ! La journée fut harassante car pleine d’action et d’émotions.

En l’absence de Krayy, l’Ordre n’a pas de leader pour commander nos forces, ce qui nous oblige à partager les tâches entre les différents officiers et instructeurs présents. D’une manière assez naturelle, Gar’m et moi-même avons reçu de hautes responsabilités, lui en tant que commandant des armées et moi comme chef spirituel et responsable de l’Académie et des Archives dans notre forteresse de Yavin IV. C’est assez étrange, tout compte fait, car je ne suis pas un des membres les plus anciens et Gar’m a mis beaucoup de temps à nous rejoindre après la défaite de Yavin. Les Révanites se sont-ils tournés vers Gar’m puisqu’il est est un vétéran et ancien officier durant la bataille de Yavin? Et moi? Je n’ai jamais apprécié commander, me satisfaisant d’un rôle hors du premier plan comme responsable des Archives, instructeur ou simple conseiller. J’espère que Rylar reviendra vite car son pragmatisme nous sera d’une grande aide.

Bref, en tant que chef spirituel, j’ai pour devoir d’accueillir les futurs initiés et de les préparer aux Épreuves. Fig mena deux jeunes recrues au temple principal en cette fin de matinée, deux Sith du nom de Madraven et Miliha. Cette dernière avait déjà eut des interactions avec l’Ordre auparavant mais ce n’est que maintenant qu’elle s’est décidée à passer les Épreuves. Après le discours d’accueil de rigueur et les explications de ce qui les attendait, Madraven se s’annonça prête à affronter l’Épreuve de la Renaissance. C’était la première initiée à passer ce rituel depuis longtemps car il n’avait pas été pratiqué depuis que Revan rejoignit la Force sur Yavin. Malgré mes avertissements sur les risques encourus, elle voulu qu’on la conduise sur les lieux du rituel.

Sa confiance et sa force d’esprit me convainquirent de la mener jusqu’à l’étang précédant l’entrée de la caverne, lieu privilégié entre tous par son cadre incomparable. En marchant dans l’eau pour commencer ce chemin initiatique, on se purifie le corps avant de se purifier l’esprit. Le tunnel à suivre est long et propice à l’introspection requise pour la méditation. L’initié encore trempé réfléchit sur lui-même et ses actes dans un silence troublé seulement par le son des cascades et de l’eau. Une à l’entrée pour la purification, une au fond pour laver les restes de son ancienne vie que l’on désire écarter. Enfin, Revan attend en silence que l’on vienne à lui.

Je savais ce qui attendait Madraven une fois qu’elle était entrée en méditation devant l’imposante statue de Revan pour l’avoir vécu il y a tant d’années dans les jungles de Dromund Kaas. Je savais dans quel état nous la retrouverions.

Fig avait patiemment assisté au début du rituel avec Sivàs, offrant leur présence pour rassurer Madraven là où je devais tenir un rôle plus mystique et cacher mon inquiétude, mais ne nous avait pas suivi jusqu’à l’étang. Il devait retourner à ses tâches pendant que j’attendais de longues minutes assis dans l’herbe qu’un signe me dise d’entrer dans la grotte. Aucun son n’en sortait. L’appréhension mettait ma patience à rude épreuve mais je me disciplinai, apaisant mon esprit par une technique de méditation, et attendit.

Je n’entendis rien. Une impression subtile mais puissante m’invita à me lever et suivre les pas de Madraven, ce que je fis sans attendre. Je ne compte plus le nombre de fois que j’avais déjà parcouru ces grottes et le pouvoir tranquille qui les habite mais je n’avais jamais senti cette puissance qui saturait l’air. Cette électricité qui grésillait littéralement à travers ma bure jusque sur ma peau confirmait que quelque chose de grand s’était déroulé là. Une sorte d’euphorie accéléra mes pas et s’estompa dès que je vis le corps de Madraven.

Elle était étendue devant la statue de Revan dont le regard impavide jugeait la Sith désarticulée et fumante à ses pieds. Je m’ approchai et sut qu’elle était morte. je m’empressai de prendre Madraven dans mes bras pour l’emmener à l'infirmerie mais quelque chose, une sueur froide m’immobilisa lorsque j’empruntai l’arcade menant vers la sortie. Je ne sais si c’est le silence total, uniquement troublé par ma respiration, ou cette atmosphère chargée de Force, mais je tournai mon regard vers la statue avec hésitation. Ce masque de pierre me parut différent, comme s’il avait bougé et m’observait intensément. Une vague d’émotions et d’impressions me submergea sans que je puisse en comprendre le sens et je fuis littéralement en portant Madraven jusqu’à l’air libre. Là, je la déposai sur un brancard et accompagnai le droïde médical jusqu’à l’infirmerie, troublé par cette expérience. Était-ce Revan? A-t-il voulu me passer un message? Il faudra que je réfléchisse à cela à tête reposée.

Madraven était couverte de brûlures et contusions, sans doute a-t-elle subie une tempête de Force. En tout cas, elle est restée en état de mort clinique pendant deux heures avant de revenir à elle doucement à mon grand soulagement. Elle était faible mais nul doute qu’elle se remettra assez vite. En tout cas, elle avait ce regard et cette conviction qui me rappelait ma propre renaissance.

Armosmith arriva lorsque je quittais le chevet de Madraven. Il voulait discuter, rattraper un peu le temps perdu, mais surtout se rassurer de son rôle dans les projets à venir. Il serait temps qu’il s’affranchisse de sa prothèse qui l’empêche de retrouver une pleine confiance en ses capacités. Ses talents d’agent secret, en cybernétique et au combat devraient suffire à renforcer son assurance mais il continue de se dévaluer même si nous le lui répétons à plusieurs reprises. Ma seule crainte est qu’il s’abandonne à nouveau dans la dépendance aux analgésiques et autres drogues au lieu de chercher une solution définitive à son problème.

Mais il faut que je me reprenne, Armosmith n’est pas le seul Révanite à avoir besoin de soutien. Les initiés, les membres confirmés et même les officiers ont besoin que je leur consacre mon temps et mes pensées. Nous sommes encore peu nombreux mais je doute de pouvoir faire du cas par cas si le nombre d’initiés continue de croître. C’est pour a que je n’aime pas avoir une position trop élevée. Jongler entre le bien de tous et celui de chaque individu séparé est sûrement la plus ardue des responsabilités. Mais tant que Krayy n’est pas de retour ou que nous ne trouvons pas de remplaçant acceptable, nous essayerons de faire au mieux.

Cela dit, a-t-on vraiment besoin d’un chef? Nous gérons correctement la situation en répartissant les tâches entre les officiers et les résultats sont assez encourageant, même avec la Nébuleuse Pourpre. Bon, je crains que cela ne fonctionne pas aussi bien sur le long terme. D’autant plus que nous n’avons pas encore retrouvé tout les Révanites.

*Fin de l’enregistrement*

_________________
Ne vous mettez pas en avant mais ne restez pas derrière non plus car le silence a toujours ses regrets
avatar
Yogtoth
Légende

Messages : 113
Date d'inscription : 01/04/2015
Age : 24
Localisation : Caché dans les Archives

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation : Yogtoth

Message par Yogtoth le Jeu 7 Jan - 9:24

*Début de l’enregistrement*

Entrée 19 : Atunda 18 Welona 20 Ap. TC

Je suis en route pour la fétide Nar Shaddaa. Vendar organise une mission spéciale pour la Nébuleuse Pourpre afin de tester ses membres. Pour l’occasion, je me fais passer pour une nouvelle recrue pour les surveiller de l’intérieur et Vendar joue le commanditaire. L’enjeu de cette mission est important l’Ordre mais les mercenaires auront une possibilité de le contourner pour leur profit personnel. Nous verrons ainsi qui parmi les participants sont dignes de confiance.

J’aurai apprécié qu’Armosmith nous accompagne, même pour surveiller la mission d’un point de vue extérieur, car son expérience avec les chasseurs de prime et mercenaires lui permettrait de mieux évaluer la situation.

On en avait discuté au sommet du temple principal alors qu’il travaillait sur l’ordinateur de surveillance pour tester ses connaissances en cybernétique. Nous avons longuement discuté: la fabrication d’armures, les progrès de l’Ordre, les futures missions… mais encore une fois revint la question de son rôle. A force d’argumenter et de lui exposer les faits, je commence à manquer d’options pour lui renforcer son assurance. Je me demande même s’il sortira un jour de cet état d’esprit négatif envers lui-même. Il est vrai qu’on ne lui a pas encore attribué officiellement de rôle mais cela ne saurait tarder. Lui redonner un poste et des responsabilités est à la fois logique vu ses compétences mais il y a de fortes chances que ça l’aide à se sentir mieux et plus assuré.

*Fin de l’enregistrement*

_________________
Ne vous mettez pas en avant mais ne restez pas derrière non plus car le silence a toujours ses regrets
avatar
Yogtoth
Légende

Messages : 113
Date d'inscription : 01/04/2015
Age : 24
Localisation : Caché dans les Archives

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation : Yogtoth

Message par Yogtoth le Jeu 7 Jan - 9:26

*Début de l’enregistrement*

Entrée 20 : Katunda 19 Welona 20 Ap. TC

Faisons le point de ce qui s’est passé.

Me faisant passer pour une recrue, j’ai retrouvé trois mercenaires appartenant à la Nébuleuse Pourpre pour effectuer une mission sur Nar Shaddaa avec eux: Sinos, Jildrryngo et un homme se faisant appeler La Lame de l’ombre. Comme Vendar s’est chargé de prendre le rôle du commanditaire, nous avions deux points de vues différents pour évaluer ces mercenaires et leur loyauté.

L’objectif était simple : repérer un chiss et le capturer ainsi que le bloc de données cryptée qu’il détient. Bien entendu, éviter les dégâts collatéraux et ramener le chiss vivant si possible. Heureusement nous nous étions arrangés pour leur offrir l’occasion parfaite. La cible devait rencontrer un client dans la Cantina de la Pente Glissante dans la Promenade inférieure. Le client fut intercepté et un des mercenaires n’avait plus qu’à prendre sa place pour dénicher la cible pendant que les autres veillaient à ce que tout se passe bien.

Vendar nous avait réunis à la planque habituelle pour nous expliquer les détails de la mission. J’essayais d’analyser le comportement de ces trois hommes aussi discrètement que possible pour me faire une idée de leurs capacités. Tous trois étaient calmes mais impatients de passer aux choses sérieuses. L’attitude de vétérans qui savent ce qu’ils font, voilà qui me plaisait d’emblée.

Je pris l’initiative et me proposai pour faire le guet, poste assez sûr et parfait pour garder un oeil sur eux pendant l’opération. Sinos se porta volontaire pour être le client pendant que Jildrryngo et la Lame de l’ombre surveilleraient la cantina. Je ne voyais que la moitié de la salle de là où j’étais mais je pouvais visualiser Sinos accoudé au bar du fond, Jildrryngo attablé sur la droite et la Lame de l’ombre patientant dans le patio central. Qu’ils se soient placés de sorte à ce que je pouvais les voir tout en gardant des positions peu suspectes et sûres défensivement dénote d’un savoir-faire certain. J’ignore s’ils ont déjà travaillé ensemble mais il est évident qu’ils se sont instinctivement mis d’accord sur la mise en place du plan. Cette coordination est impressionnante, il faudra la mettre à l’épreuve lors de missions ultérieures.

Parmi les badauds qui allaient et venaient, un homme se détacha assez vite du lot. De corpulence normale pour un humanoïde, son casque intégral éveilla l’attention de Sinos. Lorsque l’homme sortit nonchalamment un bloc de données de sa poche tout en regardant les danseuses qui se trémoussaient sur la scène du fond; Sinos n’hésita plus et s’approcha en adoptant l’attitude d’un vendeur de drogue ayant consommé un peu de sa marchandise. En revanche, je vis la Lame de l’ombre porter le regard sur un individu masqué plus discret assis près de Jildrryngo et qui triturait aussi un bloc de données. Il semblait faussement intéressé par son verre mais ses mouvements calculés prouvaient qu’il avait l’oeil vif et attentif.

Sinos continuait désespérément de sortir l’homme casqué de son mutisme et ce brouhaha fit réagir celui assis à côté de Jildrryngo. Il se leva lentement d’un air détendu et se dirigea vers la sortie, suivi de près par la Lame de l’ombre qui fit signe à Jildrryngo de le suivre. L’homme passa à côté de moi en accélérant le pas et je signifiai à la Lame de l’ombre que je restais pour surveiller Sinos et son interlocuteur qui commençait à s’énerver. Sinos se fit de plus en plus insistant jusqu’à ce que l’homme enlève son casque d’un geste rageur et l’invectivant, révélant ainsi son visage humain. Je réalisai alors que le chiss venait de quitter la pièce!

Sinos comprit son erreur et s’empressa de me rejoindre en laissant l’humain s’accouder au bar pour râler. Laissant le mercenaire prendre la tête, je me retournai une dernière fois et constatai que l’humain m’observait. Pendant une fraction de seconde, son regard perçant me fit oublier son page avancé et son caractère emporté. C’était un regard froid et calculateur qui me donna une sueur froide. Cet homme, qui qu’il soit, est dangereux. C’est au-delà de l’intuition. Je sais que nous le reverrons et qu’il sera un danger important pour nous. Il faudra que je me renseigne sur lui, si possible.

Sortant de la Pente Glissante, nous vîmes Jildrryngo et la Lame de l’ombre encadrer la cible sous la rampe menant à la Promenade supérieure. La foule s’était instinctivement écartée mais les combattants n’avaient pas encore tiré leurs armes. Pour je ne sais quelle raison, ils gravirent la pente et choisirent un coin moins peuplé pour s’arrêter.

Le chiss sortit son blaster en un éclair et tira pour se dégager des deux mercenaires. Je m’élançai vers lui sans attendre pendant que Jildrryngo se mettait à couvert derrière une poubelle et que la Lame de l’ombre faisait une roulade pour se déporter tout en lançant un filet. Le chiss fut pris au dépourvu et s’écroula sous les mailles. Je lui arrachai son arme des mains mais il répliqua aussitôt par un coup à l’estomac que mon armure de qualité moyenne amortit à peine. Jildrryngo en profita pour tirer une fléchette à haut voltage dans le flan découvert du chiss pour le paralyser définitivement. La cible était maîtrisée.

Sinos rengaina ses armes, n’ayant pas pas eut l’opportunité d’agir parce que j’étais trop près. Nous étions encore tous tremblants sous l’effet de l’adrénaline mais satisfaits de la réussite de l’opération. Le chiss fut ligoté et son bloc de données était bien celui qu’on cherchait. J’essayai de leur glisser l’idée de vendre le bloc de données pour leur profit personnel par une allusion mais ils tinrent à remplir le contrat tel qu’il avait été passé. Leur honnêteté joue en leur faveur mais nous devrions tester leur loyauté avec des méthodes plus recherchées par précaution.

D’ici là, je considère l’expérience positive. Les mercenaires de la Nébuleuse Pourpre ont suivit leur contrat à la lettre avec professionnalisme et rigueur. Un test plus compliqué est envisageable pour évaluer leurs capacités et leur loyauté.

Ceci étant dit, je repense à cet humain. Je revois encore son visage inexpressif et pourtant si menaçant comme s’il était juste devant moi. Qui est-il pour que je ressente une pareille menace émaner de lui? Je suis à la fois curieux et anxieux. Si jamais nous devons le croiser à nouveau, que ce soit avec la plus grande prudence.

*Fin de l’enregistrement*

_________________
Ne vous mettez pas en avant mais ne restez pas derrière non plus car le silence a toujours ses regrets
avatar
Yogtoth
Légende

Messages : 113
Date d'inscription : 01/04/2015
Age : 24
Localisation : Caché dans les Archives

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation : Yogtoth

Message par Yogtoth le Mar 12 Jan - 16:10

*Début de l’enregistrement*

Entrée 21 : Natunda 32 Welona 20 Ap. TC

De retour sur Yavin IV depuis quelques jours, j’ai préparé deux nouvelles initiées pour l’Épreuve de la Renaissance: Ni’ndala et Miliha. Le rituel s’est déroulé comme prévu et, j’ai ressenti la même inquiétude qu’avec Madraven lorsque je devais attendre le signe m’autorisant à pénétrer dans la grotte pour aller les chercher. Heureusement que Gar’m était présent car chaque fois me semblait plus éprouvante que la précédente. La vue des corps malmenés et dépourvus de vie, l’air crépitant de Force et ce mélange confus de sentiments face à la statue de Revan me troublent de plus en plus.

Cette impression ressentie face à la statue, l’initié gisant à mes pieds, est toujours aussi étrange. Qu’est-ce que cela signifie? Je n’ai jamais été autant troublé depuis mes premières années d’entraînement sur Dathomir. Je ne sais pas s’il s’agit d’un avertissement, d’un assentiment ou d’une menace à mon encontre et cette incertitude me pèse plus que de raison. Il va falloir m’autoriser plus de temps pour la méditation et l’écriture pour apaiser et clarifier mon esprit si je veux interpréter ce signe.

Ce faisant, je reçus un message d’Armosmith avant-hier me demandant de le rejoindre sur Nar Shaddaa pour une discussion. Comme je n’avais rien d’important à faire sur le moment, j’embarquai dans mon vaisseau et arrivai sur Nar Shaddaa hier dans l’après-midi. Le temps d’enfiler mon armure de mercenaire et j’arrivai au quartier général de la Nébuleuse Pourpre où il m’avait donné rendez-vous.

A ma grande surprise, je trouvai Armosmith en grande discussion avec Rylar dans la cantina des mercenaires. C’était la première fois que je le voyais depuis la séparation de l’Ordre et ma surprise n’est sûrement pas passée inaperçue. Je ne sais d’ailleurs toujours pas précisément ce qui lui est arrivé et comment il nous était revenu, je devrai me renseigner la prochaine fois. La joie fut brève car son humour si particulier ne passa pas vraiment avec la fatigue que j’ai accumulée avec les initiations et les voyages répétés. Je n’étais donc pas vraiment d’humeur à me battre avec son humour au trente sixième degré.

Armosmith était très volubile, buvant de l’alcool en grande quantité. Il me révéla que le Testament avait souffert de son inactivité prolongée et que plusieurs systèmes comme l’hyperpropulseur sont trop endommagés pour que notre croiseur stellaire puisse espérer résister en cas de combat ou même supporter un voyage en hyperespace. C’est plus que préoccupant. Le Testament est notre atout principal tant par sa puissance de frappe que pour son intérêt tactique et logistique. Un souci à ajouter la liste déjà trop longue de problèmes à résoudre.

Rylar s’inquiétait aussi de l’évolution de l’Ordre. Armosmith et lui étaient absents lors du rappel des membres et beaucoup de décisions furent prises sans eux mais ils semblent comprendre pourquoi ces choix furent faits. D’ailleurs, Rylar se montra très intéressé par la Nébuleuse Pourpre et me questionna beaucoup à son sujet. Je lui expliquai pourquoi nous avions adopté ce plan et ce que je savais sur ces mercenaires dans la mesure de mes moyens. Après tout, je ne connais de nom que les trois mercenaires qui m’ont accompagné sur Nar Shaddaa il y a quelques jours, ma fonction de chef spirituel à l’Académie me tenant assez éloigné de la Nébuleuse et son organisation, relevant surtout des compétences de Gar’m. Je lui donnai les noms de Sinos, Jildrryngo et la Lame de l’ombre car Rylar a pour projet d’intégrer la Nébuleuse, de gagner leur confiance pour veiller sur eux et leur chef de l’intérieur. Enfin, je suppose. Interpréter les intentions de Rylar n’est jamais aisé.

Pendant ce temps, Armosmith continua à boire comme un trou. Il attendit patiemment que je finisse mes explications pour me demander un service: lui trouver un guérisseur de Force pour s’occuper de sa jambe handicapée. Je suis à la fois soulagé et perplexe. Il prend une décision pour se débarrasser définitivement de ces douleurs qui l’handicapent mais il ne cherche pas plus loin que la solution que je lui ai proposé et qui ne lui plaisait pas tellement. Pendant longtemps il n’était pas convaincu que la Force ait un pouvoir réellement utile pour lui, n’y voyant que mysticisme et traditions obsolètes, et voilà qu’il me demande de lui trouver un praticien de la Force pour le guérir. Pourquoi ce revirement? Je vais quand même chercher quelqu’un susceptible de l’aider, peut-être Eenia si elle est disponible.

Cela dit, je remarquai qu’Armosmith ne boitait pas en sortant de la pièce. Il a donc recommencé à prendre ses cachets comme je le craignais. Et sa consommation d’alcool n’arrangera pas les choses. Pourquoi cherche-t-il une solution définitive à son problème tout en se plongeant dans les drogues et les vices? Quelle que soit la raison de la résurgence de ses addictions, je vais voir ce que je peux faire pour l’aider.

Je vais rester un peu sur Nar Shaddaa pour contacter les guérisseurs potentiels et me reposer. J’espère qu’elle me répondra, cette fois.

*Fin de l’enregistrement*

_________________
Ne vous mettez pas en avant mais ne restez pas derrière non plus car le silence a toujours ses regrets
avatar
Yogtoth
Légende

Messages : 113
Date d'inscription : 01/04/2015
Age : 24
Localisation : Caché dans les Archives

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation : Yogtoth

Message par Yogtoth le Jeu 14 Jan - 18:26

*Début de l’enregistrement*

Entrée 22 : Katunda 34 Welona 20 Ap. TC


Les évènements s’enchaînent de manière intéressante.

Comme j’étais encore sur Nar Shaddaa, je reçus un appel urgent de Vendar qui enjoignait tout les Révanites présents sur le lune Hutt à se rassembler au QG de la Nébuleuse Pourpre. Intrigué, j’enfilai mon costume de mercenaire et arrivai sur place quelques minutes plus tard. Vendar y était en pleine discussion avec Rylar et Kante. Encore quelqu’un qui réapparaît sans prévenir et sans explication. A mes questions il fut répondu qu’on m’expliquera plus tard ce qui était arrivé à Kante. Jusqu’à maintenant, je ne la voyais que comme une espionne impériale infiltrée dans l’Ordre à deux doigts de rejoindre définitivement les Révanites mais rien de confirmé pour le moment.

Nous étions tous clairement tendu face au mystère entourant Kante. Rylar partit sans écouter Vendar, prétextant qu’il était déjà sur une opération et n’avait pas de temps à nous consacrer. Si c’était une excuse pour s’éloigner de Kante, ça n’aurait pas été étonnant. j’exigerai néanmoins des clarifications dès que possible. Nous ne pouvons pas permettre à une telle tension de s’installer parmi les Révanites si nous voulons préserver notre cohésion.

En ce qui concerne la mission, je suis intrigué. Le bloc de données récupéré par la Nébuleuse Pourpre renferme une liste de noms liés à une organisation très probablement hostile à l’égard des Révanites. Toutefois, nous ne pouvions pas en savoir plus car aucun de nos cryptographes n’a su venir à bout du code qui protège les données. Il nous faut quelqu’un qui soit en mesure d’y parvenir.

C’est là que nous intervenons. Un chercheur possédant les compétences requises a retenu l’attention de Vendar mais ce dernier nous révéla que l’homme était menacé par l’organisation énigmatique. Kante et moi-même devions nous dépêcher de retrouver le chercheur avant qu’un mercenaire engagé par notre ennemi ne le tue. Je laissai de côté mes interrogations et j’embarquai avec Kante dans un speeder en direction du Secteur Industriel Supérieur. Même si un seul adversaire était à prévoir, j’aurais préféré que nous ayons au moins un Révanite en plus. De plus, je regrettai ma précipitation car j’avais laissé mes sabres laser au vaisseau, n’emportant qu’une vibrolame de bien moindre qualité.

Il ne fut pas difficile de trouver notre homme, le professeur Wells travaillait bien au bureau que Vendar nous avait indiqué. Nous avions pourtant pris trop de temps pour arriver car nous entendions deux hommes discuter vivement et je ne ressentais la présence de personne d’autre. Un regard discret par l’embrasure de la porte confirma mes impressions : un mercenaire vêtu d’un long manteau de cuir et d’équipements disparates nous tournait le dos, menaçant le professeur Wells de toute sa hauteur. C’était le moment idéal pour prendre l’avantage.

Nous entrâmes soudainement dans la pièce en brandissant nos armes, Kante faisant un large tour pour s’approcher de Wells pendant que me mettais à portée de lame du mercenaire pour l’empêcher d’accomplir sa mission. Il se montra peu surpris et ne dégaina pas d’arme, préférant se tourner lentement vers moi pour engager la conversation. Personne ne faisait le moindre mouvement à part Wells qui faisait de petits pas de côté pour se réfugier derrière Kante.

Le mercenaire se montra borné: si nous ne voulions pas qu’il finisse le boulot, il fallait le payer ou le tuer. J’entrevis par un pli de son manteau une demi-douzaine de sabres laser accrochés à sa ceinture. Je sentis alors la Force s’éveiller en lui et les six armes lévitèrent jusqu’à ses mains. Les techniques de combat impliquant des sabres lasers en lévitation sont très efficaces car inhabituelles et imprévisibles mais très difficiles à maîtriser. Qu’il fut capable ou non de se battre de la sorte, je ne voulais pas prendre de risque. N’étant que deux et pour ma part mal équipé, il aurait pu éventuellement déborder nos défenses et tuer le chercheur voire pire.

Et puis, la perspective que qui que ce soit meure ne m’enchantait pas. J’ai vu bien trop de tueries et de morts pour une seule vie, et beaucoup que j’aurai préféré éviter. Je me refusai de tuer inconsidérément cet homme pour en sauver un autre et l’assurai de pouvoir payer le prix qu’il demandait pour abandonner sa mission. Je suis sûr que je lui ai donné le double voire le triple de la prime initiale mais quelques crédits pour sauver une vie me semblent un prix plus que raisonnable.

Kante alla chercher quelques-unes de mes puces de crédits dans mon vaisseau pendant que je tenais le mercenaire à l’oeil, le professeur Wells dans mon dos. Kante revenue, le mercenaire prit les crédits puis partit en nous saluant pendant que Wells nous remerciait abondamment de l’avoir sauvé. Il perdit un peu le sourire quand il comprit qu’on ne le paierai pas pour ses services mais il accepta de nous suivre de bon coeur. Nous verrons si son travail mérite rétribution plus tard, surtout s’il détient des informations sur cette organisation qui a essayé de le tuer.

Résultat des comptes, je suis en train d’écrire ces lignes pendant que Vendar et Kante accueillent Wells dans ses nouveaux quartiers où il pourra travailler en sûreté. Je suis assez satisfait de cette mission. Personne n’est mort pour une fois et les crédits que je gardent de côté furent utiles pour l’Ordre. Il ne reste plus qu’à attendre que Wells finisse de percer les secrets du bloc de données pour comprendre à qui nous avons affaire.

*Fin de l’enregistrement*

_________________
Ne vous mettez pas en avant mais ne restez pas derrière non plus car le silence a toujours ses regrets
avatar
Yogtoth
Légende

Messages : 113
Date d'inscription : 01/04/2015
Age : 24
Localisation : Caché dans les Archives

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation : Yogtoth

Message par Yogtoth le Sam 16 Jan - 13:02

*Début de l’enregistrement*

Entrée 23 : Katunda 12 Elona 21 Ap. TC

Ça fait presque quatre semaines depuis cette mission sur Nar Shaddaa. Le professeur Wells travaille toujours sur le code qui semble lui donner plus de difficulté que prévu mais je ne suis pas étonné. Qui que soient les gens listés, ceux qui les protègent ont dû prendre toutes les précautions pour les protéger.

Je n’ai pas encore commencer l’instruction des initiés. Il faut que je termine de préparer ce que je vais leur enseigner et j’hésite un peu sur le premier sujet à aborder. Il serait logique de commencer par l’histoire de Revan puis de l’Ordre mais un peu de pratique serait le bienvenu. En tout cas, il faut que j’étoffe les Archives avec les enseignements que tout les instructeurs dispensent, je leur en parlerai.

Il faut que je reprenne le travail tant que le soleil est haut.

*Fin de l’enregistrement*

_________________
Ne vous mettez pas en avant mais ne restez pas derrière non plus car le silence a toujours ses regrets
avatar
Yogtoth
Légende

Messages : 113
Date d'inscription : 01/04/2015
Age : 24
Localisation : Caché dans les Archives

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation : Yogtoth

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum