Derniers sujets
» Présentation : Yogtoth
par Yogtoth Mar 2 Aoû - 14:31

» Le Manuscrit de l'Aveugle
par Yogtoth Dim 24 Juil - 14:56

» Présentation : Glaur
par Glaur Jeu 23 Juin - 18:32

» Le casse de la raffinerie
par Layeskerr Ven 20 Mai - 20:48

» Présentation : Tôhr
par Tohrann Ven 20 Mai - 14:11

Décembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Calendrier Calendrier

Galerie



Dossier: arts et littératures [HRP]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dossier: arts et littératures [HRP]

Message par Yogtoth le Jeu 28 Avr - 19:43

J'introduis aujourd'hui un dossier assez différent de ce que je vous ai déjà offert jusqu'à présent.

Vous ne trouverez nulle étude laborieuse et encore moins de thèse indigeste dans les holofichiers qui vont suivre. Non, j'ai décidé d'aborder un éventail de thèmes que cette ère troublée occulte par ses guerres et ses crises diverses et variées: les arts et la culture. Bien évidemment en cas de requêtes précises, les historiens se feront un plaisir de produire des études théoriques sur le sujet mais qui seront développées dans des dossiers spécifiques et non celui-ci.

Ne vous y trompez pas! Si ce dossier n'étudie pas les théories et l'histoire des arts, il ne s'agit pas d'une simple compilation de loisirs oisifs. Si je vais ai répété de nombreuses fois que la connaissance apporte la puissance, vous ne devez pas oublier que des disciplines comme la littérature et l’art en font partie. Outre l’aspect divertissant, ce sont d’excellents moyens d’apprendre et de se construire qui se perdent souvent dans l’éducation guerrière des soldats et des utilisateurs de la Force de toute la galaxie. Que ce soit pour apaiser votre esprit et favoriser la concentration ou stimuler votre intellect et votre réflexion, les arts littéraires et plastiques sont tout aussi importants que les arts de la guerre.

Romans, poésies, tableaux, sculptures, extraits musicaux, tout est bon à prendre et à apprendre. Découvrez, imprégnez-vous de ce qui vous plaît et n’hésitez pas à compléter ce dossier avec du contenu culturel qui vous touche. Si les autres dossiers des Archives sont statiques, celui-ci est ouvert et participatif. Dépassez les préjugés! La culture n’est pas quelque chose d’inutile réservé à une élite pompeuse.

À ce propos,  je termine cette introduction et vous propose une retranscription d’un récit oral très apprécié des contrebandiers et pirates de la Bordure Extérieure. Nous essaierons de varier les disciplines pour que chacun y trouve son compte.

Sur ce, bonne découverte.


Votre dévoué Archiviste



HRP

Soyons brefs, ceci est un dossier expérimental.

Je l’ai créé car je ne trouvai nul endroit plus pertinent pour partager un texte de fiction de mon cru qui n’a absolument rien à voir avec le rp de la guilde et le rp en général. C’est un délire qui découle de ma folie de piraterie dont certains se rappellent sûrement (d’où cette sympathique note de membre que le fruité Fig a jugé cocasse de m’affubler).

Néanmoins, je ne voulais pas que ce soit un one shot comme les autres dossiers des Archives. C’est pourquoi je propose à toute la guilde de contribuer à cette expérience.

Comment? En laissant parler votre âme d’artiste! Je me doute que certains parmi nous ont, comme moi, écrit ou créé quelque chose qu’ils n’ont pas osé partager pour telle ou telle raison. Je vous offre l’occasion de rectifier le tir. Montrez vos talents! Que ce soit en écriture, dessin, peinture, musique, sculpture, déchaînez-vous.

Toutefois, permettez-moi de cadrer tout ça:

1) Précisez clairement si votre production est intégré dans le rp de la guilde. Comme ce fil de discussion n’a pas de portée rp à la base, je préférerais que ce qui peut être utilisé irp soit placé ailleurs (ex: le journal de Yogtoth ce qu’on peut voir dans le centre de commandement), mais vous pouvez poster ici si vous ne trouvez pas de meilleur endroit.

2) Restez autant que possible dans l’univers de Star Wars. Des exceptions peuvent être admises si les officiers donnent leur aval mais essayons de coller à cet univers qui offre énormément de possibilités. Avouez que des fanfics prenant place dans l’univers de Harry Potter sont un peu hors sujet sur un forum comme le nôtre.

3) Toutes les formes d’expressions sont admises: littérature, illustrations, musiques, bricolages, macramé, etc. Quel que soit votre talent, nous serons ravis et honorés de le découvrir.

4) Les critiques sont autorisées tant qu’elles sont constructives. Chacun a ses propres goûts et il est impossible de plaire à tous. Mais par pitié, soyez courtois et adultes dans les commentaires et critiques que vous ferez. Il n’y rien de pire pour un artiste qu’un commentaire plein de méchanceté gratuite. Si vous n’appréciez pas ce qu’un membre a produit ou que vous voyez des modifications à faire et que vous voulez l’exprimer, formulez vos phrases objectivement et gentiment. Et pour les artistes, mettez votre orgueil de côté et acceptez les remarques qu’on vous fait.

5) Rendez à César ce qui est à César. Si vous souhaitez partager ce qu’un autre a créé, vous pouvez le faire. En revanche, Mentionnez l’auteur original (linkez vers l’oeuvre originale aussi complètement que possible) et je ne tolérerai pas qu’un membre s’approprie le travail d’un autre. Outre le copyright et le droit d’auteur pour l’aspect légal, vous spoliez l’auteur original de la reconnaissance qui lui est due!

6) Pour les productions écrites, soignez votre orthographe. C’est une règle tacite du forum mais je tiens à ce qu’elle soit rigoureusement respectée ici sauf si c’est pour une figure de style.

Je pense que ces 6 points suffisent amplement donc, si vous n’avez rien à ajouter ici, je vous laisse avec le premier texte de ce dossier.

Enjoy !

_________________
Ne vous mettez pas en avant mais ne restez pas derrière non plus car le silence a toujours ses regrets
avatar
Yogtoth
Légende

Messages : 113
Date d'inscription : 01/04/2015
Age : 24
Localisation : Caché dans les Archives

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Fenwick Smither

Message par Yogtoth le Jeu 28 Avr - 20:29

Chers amis!
Ce soir, soyez les bienvenus pour un récit épique.
Une aventure telle que vous n’en avez jamais vue!
Jeunes gens, admirez le courage des actions qui vous seront contées!
Gentes dames, tombez en pâmoison devant le charme de notre héros!
Messieurs, soyez inspirés par ce qui va suivre!
Aujourd’hui, voici dépeint un morceau de vie.
Que dis-je? Un éclat flamboyant!
L’humble narrateur que je suis fera tout son possible pour rendre justice à ce récit.
Car voici l’ubuesque aventure du sémillant, du rayonnant, de l’incroyable CAP’TAIN NAVAL… euh du CAPITAINE FENWICK SMITHER!


L’héritage d’Oeil d’Acier



Cette histoire formidable commence dans l’espace intersidéral. Imaginez un vaisseau aussi élégant que puissant. Sa cuirasse rutilante arbore pour seule marque de larges bandes d’un bleu azur reflétant la lumière des étoiles. Ses ailes se tendent vers l’infini, portant le vaisseau et ses occupants vers leur destinée. Au loin, à quelques minutes de vol subliminique, une planète bleue parsemée de continents verts. Ne soyez pas abusés par l’apparence paisible et idyllique de ces criques et de ces jungles car contrebandiers et pirates y ont installé leur repaire. Vous l’aurez compris, notre aventure commence sur Rishi.
C’est le petit matin, Rish le soleil s’éveille lentement en même temps que les fêtards tardifs partent se cacher de ses rayons pour se reposer. Depuis que les Lames Nova s’étaient écrasés par hasard sur cette planète puis l’avaient colonisée, de multiples villes et villages se sont développés à mesure que d’autres équipages venaient s’y installer. Cette communauté hétéroclite pétrie de violence et de brutalité constitue un des ports libres les plus connus et les plus courus par quiconque souhaite pratiquer une certaine forme de commerce musclé.





Parmi les quelques vaisseaux qui atterrissent sur les quais de bois branlants, l’un d’entre eux, peint de marques bleues, s’avise de se poser là où il y a peu de passants. Les dockers viennent aussitôt arrimer l’engin dont la rampe d’accès se baisse lentement pour laisser descendre une demi-douzaine d’hommes chargés de caisses en plastacier. Alors que l’équipage s’organise, une grande silhouette s’avance d’un pas nonchalant vers les quais. Vêtu d’or et de bleu, le capitaine réajuste son chapeau et ne prête aucune attention au menu fretin qui s’agite autour de lui et de son vaisseau. Mieux vaut pour eux qu’il ne les remarque pas car, comme le savent ceux qui le reconnaissent et détournent les yeux aussitôt, Fenwick Smither ne laisse passer aucune insulte, fusse un simple regard du coin de l’oeil.
Fenwick Smither est un pirate rendu célèbre par ses principes car il a l’art de se lancer dans des projets tantôt farfelus tantôt impossibles là où ses pairs choisissent leurs cibles avec soin et méthode. De plus, il n’aime rien tant que la chasse au trésor. Plus qu’une marotte, c’est un principe de vie. Soutenu par son fidèle équipage, Fenwick Smither parcourt la galaxie à la recherche de trésors et secrets précieux.





Les pieds plantés fermement sur les planches des quais, il hume l’air iodé à grandes bouffées puis observe d’un air paternel ses hommes durant leurs tâches autour du Qwinan Sriv. Grâce à son implant oculaire perfectionné, il repère d’abord la tignasse blonde d’Yfful Tête de Paille, un jeune humain téméraire mais dont les poings sont redoutés dans toute la Bordure Extérieure. Juste à la droite du jeune homme, son second Rack Jackham est en train de faire l’inventaire, un Duros dont l’intelligence et la ruse complète son habilité au blaster. Peinant sous la tâche, le vieux Barthos Rob est le plus ancien membre de l’équipage mais sa sagesse est aussi indispensable que sa précision de tireur d’élite. Smither aperçoit alors Leward Dow, un Houk gigantesque dont la cruauté n’a d’égal que son maniement des armes blanches. A côté de ce dernier, l’ingénieur gand Meno est en grande discussion avec leur pilote et ancien contrebandier Altabor, un Caamasi précieux pour sa grande compétence et ses mille et une astuces.
Un équipage de sept pirates peut paraître ridicule de prime abord mais nul n’a jamais osé attaquer le Qwinan Sriv inconsidérément car les stratégies du capitaine Smither et les compétences de son équipages sont venus à bout d’ennemis redoutables comme Hone le Banni dans la ceinture d’astéroïdes de Hoth et Titch le Noir lors d’un affrontement désespéré en orbite d’Ahch-To. Cette victoire inattendue conféra à Fenwick Smither une aura telle que seuls les plus hardis osent l’affronter ouvertement. C’est d’ailleurs durant cette confrontation qu’il perdit son oeil droit et dut le remplacer par un implant cybernétique de haute performance améliorant considérablement ses perceptions visuelles.

Mais revenons à notre histoire. Comme notre valeureux capitaine était plongé dans ses pensées, il est surpris par deux Houks armés jusqu’aux dents venus l'interpeller de leurs voix d’outre-tombe. “J’espère que vous comptez payer la gabelle, intervient le plus grand.





- Quelle gabelle? réplique le capitaine Smither d’un ton à la fois surpris et indigné.
- Tout les vaisseaux qui se posent sur cette planète doivent payer, c’est la loi des Lames Nova, explique le plus petit dont l’air roublard est loin d’être engageant.
- Je ne me souvenais pas que l’hospitalité de Rishi était si déplorable, grinça le capitaine Smither.
- Vous ne comptez pas payer?”
Au ton menaçant du Houk, l’équipage du Qwinan Sriv vient soutenir son capitaine mais celui-ci les retient et sourit aux gardes. Cette taxe est certes nouvelle pour eux, il ne faut toutefois pas mettre les Lames Nova en colère. Après tout, même le Qwinan Sriv ne peut rivaliser avec la puissance écrasante des maîtres de Rishi dont il ne veut pas attirer l’attention sur ses affaires. Leur mission serait compromise si tous les boucaniers de la planète sont mis au courant de leurs vraies intentions.
Fenwick Smither paie donc la taxe honteusement extorquée et dépense quelques minutes pour calmer son équipage et lui rappeler la raison de leur présence. S’ils doivent ainsi supporter l’hospitalité des Lames Nova, c’est parce que leur capitaine est entré en possession d’un artefact menant plus que probablement à un trésor. Incapable d’en comprendre la teneur, il n’a eut d’autre choix que de venir à la rencontre d’un expert vivant sur cette planète de sable et de jungles. Notre rusé capitaine a donc organisé un rendez-vous discret car il ne souhaite pas éventer sa découverte de sitôt. Quiconque ose se mettre sur son chemin ou perturber une chasse n’a que peu de chances de survivre à l’ire du pirate impulsif.
Une fois les choses mises au clair, le capitaine Smither laisse son équipage sous le commandement de Rack Jackham et s’avance d’un pas sûr dans les ruelles de la ville en effervescence. Les bâtisses hétéroclites dénotent de l’aspect caractéristique des rassemblement plus ou moins à long terme des pirates et autres illégaux, mélangeant entrepôts, cabanes branlantes, structures en dur réservées aux puissants et les inévitables cantinas enfumées. Les allées, tantôt de bois disloqué, tantôt de terre battue, sillonnent parmi ce capharnaüm d’édifices, de chair et de bruit. Gare aux tournants que vous prenez car chaque ruelle recèle de dangers plus ou moins mortels. Bien entendu, Fenwick Smither sait quels chemins prendre et qui il peut intimider pour s’assurer d’arriver à bon port sans retard inopiné. Éviter de faire des vagues mais rester suffisamment menaçant, c’est tout qu’il garde en tête pour ne pas attirer les regards indiscrets.

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=JaPf-MRKITg

Le capitaine Smither arrive enfin sur un espace dégagé au centre du village coupé en deux par une rivière brunâtre avec quelques boutiques d’un côté et des constructions plus riches de l’autre parmi lesquelles la plus grande de toutes et la plus fréquentée: la cantina. Des clients éméchés se prélassent, accoudés aux tables extérieures sous l’oeil vigilant de gardes aux couleurs des Lames Nova. Le chasseur de trésors entre nonchalamment par la grande porte, chaleureusement accueilli par l’air saturé de fumée et de vapeurs diverses où se mêlent les odeurs d’alcools et de nourriture. Un grand feu éclaire la scène, des êtres de toutes races boivent et discutent bruyamment autour des tables ou devant le podium au fond de la salle où se trémoussent des esclaves dévolues aux plaisirs des plus offrants.
Au milieu de toute cette débauche, l’attention du capitaine Smither se porte sur une table bien précise où deux humains trinquent joyeusement. Ces derniers suspendent leur geste quand ils aperçoivent le chasseur de trésor s’approcher d’eux. “Puis-je me joindre à vous?” demande-t-il calmement et l’homme à peau noire l’invite à s’asseoir avec un sourire crispé tandis que son compagnon enturbanné se plonge dans la contemplation de son verre. Le premier porte des vêtements légers blancs et gris, une tenue simple et sans symbole d’appartenance à un groupe quelconque. Le second, un mercenaire, est équipé d’une armure d’apparence solide et nul doute que les longs pans de sa cape cachent plus que le blaster lourd accroché à sa ceinture.
“Vous êtes en avance, remarque le noir d’un ton neutre.
- Je me suis dit que vous apprécierez comme moi d’en finir au plus vite, monsieur Rossah.” Fenwick Smither s’installe plus confortablement sur le tabouret froid, affichant un air détendu et sûr de lui. “En revanche… Je me rappelle vous avoir entendu dire que vous viendriez seul, je me trompe?
- Oui, vous vous trompez.
- C’est rare.”
Rossah garde un visage impassible mais il ne peut empêcher une goutte de sueur de perler sur sa tempe, ce que remarque le capitaine Smither dont l’oeil s’illumine. Il peut voir l’appréhension dans le regard de Rossah qui ne sait pas si le pirate est en colère ou simplement amusé par sa hardiesse. Encore quelques secondes à le fixer sans sourciller et il devine que Rossah acceptera tout ce qu’il demandera pour se faire pardonner d’avoir amené ce mercenaire. Celui-ci n’a d’ailleurs pas levé le nez de son verre depuis le début de l’échange mais Fenwick Smither sent que l’homme est tout à fait capable de dégainer une arme en un clin d’oeil au moindre geste suspect de sa part. Rossah est peut-être lâche, il a toutefois l’art de s’entourer d’hommes de mains compétents. Heureusement pour lui, son implant oculaire fixé sur le mercenaire permettra au pirate de réagir en un millième de seconde si l’autre bouge ne serait-ce qu’un cil.
“J’ai eut quelques difficultés avec mes derniers clients”, explique-t-il. “Je ne veux plus prendre de risque, vous comprenez?”. Oui, le capitaine Smither comprend. Mais il y a autre chose que Rossah ne veut pas dire. Les tics nerveux perçus par son oeil cybernétique sont subtils. Une embuscade? Fenwick Smither n’a porté aucun préjudice aux Lames Nova et il doute que Rossah ait menti pour que les seigneurs de Rishi s’attaquent à lui. “Et puis…” pense-t-il “Il n’a aucune idée de la raison pour laquelle j’ai demandé à le voir. Sans doute dit-il la vérité après tout?
- Bon, peut-être pourrions-nous passer à notre affaire?
- Oui, je suis curieux de savoir ce que vous avez trouvé.
- J’espère que je peux compter sur votre discrétion.
- Bien sûr, vous avez payé d’avance pour mon silence.”
Le chasseur de trésor sort alors un paquet de tissu et le donne à Rossah qui s’en saisit délicatement. Sachez, chers amis, que Brab Rossah, humain à peau noire, est un historien et archéologue qui s’est fait un nom auprès des pirates pour ses compétences de décryptage et d’expertise d’antiquités. Quand vous obtenez un objet ancien dont vous ne savez rien, Rossah est la première personne à consulter. Prudent, toujours bien protégé et discrétion assurée par quelques crédits, un choix intelligent quoique onéreux. Mais Fenwick Smither a du flair, il pressent que l’investissement sera grandement récompensé.
Rossah déballe donc le paquet et révèle une tablette de métal poli sur laquelle est finement gravé un étrange texte codé. L’historien sort quelques instruments et un cahier d’un sac posé par terre et commence à examiner l’objet en prenant des notes. Fenwick Smither commande une bouteille d’alcool pour patienter tout en restant vigilant. Rossah continue l’examen pendant de longues minutes, marmonnant et annotant de plus en plus à mesure qu’il arrivait à ses conclusions. Après ce qui sembla une éternité au chasseur de trésor, l’archéologue posa ses instruments et soupira en se frottant les yeux.
“Je ne sais pas où vous avez trouvé cette tablette et je ne veux pas le savoir, dit-il. Mais j’ai réussi à l’identifier et à traduire le texte, tout est écrit dans mon cahier.”
Le capitaine Smither pose sa bouteille avec un soupir de satisfaction. “Bien, donnez-moi vos notes je paierai le prix dont nous avions convenu.
- A vrai dire, notre accord ne tient plus.”
Le borgne joint les mains puis pose les coudes sur la table avec un petit rire. “Et en quel honneur?.
- Je ne m’attendais pas à ce que vous me demandiez d’identifier un tel objet, commence Rossah sur ton posé. Les Lames Nova me donneront une petite fortune pour cette tablette puisqu’elle est liée à Oeil…”

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=DhEnM2kA5zA



Le reste de sa phrase est couverte par le fracas d’une bouteille brisée. D’un bond, Fenwick Smither brandit son arme improvisée et le voilà qui fait valdinguer la table dans le buste du mercenaire qui en a le souffle coupé et perd à moitié son turban. Au même instant, danseuses et musiciens courent se réfugier pendant que les videurs se précipitent vers les bagarreurs en poussant les autres clients. Le chasseur de trésor se jette sur le mercenaire et l’assomme pour de bon du talon de sa botte avant de saisir Rossah au col et de le lancer sur le gros bras le plus proche qui tombe à la renverse sur un forban patibulaire. La crapule voyant son alcool payé par son pécule durement acquis être éclaboussée sur le sol pousse un grognement sauvage et attaque le videur avec sa chope, rapidement suivi par ses compagnons de tablée qui ont une dent contre ceux dont la poigne leur ont laissé des souvenirs percutants. Comme une réaction en chaîne, toutes les haines et rancunes contenues jusqu’alors éclatent dans un chaos de meubles écrasés, de bris de verre et de gueules fendues.
Pour ne rien arranger à la scène, gardes et pirates venus de l’extérieur accourent dans la mêlée en braillant. Le capitaine Smither pilonne le visage du mercenaire au turban sous le regard consterné de Rossah qui essaye de ramper hors du grabuge. Sa fuite héroïque est stoppée net par un Rodien et un Duros qui s’écrasent pile devant lui en plein pugilat. L’archéologue se sent alors soulevé de terre puis voit le visage de Fenwick Smither à quelques centimètres du sien avant de voir son front de plus près encore et de sombrer dans l’inconscience. La tablette sous le bras, le cahier de Rossah dans la poche et l’archéologue lui-même sur l’épaule, le capitaine Smither réajuste l’assise de son chapeau sur son crâne et entame une course éperdue vers la sortie de la cantina en esquivant les belligérants et les différents projectiles qui traversent les airs, en particuliers ceux qui hurlent avant de s’écraser dans un coin de la pièce ou sur un des rares meubles encore debout. Encore quelques pas et il dépassera le seuil, il se sent pousser des ailes… à moins que ce soit cet Ithorien derrière lui qui vient de le propulser en avant d’une bourrade.
Fenwick Smither s’écrase durement sur le plancher de la terrasse et se fait presque piétiner par la fuite des uns et l’ardeur guerrière des autres. Il se remet sur pied en quatrième vitesse, saisit la tablette qu’il avait failli perdre de vue ainsi que Rossah qui reprend doucement ses esprits en bavant une dent. Juste le temps de renvoyer l’archéologue au pays des rêves et le capitaine court à toutes jambes le plus loin possible de la bataille qui résonne encore après une demi-douzaine de rues. Quelques tours et détours jusqu’à une ruelle calme avec un tas d’ordure volumineux et Fenwick Smither s’arrête enfin en ahanant pour jeter un Rossah presque éveillé sur ledit tas d’ordure. “Bien, on peut causer tranquillement”, dit-il avant de s’asseoir sur un morceau de ferraille.
“Pi… pitié, balbutie Rossah. Je vous dirai tout ce que vous voulez!
- Si j’ai bien compris, tu escomptais vendre l’information que tu m’avait promise aux Lames Nova, c’est cela? s’enquiert le capitaine, aussi détendu que s’ils étaient encore attablés.
- Je n’aurais pas dû, c’est vrai! Votre contrat est le premier et donc légitime!
- Baisse d’un ton, veux-tu? En tout cas j’apprécie que tu rejoignes mon point de vue, ça facilitera la suite”, poursuit le capitaine d’un ton enjoué. Rossah se redresse péniblement sur son séant et secoue la tête pour se remettre les idées en place. Le pirate tapote négligemment la tablette puis il sort le cahier de sa poche et l’agite doucement sous le nez de son propriétaire.
“Si le reste de la cantina avait entendu le nom que tu as failli prononcer, nous aurions pu dire adieu au trésor car tout le système serait entré dans la course, explique-t-il posément. Hors, tu comprends que je souhaite que ce soit mon équipage qui profite de ce pactole, n’est-ce pas?
- Oui, oui ,oui!
- Un seul “oui” suffit. Je crois que tu ne vas donc divulguer aucune information relative à notre affaire?
- Oui!
- Parfait!” s’exclama Fenwick Smither avant de feuilleter le carnet de notes de Rossah. L’expert avait mené une étude fort approfondie sur une bonne dizaine de pages bien remplies. “Tout est inscrit là-dedans?” s’enquiert le pirate qui obtient sa réponse par un hochement de tête fatigué.  “Tu as rempli ta part du marché, à moi de payer ce qui t’es dû”, poursuit-il en tendant une petite bourse que Rossah saisit d’une main craintive. En l’ouvrant, il lance un regard interrogateur au pirate et revérifie le contenu de la bourse d’un air circonspect.
“ Notre accord prévoyait une seule gemme lorrdienne, pas deux.
- La deuxième achète une nouvelle fois ton silence et te dédommage pour m’excuser.
- De m’avoir molesté?
- Et de devoir recommencer…”

Un peu plus tard, Rack Jackham accueille joyeusement son capitaine avec le reste de  l’équipage qui l’attendait patiemment sur les quais. Fenwick Smither peste d’avoir perdu trop de temps à trouver une bonne cachette pour l’archéologue assommé mais au moins il est sûr d’avoir une bonne avance avant que l’autre ne décide que le double de sa paie ne suffise plus à soigner sa fierté blessée. D’ici à ce qu’il se réveille et se défasse de ses liens, le Qwinan Sriv aurait tout le temps de quitter Rishi avec le fabuleux trésor décrit par la tablette.
Il ne faut que le temps de s’assurer que toutes les taxes et gabelles sont payées pour que le Qwinan Sriv s’élève lentement dans les airs avec un vrombissement sonore. Altabor aux commandes, Fenwick Smither rassemble ses hommes surexcités car c’est l’heure du traditionnel rassemblement qui annonce que le Qwinan Sriv va bientôt entrer en chasse. Ils regardent tous la tablette et le carnet de Rossah posés sur la table de la petite salle commune qui supporte les coudes de leur capitaine dont le grand sourire caché par son masque étire les rides naissantes au coin de son oeil gauche. Les autres sont rongés de curiosité mais attendent qu’enfin le chasseur de trésor passe aux explications. Ce dernier sourit d’autant plus, savourant l’impatience de son équipage pendu à ses lèvres.
“Messieurs, nous partons en chasse!”
D’un seul homme, tous dressent les poings en l’air en braillant de bonheur, même Altabor dont la voix nasillarde se perd dans ce joyeux tohu-bohu. Le capitaine se joint un moment à l’allégresse générale puis réclame gentiment le silence pour passer aux explications.
“Une nouvelle fois, mon flair ne m’a pas fait défaut, lance-t-il avec satisfaction. Après une expertise rigoureuse et l’assurance de sa fiabilité, nous nous lançons dans une de nos chasses les plus mémorables!
- Qu’est-ce que c’est, capitaine? demande Yfful en se grattant le crin qui recouvre son crâne.
- Rien de moins que le légendaire trésor d’un pirate non moins célèbre, mes amis.
- Mais qui? s’enquiert Meno avec empressement.
- Oeil d’Acier”.
Le Qwinan Sriv a un sursaut comme son pilote se retourne vers Fenwick Smither qui trône dans un silence stupéfait. Nul ne dit mot, trop atterré pour parler.
Oeil d’Acier. Un nom mythique parmi les pirates. Sujet d’histoires et de légendes transmises respectueusement de pirates à pirates, son aura est si fantastique que les historiens commencent à douter qu’il ait jamais existé tant les exploits d’Oeil d’Acier sont nombreux et incroyables. Vainqueur d’armées innombrables, pourfendeur de flottes et détenteur d’une richesse incommensurable, ce pirate au souvenir immortel laissa derrière lui un héritage de bravoure et d’aventure qui inspira des milliers d’hommes et de femmes à suivre ses traces. Mais bien entendu, c’est d’avantage sa fortune qui provoqua une brusque envolée du nombre de loups stellaires et autres explorateurs avides de luxe et d’opulence. Car si les légendes qui parlent d’Oeil d’Acier se contredisent sur bien des points, elles s’accordent toutes sur deux choses : le butin du flibustier est suffisant pour acheter un système entier… et il est caché quelque part sur Rishi. Comme tout forban qui se respecte, l’équipage du Qwinan Sriv est au courant de ces deux faits et il ne leur faut qu’un instant pour imaginer le faste dans lequel ils pourraient se prélasser s’ils parviennent à trouver ce mythique trésor.
“ Mais capitaine, intervient Barthos Rob. Tout les pillards de la galaxie ont déjà fouillé Rishi jusque sous le moindre fichu caillou sans succès. Comment allons-nous faire?
- Nous avons quelque chose que personne n’avait jusqu’ici, Rob, répond le boucanier en montrant la tablette.
- C’est quoi ce bout de métal? interroge Leward Dow de sa voix rocailleuse et profonde.
- C’est bien plus qu’un bout de métal, mon cher Houk. Oeil d’Acier a arraché cette plaque de son propre vaisseau pour y graver les indications menant à son butin.
- Tu veux dire que c’est un morceau de l’Acklay Volant?” demande Barthos Rob qui ne cache pas sa stupéfaction. L’Acklay Volant, un vaisseau aussi légendaire que son propriétaire. Si rapide que nul ne pouvait le rattraper ou échapper à sa puissance de feu ahurissante. Les récits des pillages perpétrés par ce vaisseau sont si extravagantes qu’à présent l’on pense ces exploits exagérés. Un des récits les plus connus concernant cette machine de guerre relate le dernier combat d’Oeil d’Acier et son équipage dans un affrontement épique contre une dizaine de cuirassés impériaux. C’est à l’issue de cette confrontation, après avoir détruit la moitié des forces ennemies, que l’Acklay Volant fut détruit avec son équipage. Tous les pirates qui entendent cette histoire ne peuvent empêcher une larme de perler sur leur visage devant tant de bravoure. Depuis, on ne compte plus les inconscients qui ont tenté de vendre quelque objet ayant prétendument appartenu à Oeil d’Acier ou bien un morceau de la carcasse de l’Acklay Volant.
“ En effet, Rob, se hâte d’expliquer Fenwick Smither qui anticipe le scepticisme du doyen de l’équipage. Brab Rossah a identifié l’alliage et l’écriture. Il est catégorique, c’est une plaque du fuselage de l’Acklay Volant et c’est bien l’écriture d’Oeil d’Acier.
- Meno n’a pas besoin de plus, intervient l’ingénieur dont la voix métallique résonne durement à l’oreille. Quelle est la suite du plan du capitaine?
- D’abord, si j’en crois la traduction qu’à faite Rossah, je vais avoir besoin de tes services, Meno.”

Un peu plus tard, le Qwinan Sriv survole les mers de Rishi vers l’Île aux Esclaves. Altabor prend bien soin de rester à la plus basse altitude possible pour dissimuler le vaisseau aux éventuels radars des Lames Nova. Pendant ce temps, Jack Rackham et le capitaine Smither compare la carte de l’île avec les données de la tablette car la première étape de leur périple n’est pas des plus simples. Au sommet d’une falaises, dans une crevasse, se trouverait un artefact sans lequel il est impossible de récupérer le trésor d’Oeil d’Acier. Toutefois, ils comprennent vite qu’il est impensable d’atterrir sur l’île à cause des Lames Nova. Pour préserver le secret de leur chasse, il faut absolument que les maîtres de Rishi n’en sachent rien. Mais se poser au sommet de la falaise est encore plus dangereux car même Altabor ne peut accomplir de miracles avec ces parois escarpées et étroites. A force de tourner le problème dans tout les sens, une seule solution semble acceptable: sauter du vaisseau et s’accrocher à la muraille naturelle pour l’escalader.
Comme ils ne disposent que de deux harnais, Fenwick Smither n’est accompagné que d’Yfful Tête de Paille qui trépigne d’impatience de suivre son capitaine à l’aventure. Le pilote diminue progressivement leur vitesse à mesure que l’île se dessine à l’horizon, se rapprochant de plus en plus des vagues jusqu’à presque les toucher. Avec un large mouvement circulaire, le vaisseau se place en face du piton rocheux à surmonter et se stabilise autant que possible dans les airs. Le Qwinan Sriv avance toujours que Fenwick Smither et Yfful Tête de Paille bondissent vers la roche en brandissant des pioches qui mordent la pierre et assurent leur ancrage. Ils assurent leurs prises et regardent le Qwinan Sriv s’éloigner en poursuivant son mouvement circulaire autour de l’île jusqu’aux quais situés un peu plus loin.
L’ascension est rude mais la détermination des grimpeurs est à peine entamée. Mètre après mètre, ils avancent avec précaution, testant chaque point d’appui potentiel avant d’y porter leur poids. Chaque fois qu’une corniche ou une zone sûre le permet, Yfful poursuit l’ascension pour tâter la paroi pendant que son capitaine, plus lourd et moins agile, attend en contrebas et lui sert de sécurité en cas de chute grâce au câble solide qui les relie. La chaleur devient accablante, forçant les deux hommes à s’arrêter souvent pour reprendre leur souffle. Après une demi heure d’escalade, ils aperçoivent le bord d’une large corniche et Fenwick Smither retient un soupir de soulagement car c’est de ce promontoire qu’ils pourront atteindre l’artefact. Enfin, ils posent le pied sur ladite corniche qu’ils n’ont qu’à suivre en marchant jusqu’à une fissure dans la paroi.
L’air chaud et sec laisse place à une atmosphère à la fraîcheur bienvenue lorsqu’ils pénètrent dans l’anfractuosité. La pierre nue est recouverte par endroits d’une flore rare qui s’étend et se diversifie à chaque pas. Bien que la fissure s’ouvre jusqu’au sommet de la falaise, la lumière a du mal à atteindre ce petit chemin de ce fait plongé dans une agréable pénombre que les deux compères savourent après tout ces efforts. La voie s’élargit brusquement après une dizaine de mètres et les revoilà à l’air libre sur le versant donnant sur l’intérieur de l’île. Yfful et Fenwick Smither s’arrêtent quelques instants pour admirer le panorama qui se présente ainsi à eux. De ses rayons généreux, Rish illumine la jungle foisonnante qui recouvre l’île, ça et là percée de clairières tantôt naturelles tantôt creusées par les Lames Nova dont on peut voir les vaisseaux et les bâtisses qui paraissent bien ternes comparés aux couleurs éclatantes de la nature. Le vert des feuilles se mélange au large panel de couleurs des fleurs et animaux mis en valeur par la roche claire rendue brillante par le soleil. A ce moment-là, une brise venue de l’est fait ondoyer la jungle puis vient caresser les deux aventuriers qui reprennent leur route en lançant un dernier regard pour graver cette image dans leur mémoire.
Le sentier longe la paroi jusqu’à une cavité peu profonde bordée de palmiers. Là, ils découvrent un petit tas de crânes à moitié recouverts de verdure, posés au milieu d’une multitude de fleurs jaunes. Les orbites vides de ces reliquats semblent les observer intensément mais ils n’en ont cure car ils n’ont d’yeux que pour celui qui trône sur cet amoncellement macabre, le seul dont l’orbite gauche est remplacé par un implant cybernétique terni par les ans. “Est-ce que c’est ce que je pense?” demande Yfful qui n’ose pas faire un pas de plus de peur de commettre un sacrilège. Fenwick Smither ne répond rien. Sans un mot, il s’agenouille dans l’autel improvisé et courbe l’échine, rapidement suivi par son compagnon, frappés de respect face à cette relique qu’ils reconnaissent sans le moindre doute: le crâne d’Oeil d’Acier.





Ils restent ainsi prosternés, émus et fiers, puis se relèvent lentement et en silence pour ne pas briser l’enchantement de cet instant. Fenwick Smither prend le crâne en tremblant légèrement sous l’émotion puis ils retournent lentement sur leurs pas en envoyant le signal du retour au Qwinan Sriv. Cet instant de félicité, la découverte d’une relique du plus grand pirate de tout les temps restera à jamais gravé dans la mémoire de ces deux aventuriers.

Le Qwinan Sriv progresse en pilote automatique au-dessus des étendues bleues des mers de Rishi. Tout l’équipage est rassemblé autour de la table de la salle commune sur laquelle est posé le crâne d’Oeil d’Acier. Ils sont trop stupéfaits ou trop émus pour parler, préférant admirer la relique dans un silence respectueux. Fenwick Smither sent une main sur son épaule et voit Rack Jackham lui faire signe de le suivre, l’air grave. Ils s’isolent dans la cabine de pilotage et le second sort le carnet de Rossah pour l’ouvrir sur une page reprenant le dessin d’une vallée.
“J’ai pris soin d’étudier le carnet pendant ton absence, la suite risque de poser problème.
- Quoi? On a encore d’autres objets à aller chercher?
- Non, il suffit d’apporter le crâne au bon endroit avec ce que Meno t’a préparé et ce sera bon. Non, le problème est qu’il faut obligatoirement passer par un camp des Lames Nova.
- Montre moi sur la carte”.
Via l’ordinateur de bord, Rack Jackham projette un holo de la vallée décrite dans le carnet de l’archéologue. Bien qu’inondée sur la moitié de sa longueur, Fenwick Smither peut compter une vingtaine de structures disséminées dans le fond de la vallée, un campement d’assez grande taille qu’il est impossible de contourner puisque l’objectif se situe presque à la lisière dudit campement. En étudiant la morphologie des lieux, le capitaine comprend qu’approcher en vaisseau n’est pas envisageable non plus car plusieurs miradors permettent aux sentinelles de surveiller la vallée et ses environs et il ne fait aucun doute que des patrouilles doivent parcourir la zone autour de l’objectif.
“Tu as raison, Jackham, siffle Fenwick Smither d’un ton mécontent. Il n’y a qu’en traversant le campement qu’on a une chance d’atteindre le lieu indiqué par la tablette.
- En espérant que rien là-bas n’attirera l’attention des Lames Nova.
- Une caisse de marchandises?
- Des lustres que ce tour ne marche plus, il n’y a que les bleus et les idiots qui s’enferment dans une caisse en espérant passer inaperçu. Non, l’environnement nous empêche de contourner le campement et nous n’avons pas le matériel qu’il faut pour l’infiltrer”.
Les deux hommes proposent différentes idées avant de les rejeter l’une après l‘autre jusqu’à sombrer dans un silence morose. Si près du but et pourtant si loin d’y parvenir. Mais le vaillant Fenwick Smither ne se laisse pas abattre car un sourire éclaire peu à peu son visage devant le Duros qui ne sait pas s’il doit se réjouir ou craindre l’idée qui vient de traverser l’esprit de son capitaine.
“Nous ne pouvons donc qu’opter pour une approche directe, je me trompe?” furent ses seuls paroles avant qu’il ne quitte la cabine de pilotage pour aller retrouver l’ingénieur gand Meno et renvoyer le reste de l’équipage à leurs postes.

Au sommet d’un mirador, un Trandoshan scrute la jungle de son regard perçant. Même si en tant que chasseur la tâche ne le rebute pas, le cruel manque d’action dans ce secteur le pèse et il attend la relève avec impatience. Depuis trois mois qu’il est en poste dans ce campement, pas la moindre attaque ni le moindre fauve un tant soit peu agressif à signaler. Déjà que le reptilien avait du mal à imaginer quelqu’un attaquer les Lames Nova lorsqu’il les avait rejoints, il lui semble maintenant impensable que ce coin isolé de la jungle recèle un quelconque danger, si bien qu’il craint de s’empâter en haut de sa tour. Son fidèle fusil à lunette patiente à portée de main, froid et silencieux. Il s’agit peut-être d’une arme à projectiles mais il a toujours apprécié les sensations qu’elle procure, plus brutes et viscérales qu’avec une arme laser.
Un mouvement interrompt ses pensées. En un éclair, son arme calée contre la rambarde, le Trandoshan pointe sa lunette vers les arbres qui viennent de s’agiter. Il est trop loin pour entendre quoi que ce soit mais ses yeux sont fixés sur l’ondulation qui parcourt la jungle et se rapproche du campement trop vite à son goût. Il commence à percevoir le bruit d’une course effrénée. Une poursuite. Un fauve. Non, deux. Sûrement des nexus. Oui, les grondements ne trompent pas. Ils ne s’approchent jamais du campement, pourtant. Qu’est-ce qu’ils peuvent bien traquer?
Dans une pluie de feuilles et de brindilles, un homme habillé de bleu jaillit de la lisière de la jungle et file vers l’entrée de la vallée en faisant de grands gestes. Comme l’a deviné le Trandoshan, deux nexus talonnent leur proie à qui la peur donne des ailes. Sans réfléchir, le chasseur ajuste sa prise sur le fusil et retient sa respiration pendant la visée. Le tonnerre de son arme retentit dans la vallée alors que le nexu le plus proche s’écroule, la patte touchée, et fait trébucher le second. Le fuyard est trop absorbé par sa fuite pour remarquer ce qu’il se passe et commence à patauger dans l’eau qui lui arrive à la taille. Tout ce raffut a alerté le campement et plusieurs gardes se pressent déjà sur les quais pour voir cet étrange spectacle où deux nexus les quatre fers en l’air regardent un homme qui barbote vers les pirates. Les prédateurs renoncent finalement à leur prise et retournent dans la jungle pour lécher leurs plaies pendant que Fenwick Smither est récupéré par les Lames Nova hilares.
“Et alors? On pratique la chasse? s’esclaffe un Rodien.
- Il faisait l'appât et maintenant il joue l’hameçon! dit un grand humain barbu en hissant l’aventurier trempé sur le quais de bois.
- Merci, les amis, se réjouit Fenwick Smither avec un grand sourire tout en essorant sa cape. Vous avez un coin où je peux faire sécher tout ça?
- Par ici, et on va se servir un petit verre histoire que tu nous racontes ce qui t’es arrivé”.
Le groupe conduit le rescapé jusqu’à une grande pierre plate rendue brûlante par le soleil puis lui trouve un pantalon et une chemise de rechange que le chasseur de trésor accepte en réprimant une grimace devant leur odeur. D’autres Lames Nova rameutés par le bruit et les rires viennent gonfler la bande autour de quelques tables posées sous un grand préau en tôle. Dans les éclats de rire et les éclaboussures d’alcool, on se remémore l’arrivée maladroite de l’aventurier qui se réchauffe avec une bonne pinte d’ale. Il partage d’ailleurs la célébrité du moment avec le Trandoshan dont le tir exceptionnel lui vaut l’admiration de ses camarades qui lui versent tournée sur tournée avec des bourrades amicales. “Mes amis, trinquons à ce tir salvateur! lance joyeusement Fenwick Smither aussitôt répondu par les exclamations enjouées des boucaniers.
- Au fait, comment t retrouvé t’es-tu retrouvé dans cette mouise? demande le Rodien.
- Rien de plus bête! Mon vaisseau a subi une avarie hier soir et nous nous sommes posés le temps de  la réparation. Vu que ça commençait à durer, nous avons sorti quelques rations pour un repas improvisé.
- Mauvaise idée, commente le Trandoshan. L’odeur de la nourriture, la lumière et le bruit attirent les fauves.
- Exact! Ces sales bêtes ont déboulé entre deux bouchées et on s’est dispersés dans la surprise. L’équipage vers le vaisseau et moi vers la jungle. Si j’ai réussi à les semer dans un premier temps, je m’étais complètement perdu. J’ai donc dormi sous un arbre dans l’espoir de retrouver mon chemin à la lumière du soleil mes les nexus m’ont retrouvé et vous connaissez la suite.
- Heureusement que tu as couru par ici, les bestioles t’auraient boulotté sans l’intervention de Krassk”.
Le Trandoshan sirote sa boisson avec un air d’aise qui détend ses écailles. Une voix forte et claire résonne alors à côté du groupe de joyeux lurons dont l’euphorie retombe d’un coup, certains manquant de s’étrangler au milieu de leur gorgée.
“Qu’est-ce que c’est que cette histoire?! On oblige le chef du camp à s’déplacer en personne pour voir c’qui s’passe?!
- Justement, chef, bégaye le Rodien. J’étais en route pour…
- La ferme!” Et d’un coup de poing formidable, le pauvre humanoïde vole dans les airs pour s’écraser fort peu dignement au pied de Fenwick Smither. Il n’a pas le temps de réagir que le nouvel arrivant fend la foule en deux enjambées et se plante de toute sa hauteur devant le chasseur de trésor. Le chef du campement est un Weequay aussi grand que large, dépassant le capitaine pirate de deux têtes au bas mot. Déjà qu’une telle stature est assez rare pour son espèce, il porte une épaisse armure bardée de pointes qui ajoute encore à sa masse et à son aura menaçante. Ses yeux sombres profondément enfoncés dans son visage buriné transpercent Fenwick Smither qui n’a pas l’air impressionné par la force évidente du Weequay. Sans le quitter des yeux, il prend une chaise et s’installe devant le chasseur de trésor qui doit toujours lever les yeux pour ne pas parler au large buste du géant.
“J’suis Kalr Neyv, annonce-t-il. Ces imbéciles sont sous mes ordres et j’crois pas devoir t’expliquer pourquoi.
- Enchanté, vraiment.
- Crutz!”
Un Duros sursaute et se précipite à côté de son chef en tremblant. “Oui, chef?
- Comment s’appelle notre invité?
-Euh…”
Kalr étend simplement son bras et Crutz traverse la foule, le souffle coupé.
“Regarde-moi ces incapables, reprend le Weequay d’un ton calme. Ils n’sont même pas fichus de d’mander son nom au premier v’nu. S’enivrer, c’est facile, mais quand il s’agit d’appliquer la plus simple mesure de sécurité qui soit, y a plus personne.
- Ne soyez pas trop dur avec eux, Neyv. Krassk ici présent s’est montré d’une extrême habileté en me sauvant la vie, je peux comprendre qu’ils aient envie de fêter ça.
- M’en fous, et tu n’as toujours pas dit ton nom.
- Fenwick Smither, capitaine du Qwinan Sriv”.
Tous marquent un temps d’arrêt. Même Kalr Neyv semble quelque peu ahuri en regardant le chasseur de trésor qui vide son verre lentement. Quelques murmures naissent parmi les Lames Nova. On entend des bribes d’histoires, des rumeurs que certains confirment, quelques noms comme Titch le Noir et Hone le Banni. L’intéressé tente de cacher son plaisir derrière son verre en voyant le respect grandir dans les yeux des pirates quand Kalr Neyv éclate d’un grand rire.
“Fenwick Smither!? Tu aurais pu dire n’importe quel autre nom que je ne t’aurais pas cru! Sois donc le bienvenu parmi nous, capitaine, ajouta-t-il en se servant un verre. A la tienne!”
S’ensuivent quelques réjouissances où l’alcool coule de pair avec les notes de musique. Notre chanceux capitaine comprend que ce camp de Lames Nova est si isolé que ses occupants doivent mourir d’ennui, d’où leur empressement à saisir la moindre occasion pour se distraire. Et comme ses récentes découvertes l’emplissent encore de joie, il se joint volontiers à cette allégresse. Le capitaine Smither se lie tant et si bien avec ces forbans qu’il trouve l’occasion de s’esquiver discrètement en prétextant devoir passer un appel à son vaisseau et nul ne le retient, pas même Kalr qui est certes rude mais pas au point de déceler la ruse derrière l’attitude de leur invité. C’est donc sans s’en préoccuper qu’il regarde Fenwick Smither fouiller les poches de ses vêtements encore en train de sécher puis entrer dans une de leurs cabanes pour être plus au calme durant sa communication. Et c’est sans s’interroger plus avant que le Weequay retourne à son verre.
La petite cahute de métal est sombre et étouffante mais au moins le capitaine pirate est sûr de ne pas être entendu avec le tintamarre produit par la fête improvisée. Il vérifie que le communicateur qu’il vient de récupérer n’a pas subit de dégâts lors de son passage dans l’eau mais il constate avec un sourire que le matériel construit par son ingénieur gand est à toute épreuve. Il l’active donc et le léger grésillement est aussitôt remplacé par la voix de son second furibond.
“Ne refais plus jamais ça, Fenwick! Tu m’entends, espèce de crétin inconscient?!
- Du calme, Rack, tout s’est bien passé.
- Tu aurais pu et faire tuer! Infiltrer une base remplie d’ennemis potentiels, ça te suffisait pas? Il fallait que tu attire deux nexus pour le spectacle, bien sûr!
- Silence! Je n’en voulais qu’un, mais passons.
- Oui, bon, dit le Duros d’une vois plus détendue. Tu as réussi?
- Succès sur toute la ligne, se félicite le capitaine. Je ne m’attendais pas à ce qu’ils m’accueillent aussi bien, je devrais pouvoir leur fausser compagnie assez facilement.
- Essaye d’être plus discret, ce coup-ci. Il ne faut pas qu’ils te suivent jusqu’au trésor.
- Autant que faire se peut, le rassure-t-il. Guettez mon signal”.
Sans attendre de réponse, Fenwick Smither éteint son communicateur et quitte la masure en affichant un visage affable et détendu. Les Lames Nova ne sont plus aussi nombreux, certains ayant rejoint leur poste, d’autres étant partis se reposer. Ne restent que Kalr Neyv et une dizaine de pirates qui discutent calmement dans la fraîcheur naissante du début de soirée. Rish descend doucement vers l’horizon mais la vallée encaissée est encore vivement éclairée. Fenwick Smither enfile ses vêtements désormais secs, heureux qu’ils n’aient pas souffert de la fuite face aux nexus et que le crâne d’Oeil d’Acier est toujours intact dans son sac, puis il jette un regard discret vers Neyv et ses comparses en réajustant son chapeau. Il est temps de passer à la suite du plan.
Le chasseur de trésor se faufile hors de la vue des Lames Nova en toute discrétion tout en volant une pioche pour se défendre. Tantôt il longe les murs en se cachant dans les ombres, tantôt il avance d’un pas sûr et alerte comme s’il n’a rien à se reprocher. Il ne lui faut que quelques minutes pour arriver à la lisière du camp sans qu’aucun pirate ne se doute de quoi que ce soit.





Il arrive alors au sommet d’une faible pente herbue qui se termine à une centaine de mètres de là sur un lac bordé d’imposants rochers. La vallée elle-même s’élargit considérablement de part et d’autre pour encadrer le lac et la large rivière qui en découle pour disparaître vers la gauche. La végétation est moins luxuriante que la jungle dont est sorti Fenwick Smither un peu plus tôt, elle n’en reste pas moins belle et touffue à proximité des rives du lac.
Le chasseur de trésor prend soin d’évoluer sous la cime des palmiers et derrière les larges rocs qui parsèment le terrain pour se cacher des sentinelles, guettant le moindre bruit et le plus petit mouvement dans le campement des Lames Nova. Après avoir été si bien accueilli, il ne souhaite pas s’aliéner ces sympathiques forbans qui n’hésiteront pas deux fois avant de lui soutirer la vérité. Et s’ils viennent à comprendre quel trésor il s’apprête à déterrer, nul doute qu’ils se feraient une joie de ligoter le capitaine pirate pour qu’il les regarde impuissant se partager les richesses et la gloire. Néanmoins, il faut se dépêcher car la nuit approche à grands pas et le pirate craint de devoir continuer ses recherches dans l’obscurité.
Tous les sens aux aguets, Fenwick Smither aborde enfin les rives rocheuses du lac dont les eaux clapotent à une longueur de bras en dessous. Il sent que son but est tout proche. En se remémorant le texte de la tablette, il se souvient que l’étape suivante doit se trouver à gauche de sa position, il longe donc le lac dans cette direction. Il scrute chacun des rocs qu’il croise dans l’espoir de trouver celui mentionné par le texte. Malgré le nombre et l’heure avancée, il ne perd pas confiance. La tablette décrit parfaitement la configuration de cette vallée, il ne peut donc pas y avoir d’erreur. Nulle place pour le doute dans son esprit, il sait où il va et qu’il va y parvenir.
Fenwick Smither contourne un large rocher et pile net devant ce qu’il sait être la fin de son voyage. Surplombant le pirate, une petite arche de pierre blanche érodée par le temps l’accueille avec le regard vide de deux grands crânes sculptés dans sa chair minérale et ceux de reliquats humains posés religieusement au pied de l’arche.





Le chasseur de trésor retient un cri de joie en fouillant frénétiquement son sac pour sortir le crâne d’Oeil d’Acier mais il arrête son geste aussitôt. Il se rappelle de la mise en garde de la tablette disant que seul un fils des mers serait autorisé à approcher du trésor. Il délaisse le crâne antique pour prendre le petit appareil que Meno avait confectionné sur sa demande. C’est un petit tube de métal tenant dans la main qu’il dévisse doucement près de son visage et un nuage verdâtre en surgit dans un sifflement sonore. Une forte odeur iodée et piquante s’infiltre dans ses narines en le faisant tousser et en irritant ses yeux qui se mettent à pleurer mais le pirate inspire autant de gaz que possible malgré l’inconfort.
Le soleil disparaît derrière la ligne des falaises lorsque Fenwick Smither finit de s’étrangler avec le gaz étrange concocté par l’ingénieur gand, teintant le ciel d’un rose orangé que quelques nuages effilés tranchent de leur blanc. Une fois sorti du sac, le crâne d’Oeil d’Acier parait lourd dans les mains du pirate, sa surface légèrement polie reflétant les couleurs chaudes du ciel. Fenwick Smither le brandit alors à bout de bras vers l’arche et les crânes et attend. Le temps semble se figer pour le capitaine pirate qui pour la première fois adresse presque une prière silencieuse à quiconque veut bien l’entendre. Les secondes s’égrènent avec une lenteur exaspérante et pourtant les crânes restent inertes.
Soudain, deux faisceaux lumineux sortis d’orifices habilement dissimulé dans l’orbite gauche de chaque crâne de pierre vient frapper l’oeil cybernétique de la relique. Un nuage de gaz jaillit presque aussitôt des narines des crânes sculptés et enveloppe Fenwick Smither qui ne bouge pas d’un cil et ralentit sa respiration. Il sait que la clef neurale contenue dans l’implant cybernétique d’Oeil d’Acier prend du temps à s’activer donc il prend son mal en patience en espérant que les phéromones de mer profonde synthétisées par Meno suffiront à neutraliser le poison mortel expulsé de la pierre. Toutes les légendes affirment qu’Oeil d’Acier adorait l’odeur de la mer, Fenwick Smither en a donc déduit que le piège serait évité grâce au plus puissant des parfums issus des mers de Rishi. Il n’attend que quelques instants avant d’entendre un déclic dans la roche qui met fin au jet de gaz toxique. Un second déclic résonne et un faisceau de lumière bleue traverse les airs vers une petite crique à droite.





Ni une ni deux, Fenwick Smither range le crâne d’Oeil d’Acier dans son sac,reprend la pioche, et bondit vers la rive en contrebas et court dans l’eau peu profonde en suivant de près la lumière. Au loin, elle s’arrête sur la paroi d’un roc planté de l’autre côté de la crique. Le capitaine Smither en perd toute prudence et s’élance vers ledit rocher sans se préoccuper de l’eau qui lui arrive maintenant à la ceinture. Encore une dizaine de pas et il peut toucher la pierre.
Il se fait brusquement projeter dans les airs, lâchant la pioche à cause de l’impact, et retombe au pied de la falaise, une demi douzaine de mètres sur le côté. Il se remet péniblement sur pied et contemple un crabe de vase géant sorti du fond du lac et qui se précipite sur lui dans de grandes gerbes d’eau. Il comprend avec horreur que les phéromones de mer profonde dont il s’est imprégné les poumons et les vêtements sont si puissantes qu’elles ont attiré cette créature! Il esquive la charge du crustacé gargantuesque en sautant sur le côté et dégaine son blaster. L’animal percute la falaise avec un bruit sourd de pierre brisée puis pivote vivement vers le pirate qui constate que sa carapace n’a pas souffert du choc. Sachant son blaster inutile contre cette armure naturelle, Fenwick Smither profite de sa petite taille pour courir autour du crabe géant pour le désorienter et l’obliger à découvrir une faiblesse dans sa cuirasse.
Le monstre charge le pirate avec une vitesse stupéfiante pour cette taille mais l’agilité de Fenwick Smither lui permet de se dérober à ces attaques aussi grossières que mortelles. Si jamais une seule de ces charges touche son but, il sait qu’il ne pourra pas résister à cette puissance brute. Redoublant de vigilance, il tire dans les articulations du crabe qui ralentit à peine. Pestant contre la résistance de cette carapace, le chasseur de trésor ne fait pas attention où il met les pieds et trébuche sur la pioche qui s’était plantée dans la vase lorsqu’il l’avait lâchée. La créature en profite pour saisir sa jambe gauche avec une de ses pinces et le traîne jusqu’à elle. Le pirate voit les horribles mandibules se rapprocher dangereusement de lui et retient sa respiration le temps d’ajuster correctement son prochain tir. La détonation du blaster éclate en même temps que l’oeil droit du crabe géant qui crisse de douleur et laisse échapper sa proie.  
Fenwick Smither se réceptionne dans l’eau puis récupère la pioche et se place dos à la falaise pendant que le monstre aveuglé par la douleur gesticule maladroitement  dans sa direction. Blaster en main droite et pioche en main gauche, il prend tout son temps pour viser, attendant une ouverture dans les mouvements saccadés de la bête borgne qui commence à se ressaisir, son oeil rescapé braqué sur la petite chose qui a osé la blesser. Le pirate tire trois coups qui ricochent sur la solide carapace et provoque ainsi la rage du crabe géant qui charge à toute vitesse. Rendu plus fort et plus rapide par la douleur et la colère, le monstre marin court autant qu’il nage vers le pirate qui reste stoïque, le blaster pointé droit devant lui.
Alors qu’il ne reste que trois ou quatre mètres avant la collision mortelle, l’arme de Fenwick Smither rugit et le second oeil du crabe géant disparaît dans un gerbe de sang. La bête définitivement aveugle ne voit pas sa cible sauter sur le côté mais s’écrase à nouveau sur la roche dans un fracas retentissant où autant la pierre que la carapace se brisent. Fenwick Smither attend que la créature retombe en arrière pour accourir et balancer sa pioche des deux mains dans la bouillie de chair et de carapace qui a laissé sans défense la tête du monstre. A plusieurs reprises, il plonge son arme improvisée pour briser le crâne de l’animal en ahanant jusqu’à ce que les derniers soubresauts de vie s’estompent. Alors seulement, il lâche l’outil et s’assied dans l’eau désormais rougeâtre en essayant de calmer son coeur battant la chamade.
Le capitaine pirate récupère sa pioche et s’éloigne lentement du charnier en nettoyant autant que possible ses vêtements du sang. Un bref regard vers le haut le rassure car le rayon de lumière bleue file toujours à travers les airs jusqu’au rocher séparé de lui de quelques pas. Bravant l’épuisement et les douleurs du combat, Fenwick Smither titube, déterminé à achever sa quête. Le légendaire trésor d’Oeil d’Acier, le rêve de générations de forbans et chasseurs de trésor à portée de sa main. Rien ni personne ne l’empêchera d’obtenir ces richesses et cette gloire, pas même la mort!
Il y est, la main posée sur la surface froide de la pierre juste en dessous de la lumière bleue. Il peut presque sentir les coffres cachés là. “S’il faut broyer jusqu’au plus petit morceau de cette pierre pour enfin mettre la main sur l’héritage d’Oeil d’Acier, je le ferai!” se dit-il avec hargne et obstination. Dans un grognement rageur, il assène un formidable coup de pioche au minéral récalcitrant et lâche un petit cri de surprise quand son outil traverse la roche comme si c’était du pain sec, le faisant tomber tant il avait mis de force dans ce coup.





Y regardant de plus près, il constate avec stupeur que ce qu’il avait pris pour de la pierre était en réalité une pâte de polymères fragilisée par la lumière bleue! Il commence à arracher fébrilement les morceaux du faux rocher et découvre des coffres les uns après les autres. Une petite plate-forme est ainsi dégagée sur laquelle reposent six coffres massifs et quatre plus petits d’où émanent une aura de puissance palpable, tous marqués du sigle d’Oeil d’Acier.





Fenwick Smither est comble de l’allégresse. Après toute une vie de chasse au trésor et de piraterie, toutes les richesses qu’il a pu découvrir ou voler n’égalent en rien ce qu’il a sous les yeux. Même les coffres valent une fortune avec leurs incrustations de pierreries dans des alliages précieux. Mais plus que cette opulence incroyable, les objets que contiennent ces coffres ont appartenu au plus légendaire de tout les pirates: Oeil d’Acier lui-même! Fenwick Smither ne peut pas empêcher des larmes de couler en frôlant ces coffres avec un infini respect. Il en ouvre un par curiosité et est ébloui par l’éclat de gemmes Corusca. Bouche bée, il admire ces gemmes hors de prix mais aussi la cuirasse nichée dans cet écrin précieux. Connaissant parfaitement les légendes d’Oeil d’Acier, Fenwick Smither est sûr d’avoir devant lui l’armure de ce pirate mythique.
C’est presque machinalement que le capitaine pirate active son communicateur et appelle son second d’une voix blanche pour lui indiquer sa position. Lorsque le Qwinan Sriv arrive sur les lieux,  Fenwick Smither n’a pas bougé d’un pouce et il faut fermer le coffre qu’il contemple pour l’obliger à rejoindre son équipage déjà en train de charger le trésor. Tous sont trop effarés pour prononcer le moindre mot. Leurs réflexes conditionnés par des années de piraterie, ils amorcent un décollage aussi rapide que possible et calculent aussitôt un saut en hyperespace pour semer d’éventuels poursuivants.
C’est dans une joie intense mais silencieuse que le Qwinan Sriv quitte Rishi. Fenwick Smither, chasseur de trésors  et pirate célèbre, voit ainsi sa propre légende grandir avec cet exploit que nul n’aurait cru possible.

Avec ce tour de force, il marche désormais dans les traces du plus renommé des pirates.
Saluons tous Fenwick Smither, héritier d’Oeil d’Acier!


Mes amis, je vous remercie d’avoir accordé à votre humble narrateur le temps dont il avait besoin pour narrer cette épopée.
Un jour, peut-être, je vous conterai les autres aventures de ce vaillant pirate car il y a encore beaucoup à raconter, que ce soit avant ce récit ou après.
Maintenant, il est temps pour moi de me retirer.
Dans l’espoir de vous avoir diverti comme il se doit, votre narrateur vous dit au revoir.
Et n’oubliez pas!
Fais c’qu’il te plait, vivre en pirate c’est ça! Tu es un pirate!

https://www.youtube.com/watch?v=ZoJMYwu0EXQ



Une version qui a plus de punch: https://www.youtube.com/watch?v=vfol_TLLnIw"

_________________
Ne vous mettez pas en avant mais ne restez pas derrière non plus car le silence a toujours ses regrets
avatar
Yogtoth
Légende

Messages : 113
Date d'inscription : 01/04/2015
Age : 24
Localisation : Caché dans les Archives

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum